Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 17 octobre 2011 | Columbia

Distinctions Victoire de la musique - 3 étoiles Technikart
Plus il avance en âge et plus Thiéfaine ressemble à Jean Cocteau, voire à un gisant diaphane, voire à Cocteau en gisant. Curieux lorsqu’on considère que le Franc-Comtois reste sans doute l’expression la plus vivante d’un chanteur francophone débarrassé des scories du métier et des concessions qui imposent au moindre talent en devenir exhibitionnisme télévisuel, duos de circonstance et sourires faux. Et l’intitulé de la tournée qui s’annonce – Homo Plebis Ultimae Tour – claque bien davantage comme l’expression d’une révolution permanente pour cet homme du peuple que comme l’annonce d’une retraite bien méritée. Donc, et ce n’est pas une révélation, le chanteur a conçu Suppléments de Mensonge avec le même esprit libre, voire libertaire, que ses précédents opus. Le titre de ce seizième disque est emprunté à Nietzsche et, à l’exception d’aventures au royaume du blues en compagnie de Paul Personne, interrompt cinq années de silence discographique (Scandale Mélancolique date de 2005). Le programme accueille deux chansons mises en quarantaine depuis plusieurs années et leur incorporation harmonieuse à l’ensemble démontre si besoin était la constance d’inspiration d’un artiste extravagant, dans le meilleur sens du terme. Esprit libre ou libertaire donc, mais pas solitaire : il a confié la production des douze chansons à Jean-Louis Piérot et Edith Fambuena (ex-Valentins) pour un éclairage tout en cordes soyeuses, règne des guitares acoustiques et clarté générique des pupitres. Les musiques, outre celles du patron, ont été composées par un casting qui fait le lien entre plusieurs générations de créateurs de par chez nous, de Dominique Dalcan à Ludéal, de JP Nataf à Arman Méliés. Pour le reste, c’est avec ravissement que l’on retrouve des titres de chansons qui ressemblent à des poèmes (« Compartiment C Voiture 293 (Edward Hopper 1938) »), et des poèmes qui ressemblent à ce qu’on imagine de Thiéfaine dans sa capacité à détourner les canons de la chanson populaire, pour transformer cette dernière en objet sonore non identifié. L’irruption de cette étrangeté du quotidien peut être symbolisée par « La Ruelle des morts », titre en ouverture et premier single de la sélection, qui est également le nom d’une rue de Dôle, cité natale du chanteur. La mélopée, judicieusement mise en musique par le groupe mayennais La Casa, chantre du folk rural et indépendant, résonne comme un appel digne et nostalgique aux fantômes du passé. Thiéfaine, désormais sexagénaire, revient après une période délicate où sa santé chancelante a pu l’incliner à tout balancer par-dessus les moulins. Comme en témoigne « Petit matin 4.10 heure d’été », sombre évocation du froid de la mort, il parvient encore une fois avec Suppléments de Mensonge à cantonner sa folie et ses idées noires au creux de ses refrains. Et le fait avec un talent unique. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 22 avril 2016 | Columbia

Hi-Res
Pour cette tournée VIXI, papa Thiéfaine a choisi de faire de son rejeton son acolyte. Déjà important pour les arrangements de Stratégie de l’inespoir, Lucas fait maintenant partie intégrante de l’équipe de musiciens qui montent sur scène. Armé de sa guitare, il sublime la poésie toujours aussi rock’n’roll de son père. Avec cet album, on a un long aperçu de ce que Hubert et sa bande propose sur scène. Classiques ou chansons issues du dernier album, tout est proposé au public venu nombreux à chacun de ses shows. L’âge n’ayant pas d’impact sur celui qui a plus de trente ans de carrière derrière lui, l’énergie est toujours bien présente ! © RB/Qobuz
A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 15 mars 2019 | Columbia

Artiste totalement hors norme, Hubert-Félix Thiéfaine a souhaité en 2018 fêter ses 40 ans de carrière à travers une tournée anniversaire de 12 dates, dont l’AccorHotels Arena le 9 novembre 2018, vingt ans après son Bercy 98. C’est donc en 1978, avec l’album Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir, qu’il s’est fait connaître, et, bien qu’il ait changé de style depuis, l’auteur-compositeur-interprète a tenu à faire figurer certaines de ses chansons de jeunesse dans ce concert gargantuesque (plus de 30 morceaux !). Deux de ses plus gros succès (La Fille du coupeur de joints et Je t’en remets au vent) datent précisément de cette période et y figurent donc en bonne place, pour la plus grande joie d’un public déchaîné. Moins connu, le surréaliste 22 Mai fait également partie de la fête, même si les synthés typés sont largement mis de côté au profit des guitares.Au début des années 1980 (avec l’album Dernières Balises notamment), le Jurassien entamait sans états d’âme un virage beaucoup plus rock, et cette période est évidemment très bien représentée ici – la tonicité de ces chansons étant particulièrement propice à des relectures live. Ainsi, on redécouvrira avec plaisir (et pour certains avec nostalgie) des petits chefs-d’œuvre tels que Soleil cherche futur, Lorelei Sebasto Cha et Stalag-tilt. L’Agence des amants de Madame Müller (et sa basse redoutable), ainsi qu'Affaire Rimbaud (et sa mélodie splendide)  ne sont pas oubliés, tout comme des morceaux plus récents tels que le mélancolique Confessions d’un never been et l’accrocheur Jeu de la folie. Avec plus de 170 chansons, des millions d’albums vendus et deux Victoires de la musique, il fallait bien un concert de cette ampleur pour célébrer l’un des artistes français les plus libres de son temps. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 septembre 2018 | Columbia

Conçue de manière chronologique, cette compilation regroupant les grands titres d’Hubert-Félix Thiéfaine a le mérite de dessiner clairement l’évolution musicale passionnante du rockeur jurassien, des années 1970 aux années 2010. D’ailleurs le terme « rockeur » est très réducteur, puisqu’à ses débuts, à la fin des années 1970, c’est plutôt une sorte de « folk baroque et surréaliste » qui le caractérise. Parmi les chansons les plus emblématiques de cette période, citons la balade mortuaire Je t’en remets au vent et, dans un style plus enlevé, le tube La Fille du coupeur de joints. Ces deux chansons de jeunesse sont les premières pierres d’un grand édifice thiéfainien dédié à la mort et la drogue. Les substances psychotropes sont d’ailleurs plutôt bien représentées dans cette compilation, notamment avec le sublime Narcisse 81 (« Narcisse, balise ta piste/Y a des traces de pneu sur ton flip/Et ta p'tite soeur qui s'tape ton fix »). Avant de passer à un rock plus dur dans les années 1980, Thiéfaine se situe dans une sorte de transition, dans la mesure où le rock pointe parfois le bout de son nez, sans que le chanteur n’y plonge entièrement. La Môme kaléidoscope (tiré de Autorisation de délirer en 1979) constitue une synthèse idéale de cette tendance, puisqu’un bon vieux rock’n’roll dialogue avec un tango. A partir de Dernières Balises en 1981, le virage rock se dessine plus clairement, un changement qui lui réussit puisque cet album sera certifié double disque d’or. Avec des morceaux comme Soleil cherche futur et Stalag-tilt, ainsi que ceux tirés du diptyque Météo für Nada et Eros Ûber Alles, la dureté des guitares (mais aussi, à l’occasion, des synthétiseurs) côtoie des paroles souvent contestataires. Quant aux chansons les plus récentes, elles mélangent un peu toutes les amours musicales de Thiéfaine dans un grand mouvement éclectique, comme l’atteste la valse lyrico-folk-rock Des Adieux. Une compilation indispensable pour tous les amateurs de rock à la française et de poésie déglinguée. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1982 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 22 octobre 2012 | Columbia

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 24 novembre 2014 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1981 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 17 octobre 2007 | SBME Strategic Marketing Group

A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 février 1978 | Columbia

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1979 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 10 octobre 2005 | RCA Records Label

A partir de :
CD30,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 septembre 1999 | Epic

A partir de :
CD30,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 20 juin 2008 | RCA Records Label

A partir de :
CD30,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 17 octobre 1983 | SBME Strategic Marketing Group

A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1988 | Tristar

A partir de :
CD117,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 30 octobre 2009 | SBME Strategic Marketing Group

Livret
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 novembre 1984 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD11,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 23 octobre 2015 | Columbia

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 novembre 1986 | Columbia

Hi-Res
A cheval entre le rock et la pop, se tournant à la fois vers les synthés 80's et les instruments organiques, le septième album studio de Hubert-Félix Thiéfaine est un objet un peu à part dans l’œuvre du chanteur – de la même manière qu'Eros Über Alles, sorti deux ans plus tard. C’est dans des morceaux comme Zone chaude, môme et Bipède à station verticale que les guitares rock (interprétées par Claude Mairet) sont les plus nerveuses, tandis que Precox Ejaculator fait figure de parenthèse plus légère, avec ses chœurs féminins enjoués et la trompette du grand Thierry Caens. Dans un style plus mélancolique, Hubert-Félix Thiefaine rend hommage à l’un de ses maîtres en poésie dans Affaire Rimbaud. Ancrés dans leur époque et jouant sans cesse avec les langues (allemandes, latines…), les textes de HFT sont également très inspirés de l’esprit libre et subversif de l’auteur du Dormeur du val. Au-delà des mots et de la musique, ce qui frappe sans doute le plus dans cet album est l’interprétation riche et contrastée du chanteur, dont la voix pleine de détachement témoigne d’une révolte postadolescente au charme indéniable. ©Nicolas Magenham/Qobuz

L'interprète

Hubert-Félix Thiéfaine dans le magazine