Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD17,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 3 octobre 2011 | Universal Music Division Polydor

Livret Distinctions 5/6 de Magic - Sélection Les Inrocks
Elle n’est pas qu’une voix, loin de là… Avec cet album, Feist souligne un peu plus la qualité de son écriture, ce sens précis de la composition. Cette capacité surtout qu’elle a de projeter ses émotions, parfois sombres, dans des architectures osées. Des cordes ici, de la saturation là, Metals osent beaucoup de choses. Une œuvre forte qui livre ses secrets écoute après écoute. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 3 octobre 2011 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Elle n’est pas qu’une voix, loin de là… Avec cet album, Feist souligne un peu plus la qualité de son écriture, ce sens précis de la composition. Cette capacité surtout qu’elle a de projeter ses émotions, parfois sombres, dans des architectures osées. Des cordes ici, de la saturation là, Metals osent beaucoup de choses. Une œuvre forte qui livre ses secrets écoute après écoute. © CM/Qobuz
A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Polydor

La chanteuse-compositrice canadienne Leslie Feist s'est d'abord fait connaître grace à son travail avec le rappeur de choc Peaches à Montréal, puis avec le collectif de Toronto Broken Social Scene, mais avec la sortie de son album magistral Let It Die en 2004, elle se lance dans une carrière solo qui éclipse rapidement ses prestations précédentes. Après son album de remix, Open Season, les bacs accueillent une véritable suite, The Reminder (2007), qui approfondit et consolide ses débuts en solo. Combinant chansons d’amour jazzy et ballades acoustiques aux accents folk, The Reminder possède la même puissance tranquille que dans le premier album solo, lui aussi feutré, de sa consœur du Broken Social Scene, Emily Haines, mais avec une touche jazzy qui rappelle Nina Simone sur des mélodies comme celle de "Sea Lion" (un classique également enregistré par Nina Simone) et le single exubérant "My Moon, My Man". © Charity Stafford /TiVo
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

Présente sur la scène musicale canadienne depuis des années, cette chanteuse-compositrice talentueuse présente un premier album solo avec des histoires d’amour et de lumière, empreint d’une beauté teintée de mélancolie. D’influence jazz et d’école classique, Feist possède une voix dont l'intimité bien caractéristique fait souvent défaut aux artistes expérimentés. Cette chaleur complète les compositions joliment orchestrées de Let It Die d’un climat presque voyeur, comme lorsque l’on entend quelqu’un chantonner en s’endormant. L’agilité vocale de Feist lui permet aussi bien de chanter du cabaret français traditionnel sur "Tout Doucement" que du jazz onctueux et mélancolique sur "Gatekeeper". Mais la chanson qui fait monter les larmes aux yeux, c’est la ballade au piano très années 30 et cinématographique "Now at Last", dans laquelle Feist chante rêveusement "What makes winters lonely?/Now at last I know" (Qu’est-ce qui rend les hivers solitaires ? Maintenant enfin je le sais). © Jon DeRosa /TiVo
A partir de :
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 28 avril 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret
Elle a toujours rappelé qu’elle n’était pas qu’une voix ou une faiseuse pop, loin de là… Avec Metals publié à l’automne 2011, Leislie Feist soulignait un peu plus la qualité de son écriture, ce sens précis de la composition. Cette capacité surtout qu’elle a de projeter ses émotions, parfois sombres, dans des architectures osées. Des cordes ici, de la saturation là, Metals osaient beaucoup de choses. Une œuvre forte qui livrait ses secrets, écoute après écoute, et imposait un peu plus la Canadienne comme une anti-pop star lice et juste jolie… Six ans plus tard, elle fait de Pleasure un nouveau sommet de sa complexité artistique. Ce cinquième album suit les traces de Metals et positionne Feist sur les brisées de PJ Harvey. Sur la chanson éponyme Pleasure qui ouvre l’album, elle ressemble d’ailleurs à s’y méprendre à la Britannique. Ce disque est en fait une sorte de périple blues contemporain. Un blues des villes plutôt que des champs. Sans fioriture ni enluminure côté production (Renaud Letang a fait du bon boulot) et avec de la tripe à revendre. Gonzales vient lâcher quelques notes de piano ici, ou d’orgue là. Colin Stetson fait souffler l’étrange et l’angoissant sur The Wind. Et Jarvis Cocker se fait récitant sur Century. On sort assez chamboulé par ce Pleasure, œuvre intense d’une artiste au sommet de son art. © MD/Qobuz
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

Présente sur la scène musicale canadienne depuis des années, cette chanteuse-compositrice talentueuse présente un premier album solo avec des histoires d’amour et de lumière, empreint d’une beauté teintée de mélancolie. D’influence jazz et d’école classique, Feist possède une voix dont l'intimité bien caractéristique fait souvent défaut aux artistes expérimentés. Cette chaleur complète les compositions joliment orchestrées de Let It Die d’un climat presque voyeur, comme lorsque l’on entend quelqu’un chantonner en s’endormant. L’agilité vocale de Feist lui permet aussi bien de chanter du cabaret français traditionnel sur "Tout Doucement" que du jazz onctueux et mélancolique sur "Gatekeeper". Mais la chanson qui fait monter les larmes aux yeux, c’est la ballade au piano très années 30 et cinématographique "Now at Last", dans laquelle Feist chante rêveusement "What makes winters lonely?/Now at last I know" (Qu’est-ce qui rend les hivers solitaires ? Maintenant enfin je le sais). © Jon DeRosa /TiVo
A partir de :
CD1,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 25 avril 2006 | Universal Music Division Polydor

Open Season est un disque à part dans la discographie de Feist. En plus de réunir des inédits, il propose des remixes de morceaux déjà parus mais tant retravaillés par des pointures du genre qu’ils donnent l’impression d'être des versions originales. Ainsi l’extrait « Mushaboom », qui bénéficie de quatre nouvelles versions toutes différentes les unes des autres. Originale et novatrice, Feist se mêle à la partie et utilise toutes sortes de sons, outre les traditionnels scratchs, sur ses  propres relectures de ses titres. Du claquement de talons aiguilles sur le parquet au bruit du vent, en passant par le crissement des pas sur la neige. Même si la majorité des titres sonne très électro : « Lonely Lonely » (Frisbee'd mix), « One Evening » (VV remix), on retrouve des performances en acoustique « Open Season » (version mélancolique de « Inside and Out » des Bee Gees), enregistrée en live à la BBC. Cet opus fait également la part belle aux duos avec « The Simple Story » que l'artiste a enregistré en 2004 avec Jane Birkin pour son album Rendez-Vous, puis des duos inédits interprétés aux côtés de Philippe Verdin (alias Readymade FC, DJ parisien) et Gonzales : « Snowlion » et « Lovertits ». Un album qui souffle une fraîcheur qui ne manque pas de charme. © ©Copyright Music Story Thomas Mahler 2016
A partir de :
CD6,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD4,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD28,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Division Polydor

La chanteuse-compositrice canadienne Leslie Feist s'est d'abord fait connaître grace à son travail avec le rappeur de choc Peaches à Montréal, puis avec le collectif de Toronto Broken Social Scene, mais avec la sortie de son album magistral Let It Die en 2004, elle se lance dans une carrière solo qui éclipse rapidement ses prestations précédentes. Après son album de remix, Open Season, les bacs accueillent une véritable suite, The Reminder (2007), qui approfondit et consolide ses débuts en solo. Combinant chansons d’amour jazzy et ballades acoustiques aux accents folk, The Reminder possède la même puissance tranquille que dans le premier album solo, lui aussi feutré, de sa consœur du Broken Social Scene, Emily Haines, mais avec une touche jazzy qui rappelle Nina Simone sur des mélodies comme celle de "Sea Lion" (un classique également enregistré par Nina Simone) et le single exubérant "My Moon, My Man". © Charity Stafford /TiVo
A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 25 avril 2006 | Universal Music Division Polydor

Open Season est un disque à part dans la discographie de Feist. En plus de réunir des inédits, il propose des remixes de morceaux déjà parus mais tant retravaillés par des pointures du genre qu’ils donnent l’impression d'être des versions originales. Ainsi l’extrait « Mushaboom », qui bénéficie de quatre nouvelles versions toutes différentes les unes des autres. Originale et novatrice, Feist se mêle à la partie et utilise toutes sortes de sons, outre les traditionnels scratchs, sur ses  propres relectures de ses titres. Du claquement de talons aiguilles sur le parquet au bruit du vent, en passant par le crissement des pas sur la neige. Même si la majorité des titres sonne très électro : « Lonely Lonely » (Frisbee'd mix), « One Evening » (VV remix), on retrouve des performances en acoustique « Open Season » (version mélancolique de « Inside and Out » des Bee Gees), enregistrée en live à la BBC. Cet opus fait également la part belle aux duos avec « The Simple Story » que l'artiste a enregistré en 2004 avec Jane Birkin pour son album Rendez-Vous, puis des duos inédits interprétés aux côtés de Philippe Verdin (alias Readymade FC, DJ parisien) et Gonzales : « Snowlion » et « Lovertits ». Un album qui souffle une fraîcheur qui ne manque pas de charme. © ©Copyright Music Story Thomas Mahler 2016
A partir de :
HI-RES3,99 CHF
CD2,99 CHF

Pop - Paru le 3 novembre 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD6,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD6,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 18 mai 2004 | Universal Music Division Polydor

Présente sur la scène musicale canadienne depuis des années, cette chanteuse-compositrice talentueuse présente un premier album solo avec des histoires d’amour et de lumière, empreint d’une beauté teintée de mélancolie. D’influence jazz et d’école classique, Feist possède une voix dont l'intimité bien caractéristique fait souvent défaut aux artistes expérimentés. Cette chaleur complète les compositions joliment orchestrées de Let It Die d’un climat presque voyeur, comme lorsque l’on entend quelqu’un chantonner en s’endormant. L’agilité vocale de Feist lui permet aussi bien de chanter du cabaret français traditionnel sur "Tout Doucement" que du jazz onctueux et mélancolique sur "Gatekeeper". Mais la chanson qui fait monter les larmes aux yeux, c’est la ballade au piano très années 30 et cinématographique "Now at Last", dans laquelle Feist chante rêveusement "What makes winters lonely?/Now at last I know" (Qu’est-ce qui rend les hivers solitaires ? Maintenant enfin je le sais). © Jon DeRosa /TiVo
A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Division Polydor

La chanteuse-compositrice canadienne Leslie Feist s'est d'abord fait connaître grace à son travail avec le rappeur de choc Peaches à Montréal, puis avec le collectif de Toronto Broken Social Scene, mais avec la sortie de son album magistral Let It Die en 2004, elle se lance dans une carrière solo qui éclipse rapidement ses prestations précédentes. Après son album de remix, Open Season, les bacs accueillent une véritable suite, The Reminder (2007), qui approfondit et consolide ses débuts en solo. Combinant chansons d’amour jazzy et ballades acoustiques aux accents folk, The Reminder possède la même puissance tranquille que dans le premier album solo, lui aussi feutré, de sa consœur du Broken Social Scene, Emily Haines, mais avec une touche jazzy qui rappelle Nina Simone sur des mélodies comme celle de "Sea Lion" (un classique également enregistré par Nina Simone) et le single exubérant "My Moon, My Man". © Charity Stafford /TiVo
A partir de :
CD19,49 CHF

Pop - Paru le 28 avril 2017 | Universal Music Division Polydor

Livret
Elle a toujours rappelé qu’elle n’était pas qu’une voix ou une faiseuse pop, loin de là… Avec Metals publié à l’automne 2011, Leislie Feist soulignait un peu plus la qualité de son écriture, ce sens précis de la composition. Cette capacité surtout qu’elle a de projeter ses émotions, parfois sombres, dans des architectures osées. Des cordes ici, de la saturation là, Metals osaient beaucoup de choses. Une œuvre forte qui livrait ses secrets, écoute après écoute, et imposait un peu plus la Canadienne comme une anti-pop star lice et juste jolie… Six ans plus tard, elle fait de Pleasure un nouveau sommet de sa complexité artistique. Ce cinquième album suit les traces de Metals et positionne Feist sur les brisées de PJ Harvey. Sur la chanson éponyme Pleasure qui ouvre l’album, elle ressemble d’ailleurs à s’y méprendre à la Britannique. Ce disque est en fait une sorte de périple blues contemporain. Un blues des villes plutôt que des champs. Sans fioriture ni enluminure côté production (Renaud Letang a fait du bon boulot) et avec de la tripe à revendre. Gonzales vient lâcher quelques notes de piano ici, ou d’orgue là. Colin Stetson fait souffler l’étrange et l’angoissant sur The Wind. Et Jarvis Cocker se fait récitant sur Century. On sort assez chamboulé par ce Pleasure, œuvre intense d’une artiste au sommet de son art. © MD/Qobuz
A partir de :
CD4,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD2,99 CHF

Pop - Paru le 3 novembre 2017 | Universal Music Division Polydor

L'interprète

Feist dans le magazine