Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 13 novembre 2015 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD14,49 CHF

Rock - Paru le 1 septembre 1976 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD14,49 CHF

Rock - Paru le 31 mai 1979 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES20,39 CHF
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 septembre 1974 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES20,39 CHF
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 août 1981 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1987 | Epic - Legacy

Epic/Legacy's 2005 release All Over the World: The Very Best of Electric Light Orchestra is the latest installment in the seemingly endless series of ELO comps. Since it follows 2003's handy single-disc The Essential Electric Light Orchestra by merely two years, it's easy to wonder what distinguishes this from the other ELO collections on the market, and whether it was necessary to release another single-disc set so quickly after the last. The biggest differences between All Over the World and Essential is that the 2005 release has some very nice but altogether too brief liner notes from Jeff Lynne along with five more tracks than the 15-track 2003 release. That doesn't necessarily mean that it's a better album, however. While it does contain the terrific "Showdown," which was missing from Essential, All Over the World is inexplicably missing ELO's first American Top Ten single, "Can't Get It out of My Head," along with such other key tracks as "Do Ya," "Calling America," "Roll Over Beethoven," "10538 Overture," and "Boy Blue." Although the presence of "Xanadu" and such album tracks as "The Diary of Horace Wimp" make up for some of these absences, there are too many good songs missing to make this a pick over Essential, which has a higher ratio of hits. That said, All Over the World has most of the big songs -- "Mr. Blue Sky," "Evil Woman," "Don't Bring Me Down," "Sweet Talkin' Woman," "Turn to Stone," "Hold on Tight," "Livin' Thing," "Ma-Ma-Ma Belle," "Strange Magic," and "Rock and Roll Is King" among them -- and it's a good listen, so most casual fans won't be disappointed if this is the only ELO disc they own (although they will sorely miss "Can't Get It out of My Head"). But if you're just about to pick up one ELO disc, get Essential or, better still, 1995's double-disc Strange Magic instead, since they both are tighter, better listens than this and have more of the major hits. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD14,49 CHF

Rock - Paru le 1 octobre 1975 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 10 septembre 2012 | Columbia - Legacy

A partir de :
HI-RES68,49 CHF
CD58,49 CHF

Rock - Paru le 17 novembre 2017 | Columbia

Hi-Res
Enregistré en juin 2017 au stade de Wembley, Wembley or Bust propose de revivre la date finale de la tournée donnée par Jeff Lynne's ELO, ainsi rebaptisé pour des raisons légales depuis le retour de Lynne dans Electric Light Orchestra en 2015 avec l'album Alone in the Universe. Fidèle au standard de qualité sonore qui lui est cher, Lynne livre pas moins de 23 titres issus du catalogue de la formation art-pop célèbre pour sa fusion de pop Beatlesienne, de saveurs psychédéliques et d'éléments progressifs, dont les incontournables "Livin' Thing", "Evil Woman", "Turn to Stone" ou "Mr. Blue Sky". © TiVo
A partir de :
CD25,99 CHF

Rock progressif - Paru le 7 octobre 2011 | Epic

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 3 août 2018 | Epic - Legacy

Hi-Res
Trente-cinq ans après, cette nouvelle réédition vient enfin réparer une terrible injustice. Malgré son succès colossal à la fin des années 70, la puissante major qui distribuait ELO aux États-Unis avait mis son veto sur un double album, obligeant Jeff Lynne, devenu maître absolu du groupe, à revoir sa copie pour ramener ses ambitions à un simple d’une durée raisonnable. Les professionnels de la profession doutaient que ce vétéran des années 70 puisse survivre aux années 80, où la pop en tant que genre musical avait perdu toute sa dignité des deux décennies précédentes. En clair, celui qui figurait parmi ceux qui s’étaient le plus rapprochés de l’excellence des Beatles, et qui avait su s’adapter avec plus ou moins de finesse à l’air du temps, notamment à la vague disco, était en danger de « ringardisation ». Ses deux précédents albums, Discovery (1979) et l’ambitieux Time (1981) s’étaient pourtant classés numéro un dans de nombreux pays, tout comme la bande originale du désolant film Xanadu. À l’écoute des 17 morceaux de cette version revue et corrigée de Secret Messages, il est clair que le travail d’actualisation qu’avait effectué Lynne aurait mérité un peu plus de respect. Tout en conservant ses composantes idiosyncratiques qui permettaient aux influences rock’n’roll de côtoyer harmonieusement des influences classiques prononcées, ELO élargissait ses compétences tout en maîtrisant les derniers progrès de la technologie. Les titres qui avaient été éparpillés depuis sur des singles, compilations ou l’album suivant (Balance of Power) ont donc enfin été réintégrés, avec en prime une poignée d’inédits qui méritent le détour. Il ne manque que l’hommage Beatles Forever que Lynne n’a toujours pas daigné sortir officiellement du placard, lui qui a pourtant réalisé son rêve en produisant le groupe à l’époque des Anthology, après s’être associé avec deux de ses membres (George Harrison et Ringo Starr). © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
A partir de :
HI-RES20,39 CHF
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 novembre 2019 | Columbia

Hi-Res
Après son entrée au Rock and Roll Hall of Fame, Jeff Lynne continue d’assumer la paternité pleine et entière de son Electric Light Orchestra en publiant From Out of Nowhere, qui n’est que le second opus sous le nom de Jeff Lynne’s Electric Light Orchestra. Il fait suite au bon Alone in the Dark, sorti en 2015 et surtout à ce qui n’était que la deuxième tournée nord-américaine du groupe depuis 1981, avec Dhani Harrison en première partie. Mais de groupe peut-on réellement parler à l’écoute de From Out of Nowhere, dont la moindre note et le moindre chœur sont l’œuvre du seul gardien du temple, ne laissant à l’ingénieur Steve Jay que quelques miettes en lui octroyant l’ajout de quelques menues percussions. Mais Jeff Lynne, assurément, n’aura jamais été tout seul dans sa tête à en juger par les arrangements de la chanson-titre qui ouvre les débats, et qui évoque autant George Harrison dans ses accroches guitaristiques que John Lennon dans son approche vocale. Si l’aspect symphonique de ELO est beaucoup moins prégnant qu’auparavant, ce sont les chansons et leurs mélodies dépouillées qui sont mises en avant, comme sur les très efficaces « Help Yourself » (encore un très bel hommage à George Harrison) et « All My Love », au gimmick de guitare obsédant. « Down Came the Rain » reste dans une veine classic-rock qui réussit à Jeff Lynne, qui saupoudre son arrangement d’ingénieuses trouvailles, comme ce piano sorti de nulle part, cette guitare implorante et inattendue, et toujours ces harmonies vocales sublimes sur lesquelles le temps n’a définitivement aucune emprise. Car si certains titres semblent se contenter d’un tempo outrageusement lent, à l’image de « Losing You », ce choix artistique sublime autant les mélodies finement ciselées que les voix. Bizarrement, ce sont parfois les morceaux au rythme plus élevé qui peinent le plus à convaincre comme le poussif « One More Time » ou le prévisible « Sci-Fi Woman ». Ce From Out of Nowhere, suffisamment homogène pour contenter les fans, n’a pas tant recours au falsetto de Jeff Lynne que sur ses œuvres précédentes, si ce n’est par légers épisodes, comme sur le très bon « Time of My Life ». Certains pourront donc regretter un relatif manque de finesse mais Jeff Lynne sait s’adapter et ses compositions restent excellentes, ce qui demeure une preuve irréfutable de l’incroyable versatilité de sa voix. Et dire que sa mère détestait sa manière de chanter… © ©Copyright Music Story Ollmedia 2019
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD14,49 CHF

Rock - Paru le 1 novembre 1973 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 13 novembre 2015 | Columbia

Hi-Res
Presque quinze ans après son dernier album en date, Jeff Lyne réanime la machine Electric Light Orchestra, ELO pour les intimes. Une belle résurrection qui mêle tous les ingrédients qui ont fait l’originalité du groupe britannique : une grosse fixation Beatles, un soupçon de rock progressif et quelques gouttes de rock FM. Mais c’est surtout dans sa capacité à signer des mélodies pop renversantes que Lynne excelle toujours et encore, rendant Alone In The Universe on ne peut plus attachant. Evidemment, rien ici ne laisse croire que nous sommes en 2015 et non en 1978 mais c’est justement tout le charme des retrouvailles avec ce son 100% ELO. © CM/Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 1 juin 1980 | Epic

A partir de :
HI-RES14,99 CHF
CD10,49 CHF

Rock - Paru le 17 février 1986 | Epic - Legacy

Hi-Res
A partir de :
CD38,99 CHF

Rock - Paru le 18 décembre 2000 | Epic - Legacy

The very fact that Electric Light Orchestra released a second three-disc box set is a tacit admission that, yes, 1987's Afterglow wasn't everything it should be. Happily, 2000's Flashback is. Assembled with the cooperation of Jeff Lynne, Flashback covers all the bases, featuring all the hits, a good selection of album tracks, and seven previously unreleased tracks, two alternate mixes and "After All," previously unavailable on CD. The sequencing is roughly chronological, with each of the three discs spotlighting a different era, then sequenced for maximum listenability within that -- so "10538 Overture" segues to "Showdown" and "Ma-Ma-Ma Belle" then doubles back to the first album. It's a gambit that works, since Flashback winds up flowing as gracefully as ELO's best albums. And, make no mistake, this is one of their best albums, a rare box set that satisfies the needs of both casual and mildly dedicated fans, while offering the hardcore not just a bunch of rarities but an enjoyable album with its own character. So, it trumps Afterglow in every possible way, then, and thereby eliminates the need for yet another three-disc ELO box. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 12 juin 2001 | Columbia - Legacy

A partir de :
HI-RES21,49 CHF
CD18,49 CHF

Pop - Paru le 1 septembre 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 22 avril 2013 | Columbia

L'interprète

Electric Light Orchestra dans le magazine
  • Hello ELO !
    Hello ELO ! Le grand retour de Jeff Lyne et de son Electric Light Orchestra...
  • Mike Edwards est mort
    Mike Edwards est mort L’ex-membre d’Electric Light Orchestra s'est éteint vendredi 3 septembre, à l’âge de 62 ans.