Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES28,79 CHF
CD19,19 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 novembre 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
A partir de :
CD12,79 CHF

Pop/Rock - Paru le 9 juillet 2012 | Domino Recording Co

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Le groupe fondé par David Longstreth il y a déjà dix ans n’a pas toujours été facile d’accès. Du folk home-made de The Graceful Fallen Mango (2002) à la réinterprétation de l’album Damaged des Black Fladge Rise Above (2007) en passant par la grandiloquence orchestrale de Slaves, Graves & Ballads (2004) et un opéra en hommage à Don Henley, leader des Eagles, baptisé The Getty Address (2005), Dirty Projectors n’a jamais eu peur de se renouveler. Le dernier album en date, Bitte Orca (2009), s’essayait même à un genre de R&B inédit. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? C’est ce que se demandait jusqu’ici Longstreth, songwriter insatiable et multi instrumentiste accompli. Jusqu’à l’écriture de ce Swing Lo Magellan à l'objectif unique : proposer des morceaux digestes et accessibles – tout en étant, bien entendu, extrêmement travaillés et cérébraux. L’ouverture « Offspring Are Blank », dont la structure éclectique suit le conducteur de la voix de Longstreth, en offre un brillant exemple. Ce n’est pas le seul : l’album entier est rempli de démonstrations ébouriffantes de bonnes chansons qu’on qualifierait, trop rapidement certes, de pop-rock. La comptine détournée de « Gun Has No Trigger », le folk venteux de « Swing Le Magellan », la prière organique de « Dance For You », le psychédélique de « Maybe That Was It », la ballade-confession de « Irresponsible Tune »... Chaque titre, parfaitement distinct de ses congénères, s’allie à eux pour un résultat homogène et fraternel. Si Longtreth domine vocalement de très loin Swing Lo Magellan, se laisse de temps à autre apprécier la voix féminine d’Amber Coffman (sa fiancée), notamment sur « The Socialites »...L’équilibre est l’un des mots clefs de cet album où rythmiques, cordes et claviers se répondent les uns aux autres, illustrant à merveille les propos de Longstreth. Pour ne rien gâcher, ce dernier écrit plus des contes et des poèmes que des chansons, offrant un éclairage supplémentaire à sa musique, qui prend des allures engagées ou romantiques au gré de ses humeurs... Beau et intelligent, parfois déroutant : Swing Lo Magellan s’impose comme l’un des meilleurs albums de Dirty Projectors. À ce jour, du moins. © ©Copyright Music Story Sophie Rosemont 2021
A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD7,29 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 4 septembre 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res
A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD7,29 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 juin 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res
A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD7,29 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 octobre 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res
A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD7,29 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 mars 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,19 CHF
CD12,79 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 13 juillet 2018 | Domino Recording Co

Hi-Res
Depuis 2002, Dave Longstreth mène une carrière exemplaire, travaillant notamment aux côtés de Björk, Kanye West, Rihanna ou Solange. Le talent du leader des Dirty Projectors saute aux oreilles avec le huitième album de son groupe. Lamp Lit Prose arrive un an après Dirty Projectors et tourne une page pour le groupe. Enregistré à Ivo Shandor à Los Angeles, voilà sûrement le disque le plus accrocheur, ludique et construit du quintet. Musicalement, on perçoit un optimisme nouveau chez Longstreth. L’amour et la femme en général, sont des thèmes importants, notamment sur le titre pop Break-Thru, écho sans doute de son divorce avec Amber Coffman, l’ex-chanteuse du groupe. Lamp Lit Prose met aussi en avant les collaborations pour une œuvre plus éclectique, avec Syd de The Internet sur la pop électro Right Now et Amber Mark pour des couleurs plus tropicales sur I Feel Energy.Les Dirty Projectors ne souhaitent pas pour autant effacer leur image. Non, ils l’enrichissent de sonorités variées, lui donnent plus de saveur et mettent en avant des rythmes qu’ils n’osaient pas trop explorer auparavant. Une confiance qui s’acquiert avec le temps mais aussi aux côtés d’artistes accomplis comme Empress Of, Robin Pecknold des Fleets Foxes, l’ex-Vampire Weekend Rostam ou encore Dear Nora. On jongle entre influences électro, pop anglaise kitch et esprit soul. Claviers en masse, solo de sax un peu jazz et nappes de flûtes autour de voix mélodiques, (I Wanna) Feel It All peint un paysage 60's atypique à l’image de l’album. © Anna Coluthe/Qobuz
A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD7,29 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 novembre 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,19 CHF
CD12,79 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 10 décembre 2019 | Domino Documents

Hi-Res
A partir de :
HI-RES23,99 CHF
CD15,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 21 février 2017 | Domino Recording Co

Hi-Res
Les ruptures amoureuses sont de très utiles carburants à l’inspiration. In The Wee Small Hours de Frank Sinatra, Hear, My Dear de Marvin Gaye, Blue de Joni Mitchell, Blood On The Tracks de Bob Dylan, Jagged Little Pill d’Alanis Morissette, Heartbreaker de Ryan Adams, I Never Learn de Lykke Li, Red de Taylor Swift, For Emma, Forever Ago de Bon Iver, 808s & Heartbreak de Kanye West, Back To Black d’Amy Winehouse ou bien encore Sea Change de Beck, l’histoire de la musique ne compte plus les albums centrés sur cette thématique. Séparé d’Amber Coffman, sa collègue de bureau et de lit, Dave Longstreth, cerveau des Dirty Projectors, vient apporter ici sa pierre à cet immense édifice. Entre R&B décalé, pop azimutée et électro ludique, Longstreth déroule surtout la causticité et l’humour de sa plume dans les méandres de compositions à tiroirs, difficilement étiquetables. Une situation qui fait de cet éponyme Dirty Projectors un album solo plutôt qu’un album de groupe. Peu importe, l’imagination (vraiment) sans limite du musicien au cœur brisé éclate au cœur des chansons barges de ce disque. © CM/Qobuz
A partir de :
CD14,00 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2007 | Dead Oceans

A partir de :
CD12,79 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2009 | Domino Recording Co

Le précédent album de Dirty Projectors, Rise Above publié en 2007, était un hommage foutraque à la formation pionnière du hardcore Black Flag (Damaged). Fidèle à son éthique, Dave Longstreth promenait les chansons incendiaires vers un territoire mystérieux et envoûtant, révélant parfois la splendeur nue des compositions.La signature sur le label Domino Records semble avoir quelques conséquences sur le groupe connu pour ses mélodies tordant le cou aux conventions. Les voix entrelacées d'Amber Coffman et Angel Deradoorian (nouvelle recrue), mêlées à la toile de fond art rock, font toujours autant d'effet que les diamants bruts livrés par le cerveau de la bande de Brooklyn (« The Bride »). Manière de single electro funk, le plus assagi « Stillness Is The Move » fait office de porte d'entrée pour le néophyte qui, au fil des écoutes, aimera se perdre dans ce labyrinthe pop aux miroirs psychédéliques.Livrant avec Bitte Orca son album le plus maîtrisé et abouti, mélangeant afro pop, funk blanc et esprit libertaire, Dirty Projectors siège auprès des formations les plus intéressantes de son époque, entre Animal Collective et Vampire Weekend. Déjà culte. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
CD28,79 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2009 | Domino Recording Co

Le précédent album de Dirty Projectors, Rise Above publié en 2007, était un hommage foutraque à la formation pionnière du hardcore Black Flag (Damaged). Fidèle à son éthique, Dave Longstreth promenait les chansons incendiaires vers un territoire mystérieux et envoûtant, révélant parfois la splendeur nue des compositions.La signature sur le label Domino Records semble avoir quelques conséquences sur le groupe connu pour ses mélodies tordant le cou aux conventions. Les voix entrelacées d'Amber Coffman et Angel Deradoorian (nouvelle recrue), mêlées à la toile de fond art rock, font toujours autant d'effet que les diamants bruts livrés par le cerveau de la bande de Brooklyn (« The Bride »). Manière de single electro funk, le plus assagi « Stillness Is The Move » fait office de porte d'entrée pour le néophyte qui, au fil des écoutes, aimera se perdre dans ce labyrinthe pop aux miroirs psychédéliques.Livrant avec Bitte Orca son album le plus maîtrisé et abouti, mélangeant afro pop, funk blanc et esprit libertaire, Dirty Projectors siège auprès des formations les plus intéressantes de son époque, entre Animal Collective et Vampire Weekend. Déjà culte. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
HI-RES3,14 CHF
CD3,14 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 29 juillet 2020 | Domino Recording Co

Hi-Res

Alternatif et Indé - Paru le 19 août 2020 | Domino Recording Co

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD9,59 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 24 octobre 2011 | Domino Recording Co

A partir de :
CD14,00 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 6 août 2004 | Western Vinyl

Alternatif et Indé - Paru le 26 février 2020 | Domino Recording Co

Téléchargement indisponible

Alternatif et Indé - Paru le 11 juin 2020 | Domino Recording Co

Téléchargement indisponible

Alternatif et Indé - Paru le 25 mars 2020 | Domino Recording Co

Téléchargement indisponible

L'interprète

Dirty Projectors dans le magazine