Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Rock - Paru le 26 mars 2012 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret Distinctions Sélection Les Inrocks - Hi-Res Audio
De la même manière que La Mécanique du Coeur en 2007 auquel il succède, Bird N’Roll, septième album studio du groupe de rock français Dionysos, s’inspire d’un roman de son leader Mathias Malzieu, avec cinq titres basés sur des personnages de Métamorphose en bord de ciel (dont « Cloudman » et « Spidergirl Blues »). Parmi ses douze titres de pop-rock teintés d’humour on trouve un hommage à June Carter Cash (« June Carter en slim ») et une chanson initialement écrite pour Alain Bashung (« Le Grand cheval aux yeux gris ») ainsi que les singles « Platini(s) » et le morceau titre. © TiVo
A partir de :
CD21,99 CHF

Rock français - Paru le 29 janvier 2016 | Columbia

Distinctions 4F de Télérama
Moins rock et plus folk. C’est un peu l’impression qu’on a au sortir de ce Vampire en pyjama. Plus de deux décennies après sa naissance, la bande de Mathias Malzieu semble s’être assagie en façade. Moins rentre-dedans certes mais pas pour autant molle ou fade, bien au contraire. La musique est assez dépouillée, la prose plutôt introspective mais l’origine de toutes ces constatations est avant tout d’ordre totalement autobiographique : en 2013, Malzieu est atteint d'une aplasie médullaire. Le génial zébulon du rock français est alors contraint de subir une transfusion sanguine une fois par semaine. Lors de son hospitalisation, il rédige un journal intime Journal d'un vampire en pyjama ainsi que cet album homonyme, publiant les deux simultanément. Voilà donc une œuvre de la résurrection en quelque sorte. Une œuvre belle et forte quand on connait le contexte, avec ses éclairs sombres et ses parenthèses radieuses. On y croise même la prose de Verlaine ainsi qu'une reprise plutôt inattendue d’I Follow Rivers, le tube de Lykke Li. Bref, ce huitième album de Dionysos ne ressemble à aucun autre et c’est sans doute pour cela qu’il va droit au cœur. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD23,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 30 avril 2021 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD23,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 février 2020 | Columbia

Ce neuvième album studio du groupe drômois est une sorte de miroir en chansons d’un roman de Mathias Malzieu (leader du groupe), publié en 2019. L’accroche de ce livre intitulé Une Sirène à Paris consiste d’ailleurs en une définition de ce qui deviendra le titre de l’album : les surprisiers sont « ceux dont l’imagination est si puissante qu'elle peut changer le monde – du moins le leur, ce qui constitue un excellent début ». À travers cette référence littéraire précise, mais aussi l’utilisation récurrente de certaines couleurs musicales (la pop orchestrale des années 1960 notamment) et thématiques (comme la séparation), Surprisier est un album-concept qui ne dit pas son nom. La présence d’un leitmotiv intervenant ponctuellement dans le disque ne fait que confirmer ce désir d’offrir un objet parfaitement homogène (Thème de Lula). On trouvera également des idées et des situations se faisant écho d’une chanson à l’autre. Ainsi, une rupture amoureuse survenue en plein mois de janvier (Le Grand Sapin, morceau aux accents americana) sera évoquée sous forme de clin d’œil dans Johnny Cat. Ce dernier titre est par ailleurs un bel hommage à la musique puisque les disques (en l’occurrence ceux de Johnny Cash) y sont considérés comme la meilleure des consolations lorsqu’un amour s’éteint. Avec son orchestration flamboyante (guitares, cuivres, cloches…), Johnny Cat est un bon ambassadeur de ce que Dionysos a voulu transmettre dans cet album, musicalement parlant : du soleil (la pop bubblegum de Flower Burger, les mariachis des Filles barbelées) et un esprit aventureux (la trompette de Panna Cotta Girl). On pense au couple Tim Burton / Danny Elfman dans Une Sirène à Paris (avec des couplets rayonnants à la Harry Belafonte, contrastant avec la petite valse des refrains), ou encore aux chefs-d’œuvre de Serge Gainsbourg / Michel Colombier dans Forever Forêt. Tout ce bestiaire musical sert un propos qui oscille sans cesse entre un optimisme à toute épreuve (la puissance des rêves, l’appétit de la vie) et le constat désenchanté d’un paradis perdu – qu’il s’agisse de l’enfance (Le Chêne) ou de la passion amoureuse (Les Filles barbelées). ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 11 novembre 2016 | Universal Music Division Barclay

Sur cet album surréaliste, le groupe de rock expérimental français Dionysos emmène l’auditeur en voyage dans un autre univers en racontant l’histoire de Jack, un homme dont le cœur a été remplacé par une horloge. On croirait là une description de roman ? En effet. L’album était accompagné d’un livre du même titre, écrit de la main du leader du groupe, Mathias Malzieu. Emily Loizeau figure parmi les invités de ce sublime conte musical. © Celeste Rhoads /TiVo
A partir de :
CD20,49 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Barclay

Triple ration de tubes pour cet album qui fait décoller de manière significative la carrière de Dionysos. Pas moins de dix-sept titres (sans oublier le traditionnel morceau caché en fin d’album) pour une galette vitaminée et perfusée au rock folklo et déconnant, façonné sous la houlette du mythique Steve Albini (Nirvana, PJ Harvey…). Bien que moins déjanté que ses prédécesseurs (Mathias commençait malheureusement à se prendre trop au sérieux), ce Western Sous la Neige, qui doit énormément aux compositions de Sergio Leone, offre quelques moments de bravoure dont « Song for Jedi », « Surfin’ Frog », « She Is the Liquid Princess » ou « Don Diego 2000 ». Plus éclectique que les albums précédents du fait de la présence de Babet au violon et au clavier, Western Sous la Neige s’offre aussi quelques suppléments sonores assez inattendus sur un disque de rock comme des scratchs, des castagnettes ou encore de la contrebasse. Assez déroutant, même si clairement plus mûr que Happening Songs et The Sun Is Blue Like the Eggs in Winter, l’album marque la rupture avec le passé foutraquement punk de Dionysos et son entrée dans un style plus « conventionnel ». © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2016
A partir de :
CD27,49 CHF

Bandes originales de films - Paru le 27 janvier 2014 | Universal Music Division Barclay

Livret
Jack et la Mécanique du Coeur est la bande originale du film du même nom, co-réalisé par Mathias Malzieu, qui concrétise au passage l'un de ses rêves. Il était difficile d'ignorer que l'histoire de La Mécanique du Coeur a déjà été traitée musicalement en 2007 avec l'album sorti en même temps que le roman. Ce n'est donc pas une surprise de retrouver ce disque comme colonne vertébrale de Jack et la Mécanique du Coeur. Dionysos s'est en fait contenté d'ajouter des interludes et quelques chansons supplémentaires pour faire coïncider la durée de la bande sonore à celle du film. C'est bien peu et cela ne modifie pas radicalement l'univers poétique de La Mécanique du Coeur , qui tenait déjà bien sur ses appuis. Seule l'introduction constituée par « Jack et la Mécanique du Coeur » est essentielle, étant placée là pour offrir au spectateur une entrée en matière rapide dans l'univers du film et de ses personnages. On ne peut pas dire en termes d'apport que la country enfantine de « Down By the Hill » ou le court « Les Larmes de Mister Chat » soient d'une nécessité absolue hors du film. À l'inverse, le swing de « Miss Acacia est la locomotive » ajoute une bonne chanson de plus à la collection originale. Ne nous-y trompons pas, l'évènement est bien le film Jack et la Mécanique du Coeur , que Luc Besson n'a pas produit par pur altruisme. Le disque en est à la fois la bande son essentielle et un ensemble de chansons déjà connues dans leur écrasante majorité. Ce paradoxe le rend dispensable à ceux qui auront certainement la patience d'attendre la sortie du DVD pour garder une trace de Jack et la Mécanique du Coeur. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2016
A partir de :
CD20,49 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Barclay

Produit par John Parish (PJ Harvey), Monsters in Love est le cinquième album studio de l'excentrique artiste de rock français Dionysos. Inspirés par le décès de la mère du chanteur principal Mathias Malzieu, ses 16 titres en anglais et en français sont à ce jour les plus personnels du groupe. Sorti en 2005, le successeur de Western Sous la Neige incluait le single "La Métamorphose de Mister Chat" et une collaboration avec le duo de rock garage britannique The Kills ("Old Child"). © Jon O'Brien /TiVo

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Barclay

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD25,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 14 octobre 2016 | Columbia

Huitième album du groupe originaire de Valence, Vampire en Pyjama succède à Bird’n’Roll, publié presque quatre ans plus tôt, et se fait l’écho de l’expérience douloureuse traversée par l’emblématique chanteur Mathias Malzieu. Ce dernier, qui a passé de longues journées à l’hôpital vêtu de son pyjama Batman, a en effet dû subir une greffe de moelle osseuse et a décidé de raconter son combat contre la maladie à travers ce disque, mais aussi un livre, Journal d’un vampire en pyjama. Touchant, comme sur la reprise de Lykke Li, « I Follow Rivers » avec ses arrangements western et son piano bastringue, ou encore le subtil et pudique « Know Your Anemy », Vampire en Pyjama a tout du disque héroïque et flamboyant. Ne serait-ce que parce que le combat qu’il décrit et ses différentes étapes sont palpables à tout moment : de l’insouciance de « Chanson d’été » à la prise de conscience de « Vampire de l’amour », impeccable single, ou « Guerrier de porcelaine », en passant par le dramatique « Dame Oclès » et la renaissance sublime de « Vampire en pyjama ». Ultime morceau du disque aux arrangements légers, ce dernier voit Mathias Malzieu se livrer à cœur ouvert, sans autres artifices qu’une guitare acoustique et des chœurs solennels, semblant provenir d’une bande-originale d’Ennio Morricone : « J’ai changé de groupe sanguin mais pas de groupe de copains, Dionysos est né deux fois. Je suis un nouveau-né de 40 ans passés, je ne suis plus un vampire, j’ai brûlé mon pyjama ». Bien sûr, Mathias Malzieu aurait pu faire de Vampire en Pyjama, album personnel au plus haut point, un disque solo, et personne ne lui en aurait voulu. Mais l’effort de groupe est réel, et force l’admiration, car outre la qualité intrinsèque des compositions, l’amitié et la solidarité sont perceptibles au détour de chaque piste, faisant sûrement de cet opus le meilleur de la discographie Dionysienne. © ©Copyright Music Story 2016
A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 11 novembre 2016 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 11 novembre 2016 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD10,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 11 octobre 2019 | Load, un label de Sony Music

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 23 octobre 2015 | Columbia

A partir de :
CD10,99 CHF

Rock progressif - Paru le 1 mai 2010 | Mapuga

A partir de :
CD10,99 CHF

Rock - Paru le 31 août 2018 | Disques Pionniers

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 6 février 2019 | Columbia

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 5 juillet 2019 | Columbia

L'interprète

Dionysos dans le magazine