Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Rock - Paru le 25 septembre 2020 | Reprise

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Trente ans c’est long, et jamais l’on aurait pu imaginer que la présence de Deftones sur les scènes du monde entier puisse autant dater. C’est pourtant bel et bien le cas. Lorsque l’on jette un regard en arrière sur la carrière des américains, on peut pourtant comprendre aisément pourquoi le temps ne semble n’avoir jamais eu aucune prise sur eux. Deftones c’est l’alliage imparable des vieilles recettes allié à une modernité de tous les instants. C’est ce sel qui aura fait la légende de White Pony, troisième album des natifs de Sacramento, et plus globalement, aura toujours motivé le combo dans sa créativité. Marquant le retour de Terry Date, producteur mythique des quatre premiers opus de Deftones, Ohms n’échappe pas à la règle. La modernité est là, dans la musique autant que dans l’attitude. L’annonce de l’album aura été précédée de beaucoup de teasing sur les réseaux sociaux, Deftones vit et compose avec son temps. Parfois même, le groupe voit au-delà et c’est finalement tout sauf une surprise quand l’entame de la galette avec Genesis se fait tout aussi majestueuse qu’effarante avec ses synthés aériens, annonciateurs des hurlements de Chino Moreno. Les rythmes martiaux d’Abe Cunningham sont toujours là et parachèvent ce sens de la rythmique acéré propre à Deftones. On ne peut qu’applaudir face à la maestria d’un titre comme Ceremony, qui sembler allier avec une facilité déconcertante une Pop des plus envoûtantes et un Metal des plus extrêmes. Pompeji, Headless ou Radiant City nous transportent vers des moments plus cinématographiques qui se répondent entre eux. Le fil rouge de l’album nous emmène vers le meilleur d’anciens albums du combo, qu’il s’agisse de la grandiloquence de Koi No Yokan, la fougue d’Around The Fur ou le sens du laisser-aller de Saturday Night Wrist. Ohms est une magnifique toile, inspirée, colorée et surtout fignolée jusqu’au moindre détail. A apprécier sans modération ! © Maxime Archambaud/Qobuz
A partir de :
HI-RES26,49 CHF
CD22,99 CHF

Rock - Paru le 9 novembre 2012 | Reprise

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Deftones n'est décidément pas un groupe banal. Mine de rien, il a réussi depuis ses débuts à faire valser les classifications tout en entraînant une masse de fans toujours conséquente. Le tout grâce à des disques qui ne sont jamais neutres. Aujourd'hui, Deftones se situe de plus en plus dans une veine progressive, comme un Radiohead ou un Muse dopé aux anabolisants. Car même si le hardcore des débuts n'est qu'un lointain souvenir, Deftones reste un groupe vraiment sauvage dans ses titres les plus agressifs.Pour son deuxième disque avec le groupe, le bassiste Sergio Vega prend forcément de l'importance même s'il ne remplace pas encore Chi Cheng dans les coeurs. Dense de onze titres ramassés, Koi No Yokan se situe en droite ligne de Diamond Eyes et mérite autant d'égards.D'emblée, Koi No Yokan place la barre très haut en matière de metal progressif avec « Swerve City » et « Romantic Dreams ». cette tendance est confirmée plus loin par le vibrant hommage à Pink Floyd qu'est l'étourdissant « Tempest ». Ce penchant pour des ambiances très élaborées n'éloigne pas pour autant Deftones de la hargne qui l'a toujours habité. « Leathers » débute ainsi calmement pour mieux asséner une baffe d'une ampleur soudaine. Moins subtil, « Gauze » met en avant ses racines hardcore.Avec Koi No Yokan, Deftones se rapproche de plus en plus des grands noms du rock classique. Il montre une capacité à créer un son unique qui n'a plus rien à envier à The Cure, Led Zeppelin, ou Pink Floyd, ce qui le place en galante compagnie. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2016
A partir de :
HI-RES29,99 CHF
CD25,99 CHF

Rock - Paru le 11 décembre 2020 | Reprise

Hi-Res
Pour célébrer l’entrée dans le deuxième millénaire, Deftones sortait son fabuleux White Pony, référence à la cocaïne. S’il est considéré comme le meilleur opus du groupe, c’est parce qu’il vient affirmer la direction artistique de ce dernier. Même si ce côté obscur, parfois malsain, est toujours présent, la recherche des accords et arrangements justes semble cette fois prendre le dessus. Sur l’opening track Back To School (Mini Maggit), Chino Moreno rappe pour dénoncer les carences du système d’éducation américain, soutenu par des guitares métal. Dense et intense, l’écoute d’une seule traite peut se révéler difficile, faisant de White Pony un album à découvrir et déguster en plusieurs fois. Cependant, un morceau comme Digital Bath laisse aux tympans le temps de souffler pour une ballade ayant des faux airs de Smashing Pumpkin. Au contraire, Elite saura ravir les plus énergiques, la musique faisant véritablement l’effet d’une bombe. Maîtrisé de bout en bout, White Pony est LA référence du son Deftones, l’album qu’il faut écouter pour comprendre l’influence du groupe sur la scène métal. © AR/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 16 mai 2000 | Maverick

Hi-Res
Rien de mieux que la sortie d’un album pour célébrer l’entrée dans le deuxième millénaire. White Pony, faisant référence à la cocaïne, promet d’ailleurs un nouvel an animé. S’il est considéré comme le meilleur opus du groupe, c’est parce qu’il vient affirmer la direction artistique de ce dernier. Même si ce côté obscur, parfois malsain, est toujours présent, la recherche des accords et arrangements justes semble cette fois prendre le dessus. Sur l’opening track Back To School (Mini Maggit), Chino Moreno rappe pour dénoncer les carences du système d’éducation américain, soutenu par des guitares métal. Dense et intense, l’écoute d’une seule traite peut se révéler difficile, faisant de White Pony un album à découvrir et déguster en plusieurs fois. Cependant, un morceau comme Digital Bath laisse aux tympans le temps de souffler pour une ballade ayant des faux airs de Smashing Pumpkin. Au contraire, Elite saura ravir les plus énergiques, la musique faisant véritablement l’effet d’une bombe. Maîtrisé de bout en bout, White Pony est LA référence du son Deftones, l’album qu’il faut écouter pour comprendre l’influence du groupe sur la scène métal. © AR/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 27 octobre 1997 | Maverick

Hi-Res
A peine remis d’une énergie dévastatrice libérée par Adrenaline deux ans auparavant, les fans des Deftones sont une nouvelle fois servis en cette année 1997. Sans doute l’album le plus violent du groupe, Around The Fur est aussi un hymne à la composition simple mais efficace : riffs ravageurs, saturation à outrance, hurlements violents… Chaque membre du groupe a pour but de faire de ce nu metal punk hardcore un exutoire pour son public. L’œuvre est tout de même empruntée de mélancolie, en témoignent Be Quit and Drive (Far Away) ou Mascara, où le tempo est ralenti. Pour résumer, Around The Fur est l’album de transition par excellence, faisant le pont entre des compositions furieuses et la recherche mélodique pointue qui fera l’identité du groupe par la suite. Reconnu et apprécié par les fans, cet album est une valeur sûre (et promis, la jaquette n’y est pour absolument rien). © AR/qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 29 septembre 1995 | Maverick

Hi-Res
Quelle énergie ! Quelle énergie dégagée par l’ensemble de cet album ! Pas une chanson n’est laissée de côté, toutes témoignent d’une présence et d’une puissance forte. Pour un premier opus, les Deftones rendent un album brut, sans prise de risque. Cependant, ils donnent déjà l’identité de ce qu’ils mettront en place toute leur carrière : le nu metal. Même si ce n’est pas leur album le plus progressif, on sent quand même des influences très punk, grunge ou hardcore. Phénomène intéressant, même si les Deftones mettent en place un chao musical, on sent qu’ils gardent la maîtrise sur leur enfant. De même, le processus créatif est travaillé et approfondi, apportant de nombreuses nuances musicales aux mélodies, ce qui est rare dans le métal. Dans l’ensemble groovy, Adrenaline s’est révélé être la parfaite rampe de lancement pour les Deftones, promettant dès 1995 une longue et prolifique carrière… © AR/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 19 mai 2003 | Maverick

Hi-Res
Difficile pour le groupe de trouver le repos après une tournée acharnée suite au réussi White Pony… Pourtant, un break de quelques mois et un retour en studio permettent de mettre au monde l’éponyme Deftones. Indéniablement moins expérimental que son aîné, Deftones s’affiche comme une version plus mature et tranchante qu’Adrenaline. D’ailleurs, en commençant par Hexagram, on comprend tout de suite que le la voix de Moreno n’a rien perdu de sa puissance, surfant sur une mélodie mélancolique pour crier sa rage. S’essayant toujours à de nouveaux styles, la chanson Lucky Boy rajoute une touche trip hop des plus agréables à l’ensemble. Mais que les fans soient rassurés, avec When Girls Telephone Boys, on retrouve probablement ici ce que Deftones a fait de plus direct et violent. Moins original que son illustre prédécesseur, Deftones n’en demeure pas moins un album mature et riche. © AR/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 23 avril 2010 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES21,49 CHF
CD18,49 CHF

Rock - Paru le 8 avril 2016 | Reprise

Hi-Res
L’ouverture de Gore est une oscillation entre un registre calme et mélodique, ou la ligne de basse vient apporter une rythmique soutenue, pour ensuite laisser les guitares hurler, toute distorsion dehors. Chino Moreno est toujours maître de son organe vocal et fait de cette alternance de tempo son terrain de jeu. Dans l’ensemble, l’album est un récital de guitares saturées, où les baffles des amplis sont proches de la rupture à chaque attaque de médiator, le tout ponctué d’une batterie qui ne discontinue pas de tenir une rythmique lourde. L’intelligence du groupe réside dans sa capacité à temporiser l’écoute lorsque nécessaire. Toujours dans la mouvance nu metal, Deftones est capable d’ajouter des sonorités new wave, et rend un album très proche d’un grunge survitaminé. © RB/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 30 octobre 2006 | Maverick

Hi-Res
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Rock - Paru le 23 avril 2010 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,79 CHF
CD2,39 CHF

Rock - Paru le 21 août 2020 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,79 CHF
CD2,39 CHF

Rock - Paru le 30 octobre 2020 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,79 CHF
CD2,39 CHF

Rock - Paru le 13 novembre 2020 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,79 CHF
CD2,39 CHF

Rock - Paru le 18 septembre 2020 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,79 CHF
CD2,39 CHF

Rock - Paru le 3 décembre 2020 | Reprise

Hi-Res

L'interprète

Deftones dans le magazine
  • QIBUZ / Lundi 15 avril 2013
    QIBUZ / Lundi 15 avril 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Rock en Seine taille enfant
    Rock en Seine taille enfant Le Mini Rock En Seine, dédié aux enfants revient cette année pour initier les enfants des festivaliers aux joies du rock.