Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD21,49 CHF

Hard Rock - Paru le 4 octobre 2005 | Rhino - Maverick Records

Dix ans après la sortie d’Adrenaline et comme pour fêter l’anniversaire, Deftones – dont l’enregistrement erratique du cinquième album s’étale de plus en plus – sort cette compilation CD/DVD, largement composée de reprises (huit titres sur quatorze).  En dépit de la variété des styles, toutes sont très réussies. Celles des Smiths (« Please Please Please Let Me Get What I Want »), de The Cure (« If Only Tonight We Could Sleep »), de Cocteau Twins (« Wax & Wane ») ou de Duran Duran (« The Chauffeur »), tout d’abord, qui permettent de prendre la mesure du goût notoire de Chino Moreno pour la new wave et de rock anglais des années 80. Mais aussi la reprise – surprenante – de la chanteuse Sade (« No Ordinary Love »), douce et dolente ; celle, grinçante et rageuse, du « Sinatra » des metalleux bruitistes new-yorkais de Helmet ; ou encore celle de « Simple Man » des Sudistes de Lynyrd Skynyrd.    Par ailleurs, la compilation fait la part belle aux inédits et versions retravaillées de morceaux du groupe. Trois morceaux subissent une relecture acoustique (« Digital Bath », « Change (in the House of Flies) », « Be Quiet and Drive (Far Away) »), assez convaincante. Le trip-hop « Teenager » est repris en duo avec Michael Harris, d’Idiot Pilot, dont cette version retravaillée est le fait. Quant aux inédits, « Crenshaw Punch / I’ll Throw Rocks At You »  rappelle certains morceaux « aériens » de la première époque et « Black Moon » est morceau réussi de rap metal sur lequel Chino Moreno cède le micro à B-Real (Cypress Hill).   Avant tout commercialisé à l’attention des fans (probablement, entre autres, pour les faire patienter), B-Sides & Rarities est néanmoins un disque recommandable, tant il est varié et équilibré. Il donne aussi un aperçu des influences qui ont marqué les Deftones.   © ©Copyright Music Story Guillaume Mougel 2016
A partir de :
CD22,99 CHF

Hard Rock - Paru le 16 mai 2000 | Rhino

Rien de mieux que la sortie d’un album pour célébrer l’entrée dans le deuxième millénaire. White Pony, faisant référence à la cocaïne, promet d’ailleurs un nouvel an animé. S’il est considéré comme le meilleur opus du groupe, c’est parce qu’il vient affirmer la direction artistique de ce dernier. Même si ce côté obscur, parfois malsain, est toujours présent, la recherche des accords et arrangements justes semble cette fois prendre le dessus. Sur l’opening track Back To School (Mini Maggit), Chino Moreno rappe pour dénoncer les carences du système d’éducation américain, soutenu par des guitares métal. Dense et intense, l’écoute d’une seule traite peut se révéler difficile, faisant de White Pony un album à découvrir et déguster en plusieurs fois. Cependant, un morceau comme Digital Bath laisse aux tympans le temps de souffler pour une ballade ayant des faux airs de Smashing Pumpkin. Au contraire, Elite saura ravir les plus énergiques, la musique faisant véritablement l’effet d’une bombe. Maîtrisé de bout en bout, White Pony est LA référence du son Deftones, l’album qu’il faut écouter pour comprendre l’influence du groupe sur la scène métal. © AR/Qobuz
A partir de :
CD22,99 CHF

Hard Rock - Paru le 29 septembre 1995 | Rhino

Quelle énergie ! Quelle énergie dégagée par l’ensemble de cet album ! Pas une chanson n’est laissée de côté, toutes témoignent d’une présence et d’une puissance forte. Pour un premier opus, les Deftones rendent un album brut, sans prise de risque. Cependant, ils donnent déjà l’identité de ce qu’ils mettront en place toute leur carrière : le nu metal. Même si ce n’est pas leur album le plus progressif, on sent quand même des influences très punk, grunge ou hardcore. Phénomène intéressant, même si les Deftones mettent en place un chao musical, on sent qu’ils gardent la maîtrise sur leur enfant. De même, le processus créatif est travaillé et approfondi, apportant de nombreuses nuances musicales aux mélodies, ce qui est rare dans le métal. Dans l’ensemble groovy, Adrenaline s’est révélé être la parfaite rampe de lancement pour les Deftones, promettant dès 1995 une longue et prolifique carrière… © AR/Qobuz
A partir de :
CD14,49 CHF

Hard Rock - Paru le 19 mai 2003 | Maverick

Difficile pour le groupe de trouver le repos après une tournée acharnée suite au réussi White Pony… Pourtant, un break de quelques mois et un retour en studio permettent de mettre au monde l’éponyme Deftones. Indéniablement moins expérimental que son aîné, Deftones s’affiche comme une version plus mature et tranchante qu’Adrenaline. D’ailleurs, en commençant par Hexagram, on comprend tout de suite que le la voix de Moreno n’a rien perdu de sa puissance, surfant sur une mélodie mélancolique pour crier sa rage. S’essayant toujours à de nouveaux styles, la chanson Lucky Boy rajoute une touche trip hop des plus agréables à l’ensemble. Mais que les fans soient rassurés, avec When Girls Telephone Boys, on retrouve probablement ici ce que Deftones a fait de plus direct et violent. Moins original que son illustre prédécesseur, Deftones n’en demeure pas moins un album mature et riche. © AR/Qobuz

L'interprète

Deftones dans le magazine
  • QIBUZ / Lundi 15 avril 2013
    QIBUZ / Lundi 15 avril 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Rock en Seine taille enfant
    Rock en Seine taille enfant Le Mini Rock En Seine, dédié aux enfants revient cette année pour initier les enfants des festivaliers aux joies du rock.