Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,49 CHF
CD10,99 CHF

Classique - Paru le 30 mai 2012 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Coup de coeur de l'Académie Charles Cros - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Mariana Flores, soprano - Paulin Bündgen, contre-ténor - Fernando Guimaraes, ténor - Christian Immler, basse - Ensemble Clematis - Dir. Leonardo García-Alarcón
A partir de :
HI-RES17,99 CHF
CD11,99 CHF

Classique - Paru le 28 août 2012 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Depuis l’époque romantique, tous les violonistes ont joué la fameuse Chaconne de Tomaso Antonio Vitali. Mais la partition dont ils disposaient était toujours basée sur l’édition modifiée qu’en avait faite le virtuose Ferdinand David vers 1860. Certains aspects étranges et les modulations inattendues de cette Chaconne ont toujours surpris les baroqueux qui l’on toujours considérée comme un « faux ». Repartant du manuscrit original, Stéphanie de Failly rend à cette composition boudée une lumière nouvelle, qui la relie aux autres compositions de Tomaso Antonio Vitali et à celles de son père Giovanni Battista, dont l’inventivité et les pièces et danses variées conduisent directement aux extravagances de la Chaconne.
A partir de :
HI-RES17,99 CHF
CD11,99 CHF

Classique - Paru le 10 mai 2016 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
À y bien regarder, Giovanni Legrenzi est le plus connu des compositeurs italiens de sa génération, si l’on exclut Lully dont la carrière se déroula en France ; c’est non seulement le plus connu mais, qui plus est, plus ou moins le seul, précédé d’une génération par Carissimi et Cavalli, suivi d’une par Corelli. Ses œuvres n’en sont donc que plus précieuses car elles représentent plus ou moins l’unique pont entre deux grandes époques ; et aussi l’unique pont entre deux styles vénitiens, celui de Gabrieli – bien plus tôt – et Vivaldi, dont il fut peut-être l’un des maîtres – bien plus tard. Voici, sous les doigts de l’ensemble Clematis, un large éventail de sa création instrumentale de 1655 à 1691 (du moins si l’on s’en tient aux dates de publication, certains ouvrages ayant pu être écrits plus tôt, et considérant qu’il mourut déjà en 1690… recyclage oblige !), le reste de son imposant répertoire étant consacré à l’opéra et surtout à la musique sacrée qu’il écrivit lors de ses diverses charges de maître de chapelle, en particulier à Saint-Marc à la fin de sa vie. Du point de vue formel, Legrenzi oscille entre deux genres : celui de la suite de danses, et celui de la sonate d’église avec son alternance de mouvements lents et rapides. Les parties solistes vont de deux à quatre instruments, avec force richesse polyphonique, la signature vénitienne. Enregistré en juin 2014 à l’église San Bernardino de Molfetta (Italie) et en septembre 2015 l’église Notre-Dame de Centeilles (France) © SM/Qobuz« La réussite est totale, due aussi bien aux archets de Clematis qu’aux soins experts de Jérôme Lejeune, patron du label, preneur de son, et violiste de l’ensemble pour l’une des vingt-quatre plages. [...] Toutes les sonates solistes et les parties supérieures reviennent à Stéphanie de Failly : archet droit et souple à la fois, dont le rapport à la pulsation tient de l’évidence, en solo comme dans le dialogue avec ses comparses. [...] Les timbres ne sont pas en reste : écoutez dans La Pezzoli (op. 4) l’articulation superbement ciselée de la viola da spalla, dont l’extraordinaire sonorité de basson répond à celles, si riches, de l’orgue de Molfetta, ou encore sur la plage suivante, dans La Foscari (op. 2), le basson lui-même ici en dialogue avec le violon. » (Diapason, septembre 2016 / Luca Dupont-Spirio)
A partir de :
HI-RES17,99 CHF
CD11,99 CHF

Musique de chambre - Paru le 28 avril 2017 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Alors que Monteverdi a sans conteste dominé et influencé toute la production de musique vocale sacrée et profane de son temps, on reste sur sa faim en ce qui concerne la musique instrumentale, qui occupe une place bien maigre dans le catalogue de ses œuvres. Pourtant, à de très nombreuses occasions, il a inséré de la musique instrumentale dans ses œuvres vocales, dès lors qu’une partie instrumentale était nécessaire pour un accompagnement, ou plus particulièrement pour des ballets et des ritournelles. Il est incontestable que l’une des grandes originalités de la partition de l’Orfeo, par exemple, est la quantité et la qualité de musique instrumentale dont le rôle est loin d’être accessoire, mais au contraire intimement associé à la construction de l’ouvrage, qu’il s’agisse de la Toccata d’ouverture, des balletti et surtout des ritornelli et sinfonie qui sont toutes conçues avec une véritable fonction dramatique ; ainsi que quelques airs avec accompagnement instrumental noté, là où les autres moments vocaux n’ont droit qu’à un continuo, même si les exécutants de l’époque devaient sans doute improviser des petits échanges aux violons etc.). L’année suivant son Orfeo, dont cet album propose donc un large florilège des grands moments instrumentaux ainsi que quelques airs accompagnés d’instruments, c’est à un tout autre spectacle que Monteverdi convie son mécène le duc de Mantoue : le ballet Il Ballo delle Ingrate, également proposé par l’ensemble Clematis. En guise de parallèle, il nous est également offert nombre de pièces instrumentales et vocales de Salomone Rossi, contemporain et collègue de Monteverdi à la cour de Mantoue. À l’auditeur de se faire sa propre conception de la différence entre l’un et l’autre ; on entendra même quelques autres pièces contemporaines de Biagio Marini, Gasparo Zanetti et Giuseppino del Bialo, pour un concert « complet » de ce qui se pouvait alors entendre à Mantoue jusqu’à ce que les grandes épidémies de peste aux alentours de 1630, sans oublier l’épouvantable Guerre de Trente Ans, ne viennent obscurcir toute l’Italie du Nord – ainsi qu’une bonne partie de l’Europe, d’ailleurs. © SM/Qobuz« [...] L'Ensemble Clemantis mené par Stéphanie de Failly nous emmène à la cour de Mantoue au son des musiques instrumentales. L'angle d'approche original n'a d'égal que la qualité des instrumentistes et leur sens du rebond.» (Classica, juin 2017)
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 28 août 2012 | Ricercar

Hi-Res Livret
Depuis l’époque romantique, tous les violonistes ont joué la fameuse Chaconne de Tomaso Antonio Vitali. Mais la partition dont ils disposaient était toujours basée sur l’édition modifiée qu’en avait faite le virtuose Ferdinand David vers 1860. Certains aspects étranges et les modulations inattendues de cette Chaconne ont toujours surpris les baroqueux qui l’on toujours considérée comme un « faux ». Repartant du manuscrit original, Stéphanie de Failly rend à cette composition boudée une lumière nouvelle, qui la relie aux autres compositions de Tomaso Antonio Vitali et à celles de son père Giovanni Battista, dont l’inventivité et les pièces et danses variées conduisent directement aux extravagances de la Chaconne.
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Ricercar

Hi-Res Livret
Conçu dans une passionnante perspective historique, cet album raconte en musique l’invention du violon à Crémone et son développement à Venise où on commence à l’utiliser au début de l’ère baroque, vers 1600. Petit à petit, la « viola da braccio » est modifiée et perfectionnée par des luthiers inventifs comme les Amati, puis leurs héritiers Guarneri et Stradivari. Ces nouveaux instruments sortent des ateliers de Crémone et de Brescia, en Italie du nord. Avant Corelli, dont les œuvres vont inonder toute l’Europe, Giovanni Gabrieli, Biagio Marini, Salomone Rossi, Giovanni Legrenzi ou encore Francesco Cavalli composent les premières œuvres pour violon(s). Créé en 2001 en Belgique par la violoniste Stéphanie de Failly, l’ensemble Clematis (du nom d’une fleur agréablement odorante qui symbolise idéalisme et créativité) se consacre principalement à la découverte des répertoires méconnus du XVIIe siècle : italien, allemand et français. L’ensemble se consacre en particulier au développement italien du répertoire pour violon, comme l’illustrent les enregistrements dédiés à Carlo Farina d'une part et à Giovanni Battista et Tomaso Antonio Vitali d'autre part. Stéphanie de Failly a notamment enregistré la célèbre Ciaconna de Vitali d'après le manuscrit original, rendant à cette partition toute son originalité baroque. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 9 avril 2010 | Ricercar

Livret
A partir de :
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 22 mai 2009 | Ricercar

Livret
Canzoni, Sonata, Balletto, Pavana etc. des Livres 1, 2, 4 et 5 / Stéphanie de Failly, violon - Leonardo García-Alarcón, clavecin - Ensemble Clematis
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 17 avril 2020 | Ricercar

Hi-Res Livret
Avec sa basse de ciaconna, le concert spirituel Nun danket alle Gott de Hammerschmidt illustre parfaitement le programme de cet enregistrement qui est consacré aux influences du baroque italien sur les oeuvres de compositeurs luthériens du XVIIe siècle. L’immense majorité du répertoire réuni ici provient à nouveau de la très riche bibliothèque réunie à la fin du XVIIe siècle par Gustav Düben, organiste de l’église allemande de Stockholm. C’est là que figure l’unique copie connue d’un Confitebor tibi, Domine de Claudio Monteverdi. D’autres compositeurs comme Bernhard ou Rosenmüller ont des liens très étroits avec l’Italie et font partie de ceux qui ont contribué à transmettre les pratiques italiennes en Allemagne. De plus, dans tout ce répertoire sacré, le rôle des instruments et particulièrement celui du violon (instrument emblématique de l’Italie) est très développé. Les instruments accompagnent la voix et commentent les textes d’une façon très expressive. © Ricercar
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Ricercar

Hi-Res Livret
Dans les années 1960, l’éclosion du mouvement de redécouverte des musiques anciennes a aussi été le fait d’instrumentistes qui participaient de façon très active aux créations contemporaines les plus nouvelles. C’est dans ce contexte que Pierre Bartholomée avait écrit un Tombeau de Marin Marais pour les musiciens de l’ensemble Alarius (Janine Rubinlicht, Robert Kohnen, Wieland et Sigiswald Kuijken) qui, d’autre part, étaient aussi actifs au sein de l’ensemble Musiques Nouvelles. Les musiciens de cette génération sont en quelque sorte les « pères » des quarante années de Ricercar, rend ainsi hommage à ces pionniers, rééditant une version re-masterisée de la composition de Pierre Bartholomée et proposant des œuvres récentes destinées aux instruments anciens de quelques ensembles essentiels du label en 2020. © Ricercar
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 28 avril 2017 | Ricercar

Hi-Res Livret
Alors que Monteverdi a sans conteste dominé et influencé toute la production de musique vocale sacrée et profane de son temps, on reste sur sa faim en ce qui concerne la musique instrumentale, qui occupe une place bien maigre dans le catalogue de ses œuvres. Pourtant, à de très nombreuses occasions, il a inséré de la musique instrumentale dans ses œuvres vocales, dès lors qu’une partie instrumentale était nécessaire pour un accompagnement, ou plus particulièrement pour des ballets et des ritournelles. Il est incontestable que l’une des grandes originalités de la partition de l’Orfeo, par exemple, est la quantité et la qualité de musique instrumentale dont le rôle est loin d’être accessoire, mais au contraire intimement associé à la construction de l’ouvrage, qu’il s’agisse de la Toccata d’ouverture, des balletti et surtout des ritornelli et sinfonie qui sont toutes conçues avec une véritable fonction dramatique ; ainsi que quelques airs avec accompagnement instrumental noté, là où les autres moments vocaux n’ont droit qu’à un continuo, même si les exécutants de l’époque devaient sans doute improviser des petits échanges aux violons etc.). L’année suivant son Orfeo, dont cet album propose donc un large florilège des grands moments instrumentaux ainsi que quelques airs accompagnés d’instruments, c’est à un tout autre spectacle que Monteverdi convie son mécène le duc de Mantoue : le ballet Il Ballo delle Ingrate, également proposé par l’ensemble Clematis. En guise de parallèle, il nous est également offert nombre de pièces instrumentales et vocales de Salomone Rossi, contemporain et collègue de Monteverdi à la cour de Mantoue. À l’auditeur de se faire sa propre conception de la différence entre l’un et l’autre ; on entendra même quelques autres pièces contemporaines de Biagio Marini, Gasparo Zanetti et Giuseppino del Bialo, pour un concert « complet » de ce qui se pouvait alors entendre à Mantoue jusqu’à ce que les grandes épidémies de peste aux alentours de 1630, sans oublier l’épouvantable Guerre de Trente Ans, ne viennent obscurcir toute l’Italie du Nord – ainsi qu’une bonne partie de l’Europe, d’ailleurs. © SM/Qobuz « [...] L'Ensemble Clemantis mené par Stéphanie de Failly nous emmène à la cour de Mantoue au son des musiques instrumentales. L'angle d'approche original n'a d'égal que la qualité des instrumentistes et leur sens du rebond.» (Classica, juin 2017)
A partir de :
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 2 décembre 2010 | Ricercar

Livret
Poursuivant la rétrospective que Fuga Libera a débutée sur l'œuvre de Matheo Romero, cet enregistrement, par l’ensemble Clematis, est consacré à l’œuvre profane du compositeur. Les airs interprétés à trois ou quatre voix sont nettement influencés par la musique ibérique, et témoignent aussi de l’influence du madrigal italien, de la polyphonie franco-flamande, et de tout ce qui annonce la naissance de l’opéra.
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 30 mai 2012 | Ricercar

Hi-Res Livret
Mariana Flores, soprano - Paulin Bündgen, contre-ténor - Fernando Guimaraes, ténor - Christian Immler, basse - Ensemble Clematis - Dir. Leonardo García-Alarcón
A partir de :
HI-RES23,29 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 10 mai 2016 | Ricercar

Hi-Res Livret
À y bien regarder, Giovanni Legrenzi est le plus connu des compositeurs italiens de sa génération, si l’on exclut Lully dont la carrière se déroula en France ; c’est non seulement le plus connu mais, qui plus est, plus ou moins le seul, précédé d’une génération par Carissimi et Cavalli, suivi d’une par Corelli. Ses œuvres n’en sont donc que plus précieuses car elles représentent plus ou moins l’unique pont entre deux grandes époques ; et aussi l’unique pont entre deux styles vénitiens, celui de Gabrieli – bien plus tôt – et Vivaldi, dont il fut peut-être l’un des maîtres – bien plus tard. Voici, sous les doigts de l’ensemble Clematis, un large éventail de sa création instrumentale de 1655 à 1691 (du moins si l’on s’en tient aux dates de publication, certains ouvrages ayant pu être écrits plus tôt, et considérant qu’il mourut déjà en 1690… recyclage oblige !), le reste de son imposant répertoire étant consacré à l’opéra et surtout à la musique sacrée qu’il écrivit lors de ses diverses charges de maître de chapelle, en particulier à Saint-Marc à la fin de sa vie. Du point de vue formel, Legrenzi oscille entre deux genres : celui de la suite de danses, et celui de la sonate d’église avec son alternance de mouvements lents et rapides. Les parties solistes vont de deux à quatre instruments, avec force richesse polyphonique, la signature vénitienne. Enregistré en juin 2014 à l’église San Bernardino de Molfetta (Italie) et en septembre 2015 l’église Notre-Dame de Centeilles (France) © SM/Qobuz « La réussite est totale, due aussi bien aux archets de Clematis qu’aux soins experts de Jérôme Lejeune, patron du label, preneur de son, et violiste de l’ensemble pour l’une des vingt-quatre plages. [...] Toutes les sonates solistes et les parties supérieures reviennent à Stéphanie de Failly : archet droit et souple à la fois, dont le rapport à la pulsation tient de l’évidence, en solo comme dans le dialogue avec ses comparses. [...] Les timbres ne sont pas en reste : écoutez dans La Pezzoli (op. 4) l’articulation superbement ciselée de la viola da spalla, dont l’extraordinaire sonorité de basson répond à celles, si riches, de l’orgue de Molfetta, ou encore sur la plage suivante, dans La Foscari (op. 2), le basson lui-même ici en dialogue avec le violon. » (Diapason, septembre 2016 / Luca Dupont-Spirio)
A partir de :
HI-RES33,59 CHF
CD25,79 CHF

Classique - Paru le 25 mars 2014 | Ricercar

Hi-Res Livret
Ulisse all’isola di Circe est le premier opéra joué dans les Pays-Bas du Sud. Il fut créé à Bruxelles le 24 février 1650 à l’occasion des festivités du mariage de Philippe IV d’Espagne avec Maria-Anna d’Autriche. On sait que le spectacle fut rejoué en 1655 à la demande de la reine Christine de Suède. Leonardo García Alarcón, les chanteurs de la Cappella Mediterranea constituent une distribution de rêve pour cet opéra. Les solistes du Chœur de Chambre de Namur sont également invités à cette production pour représenter les suivantes de Circé, le Chœur de Tritons, le Chœur de Statues…

L'interprète

Clematis dans le magazine