Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 25 août 1975 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
L’album qui a tout déclenché, et demeuré le « mètre étalon » du reste de sa discographie. Les premiers morceaux de bravoure dans la suite de « Rosalita » avec un tableau des laissés pour compte du rêve américain, orné d’une séquence qui ne doit rien au hasard : « Thunder Road » débute le matin, « Backstreets » évoque une chaude après midi (à la moiteur évoquée par la répétition –plus de vingt fois- de « hiding on the backstreets »), l’hymne « Born To Run » une soirée, et l’interminable « Jungleland », qui se termine au petit matin suivant. Jon Landau le co-producteur et manager marque son territoire face au futur ex-entourage de Bruce Springsteen : contre l’avis général par exemple, c’est lui qui conseille de replacer le solo de sax de « Thunder Road » à la fin plutôt qu’au milieu où il faisait retomber la sauce. Son jeune ingénieur du son Jimmy Iovine se fera un nom ensuite, comme producteur du Easter du Patti Smith Group entre autres, puis comme fondateur du label Interscope. Parmi les nombreuses chansons enregistrées mais écartées pour cet album, deux ont surgi dans le coffret Tracks de 1998 : « Linda Let Me Be The One »  et « So Young And In Love », et une dans la compilation The Essential en 2003 : « None But The Brave ». Born To Run a été réédité sous forme de coffret en 2005, « remasterisé », avec le « making of » de l’album et deux heures de film tirés des fameux concerts de l’Hammersmith Odeon à Londres les 18 et 24 novembre 1975. © Jean-Noël Ogouz / Music-Story
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 2 juin 1978 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES30,99 CHF
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en sortant Nebraska. À l’opposé des cinq précédents disques du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 30 juillet 2002 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 9 novembre 1973 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Après un début « prometteur » selon la formule consacrée, mais aux ventes réduites (23 000 copies aux U.S.A.), Bruce Springsteen met l’accent sur les guitares et propose un Rock ‘n’ Roll funky ambitieux huit mois plus tard seulement. Véritable glorification de la jeunesse arrogante typiquement américaine, notamment avec le lyrique « Rosalita » qui restera longtemps à son répertoire de scène, et l’unique document filmé disponible, jusqu’au vidéo-clip de « Dancing In The Dark », il réalise ici l’un des plus grands albums de l’histoire, et c’est seulement son deuxième ! Il en fera d’autres bien distincts, mais celui-ci renferme sept titres parmi les meilleurs de son répertoire, en particulier la suite « urbaine » : « Incident on 57th Street » - « Rosalita (Come Out Tonight) » - « New York City Serenade ». Il maîtrise son sujet, la poésie, la mélodie, l’instrumentation, et la variété sonore. A l’époque, un seul homme dans l’industrie musicale croyait dans le potentiel de Bruce Springsteen en France où il était ignoré. Le regretté Michel Castric, découvreur de talents internationaux chez CBS (futur Sony/BMG). Il en fût récompensé un an plus tard avec l’explosion de Born To Run. © Jean-Noël Ogouz / Music-Story
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 30 septembre 1982 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en publiant ce Nebraska. À l’opposé des cinq précédents opus du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 31 mars 1992 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 5 janvier 1973 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES35,99 CHF
CD30,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 16 novembre 2010 | Columbia

Hi-Res Distinctions Sélection Les Inrocks
Album essentiel du Boss paru en 1978, Darkness On The Edge Of Town faisait suite au survitaminé Born To Run. Springsteen resserrait alors les boulons de son E-Street Band pour un disque, son quatrième, moins grandiloquent. De nombreuses chansons de ces séances étaient restées inédites. The Promise les rassemble enfin ! Sur 21 titres, le Boss offre une fois de plus un instantané poignant de cette bannière étoilé froissée, de l’american dream souvent maltraité, bref la chronique d’une Amérique de la marge, dont il reste l’un des plus étincelants ambassadeurs...
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 25 avril 2006 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 6 mars 2012 | Columbia

Hi-Res Distinctions Sélection Les Inrocks
Les mauvaises langues diront que c’est toujours la même rengaine… Ce riff de guitare sans fioriture, cette rythmique à l’uppercut, cette voix tripale, ces textes évoquant la rudesse du quotidien et les petites gens, toute la quincaillerie de Bruce Springsteen a beau être assez avare en renouvellements ou en révolutions de palais et pourtant, oui pourtant, chaque nouveau disque du Boss touche au cœur et rappelle qu’en matière de rock’n’roll la simplicité est souvent voire toujours payante. Et ce Wrecking Ball confirme superbement tout cela... © CM/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 31 mars 1992 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES10,99 CHF
CD7,99 CHF

Rock - Paru le 22 avril 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES30,99 CHF
CD23,49 CHF

Rock - Paru le 23 octobre 2020 | Columbia

Hi-Res
En 2019, alors qu’il souffle ses 70 bougies, le Boss sort Western Stars, un album en décalage avec ses propres clichés et qui ne ressemble à rien de ce qu’il a enregistré jusqu’ici. Ciao le E Street Band, son efficace groupe de déménageurs qui fait se lever les stades, hello cordes, cuivres et chœurs ! Le Boss se transformait avec ce disque en Glen Campbell du troisième millénaire, se détachant du temps présent, jouant davantage la carte intemporelle de l’innocence et la nonchalance plutôt que celle de la résistance et la défiance… Un an après, l’état d’esprit de Bruce Springsteen n’est plus tout à fait le même. Pour cette Letter to You, il a rameuté son E Street Band – ou ce qu’il en reste depuis les disparitions de Danny Federici (2008) et Clarence Clemons (2011) – dans son home studio du New Jersey pour enregistrer en live, 12 chansons en seulement cinq jours ! On est loin des quatorze mois qu’avaient nécessité Born to Run en 1974. La réussite de Letter to You doit beaucoup à ce contexte presque informel et organique, aux allures de réunion entre vieux potes.La ballade d’ouverture, One Minute You're Here, place ce vingtième album studio sous le signe d’une certaine nostalgie. Comme si Springsteen chantait en sépia, on l’écoute comme on feuilletterait un album de photos de proches plus de ce monde et de lieux défigurés ou disparus. Il se confie plus qu’il ne parle de personnages inventés. L’efficace single qui donne son titre à l’album est là pour rassurer les fans de l’âge d’or du E Street Band. Comme le bodybuildé Burnin' Train qu’on imagine déjà repris en chœur lors de concerts XXL ou le dément Ghosts, énième démonstration qu’on peut toujours faire du neuf avec du (très) vieux, sur lequel il chante qui il est, ce qu’il fait et pourquoi tout le monde saute dans la piscine avec lui. Tout l’album est ainsi. Comme ancré dans le Springsteen des 70's. Dans cette énergie rock’n’roll sans fioriture, seule la voix du patron, burinée par les années, nous fait comprendre qu’elle date bien de 2020 et non de 1980. L’emballage parfait pour des chansons, souvent tubesques et introspectives, qui le sont tout autant. Finalement, la vraie surprise de ce disque est d’entendre un Springsteen encore plus au sommet de son art qu’à l’accoutumée… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD25,99 CHF

Rock - Paru le 14 juin 2019 | Columbia

Hi-Res
Quelques mois avant de souffler ses 70 bougies, le Boss sort un album en total décalage avec ses propres clichés. Un disque qui ne ressemble à rien de ce qu’il avait enregistré jusqu’ici. Bye bye le E Street Band, son efficace groupe d’armoires à glace qui fait se lever des stades entiers, et hello cordes, cuivres et chœurs ! Avec Western Stars, Bruce Springsteen se transforme surtout en Glen Campbell du troisième millénaire. On pense souvent au chanteur disparu en 2017 qui tendit le pont le plus solide entre pop, country et soul, voix aussi iconique que celle de Sinatra et Elvis, brillant sur les tubesques Gentle on My Mind, By the Time I Get to Phoenix, Wichita Lineman, Galveston et autre Rhinestone Cowboy…Comme son défunt aîné, Springsteen se détache volontairement du temps présent et joue davantage la carte intemporelle de l’innocence et de la nonchalance plutôt que celle de la résistance et de la défiance. A cette ambiance parfois aux frontières du kitsch, qui fleure bon la Californie fin 60's/début 70's (le Boss a dû se passer en boucle Jimmy Webb, Harry Nilsson et Burt Bacharach), s’ajoute une atmosphère cinématographique due à la production de soie et de velours de Ron Aniello, déjà à l’œuvre sur Wrecking Ball (2012) et High Hopes (2014). Rien donc de purement rock’n’roll dans ce luxueux album à prendre dans son intégralité. Drapé dans la mélancolie, Western Stars s’appréhende comme un roman ou un film, non comme une simple compilation de 13 titres. Un film qu’on se repasse en boucle pour mieux en sonder la beauté comme les secrets. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 4 juin 1984 | Columbia

Hi-Res
En 1982, le Boss mettait tout le monde par terre avec Nebraska. Loin du grand barnum du E Street Band, sa puissante formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Springsteen a joué le contre-pied, à la surprise générale, avec ce chef-d’œuvre d’épure tout acoustique, conçu à la guitare et à l’harmonica… Deux ans plus tard, comment va-t-il gérer la suite ? En ressortant l’artillerie lourde ! Guitare acoustique et magnéto cheap à la cave, le Boss signe le retour de la vengeance de la substantifique moelle de son E Street Band : batterie de bûcheron, saxo hurleur, guitares bombant le torse et hymnes de stade, il retrouve son costard de porte-parole des laissés-pour-compte. Chômage, misère, séquelles du Vietnam et grisaille quotidienne, le poète électrique du New Jersey fait de nouvelles étincelles avec son rock’n’roll frontal et sans fioriture, mélodies implacables et refrains uppercut inclus. Rien de salement chauvin dans ce Born in the USA (Quel titre ! Quelle pochette !), mais l’éternel besoin viscéral d’être la voix des prolos négligés, des sans-grade abandonnés, bref de ceux qui font aussi la bannière étoilée ; même lorsqu’elle est très froissée… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES30,99 CHF
CD25,99 CHF

Rock - Paru le 25 octobre 2019 | Columbia

Hi-Res
Cinq mois après la publication de Western Stars, son 19e album, Bruce Springsteen dévoile un film conceptuel autour de cet opus, mêlant scènes de coupe contemplatives filmées dans le désert californien – un dépaysement total pour le natif de Long Branch, sur la côte Est, et prestations live dans une atmosphère intimiste, malgré l’intervention d’un véritable orchestre de trente musiciens derrière lui. Co-réalisé par le boss lui-même avec l’appui de son collaborateur de longue date Thom Zimmy, ce film-documentaire est parcouru d’images d’archives et d’extraits d’interviews de différentes périodes, éclairantes à bien des points de vue sur ce personnage central de la musique populaire américaine. L’objet, profond et introspectif, permet en quelque sorte d’occuper le terrain malgré l’absence de tournée en soutien au disque. Il est complété par un album live capté dans une grange antique, qui par la forme même du spectacle, propose un versant séduisant de son art scénique, bien éloigné des shows d’ampleur qu’il domine de sa présence incomparable. Son set constitue un parfait complément des images tentant de capturer l’immensité des paysages arides de l’Ouest et du propos démystificateur de l’auteur, qui s’expose comme rarement, avouant ses fautes passées, ses errements et le poids de la solitude engendrée par sa quête artistique. Ce corpus de chansons nous plonge donc en plein road-trip, structuré par le fameux storytelling de l’hôte prestigieux. La setlist est rigoureusement identique à l’album, à l’exception de l’ajout d’une reprise, « Rhinestone Cowboy » de Glen Campbell, mais le nouveau traitement réservé par les somptueux arrangements donne une toute autre dimension aux compositions. Si quelques passages dénaturent parfois l’intention comme « Western Stars », « Sleepy Joe’s Café » ou « Sundown » par trop sirupeux avec ses chœurs débordants, le gain est quand même substantiel. Ainsi, « Hitch Hikin’ » gagne en gravité et en majesté, « Tucson Train » se voit offrir une introduction d’une élégance absolue… Mais le morceau qui bénéficie à plein de cet apport symphonique est sans doute « The Wayfarer » par la diversité des chemins empruntés et la richesse de l’orchestration, entre la fièvre du E-Street Band, l’intimité d’un piano-bar et la magnificence d’un concerto. Touchant et grand.  © ©Copyright Music Story Ollmedia 2019
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 16 octobre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
HI-RES35,99 CHF
CD30,99 CHF

Rock - Paru le 17 octobre 1980 | Columbia

Hi-Res

Rock - Paru le 17 juillet 2020 | Legacy Recordings

Téléchargement indisponible
Ceux qui reprochent parfois au Boss sa vision un peu trop XXL, son approche bigger than life et ses abus de testostérone musicale peuvent foncer tête baissée dans Stripped Down, nouveau volume de ses Live Series digitales. Seul sur scène avec une guitare ou un piano, Springsteen revisite ses chansons dans des versions épurées et sans gras. Dans ce dénuement qui fait mouche, même sa voix offre des teintes inédites. Effet garanti notamment sur ses tubes planétaires comme Born to Run et surtout The River lorsqu’il déroule un falsetto chamanique assez étonnant. Difficile enfin de ne pas craquer, sur une merveille naïve comme Cynthia (parue pour la première fois en 1998 sur le coffret Tracks), où le Boss redevient un bon vieux rebelle rock’n’roll. Présentés chronologiquement, ces quinze titres enregistrés sur scène aux États-Unis et en Europe, entre 1986 et 2005, rappellent, à ceux qui en douteraient, le statut de songwriter cinq étoiles du bonhomme… © Marc Zisman/Qobuz

L'interprète

Bruce Springsteen dans le magazine
  • Un Boss à l'ancienne
    Un Boss à l'ancienne Bruce Springsteen retrouve son E Street Band pour "Letter to You", un album fleurant bon l'esprit de ses grands disques des 70's et des 80's...
  • Le Boss hors du temps
    Le Boss hors du temps Avec "Western Stars", Bruce Springsteen signe son disque le plus mélancolique, une sorte d'hommage à la pop country des seventies, loin des canons du rock'n'roll musclé...
  • Le Boss par le Boss
    Le Boss par le Boss Seul sur scène, Bruce Springsteen se raconte en chansons et en anecdotes...
  • QIBUZ / Lundi 10 mars 2014
    QIBUZ / Lundi 10 mars 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 10 février 2014
    QIBUZ / Lundi 10 février 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 27 janvier 2014
    QIBUZ / Lundi 27 janvier 2014 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, n...
  • La Minute Qobuz #18
    La Minute Qobuz #18 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale en une émission, 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Sharon Jones, James Vincent McMorrow, Dominique Dalcan, Bruce Springsteen et...
  • The Boss is back
    The Boss is back Un nouvel album de Bruce Springsteen pour le 13 janvier...
  • QIBUZ / Lundi 25 novembre 2013
    QIBUZ / Lundi 25 novembre 2013 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non?
  • Meilleurs albums pop/rock/groove de 2012 : c'est parti !
    Meilleurs albums pop/rock/groove de 2012 : c'est parti ! Certains médias anglo-saxons ont commencé à publier leur Top 50 des albums de l’année. And the winners are...