Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD25,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 26 mars 2021 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD23,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 18 novembre 2016 | Columbia

A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 31 août 2018 | Columbia

Hi-Res Livret
En trois albums après des années passées sur les routes de l'Hexagone, Boulevard des Airs a trouvé une place au soleil dans le paysage de la chanson française. Ce qui était en 2011 un phénomène avec le titre « Cielo Ciego » et l'album Paris-Buenos Aires s'est transformé en succès durable au fil de tournées longues de deux ans et de deux albums à l'inspiration musicale variée, Les Appareuses Trompences (2013) et Bruxelles (2015), dont le morceau homonyme n'a plus quitté les programmations radiophoniques.De retour en studio après une nouvelle rencontre triomphale avec son public, le sextette de Tarbes s'est trouvé une identité sonore resserrée sur le folk et l'électronique, ce que les anglophones nomment folktronica, qui devrait lui permettre de faire un bond vers le grand public. Les textes engagés des débuts laissent place à des thèmes plus personnels et le reggae, le flamenco ou autres influences mondialistes ont disparu au profit d'un style moderne, presque urbain.Morceau d'ouverture de ce quatrième album auquel il donne son nom, « Je me dis que toi aussi » est également le titre-phare de cette sélection de onze pistes. En l'occurrence, cet air guilleret soutient un texte amoureux et légèrement mélancolique sur un accord de guitare acoustique monté en boucle et un rythme binaire electro. Le succès est garanti. Deuxième extrait, « Tout le temps » accumule les noms de marques et autres expressions en autant de mots d'affection, tandis que s'installe un refrain house. Dès lors, il n'est guère étonnant de trouver le producteur de Stromae, Lionel Capouillez, au générique de cet alliage electro-folk.Le même principe sert le troisième extrait « Si la vie avance », dans lequel le chanteur Sylvain Duthu questionne le sens de l'existence, entre autres sujets métaphysiques abordés dans le fataliste « Tellement banal » ou « Tout s'effondre », interprétés à la première personne mais universels. Sur « Allez reste », c'est un autre artiste très en vue, Vianney, qui pose son timbre reconnaissable au long d'un refrain entraînant et d'un texte sur la maladie d'Alzheimer. Malgré une tonalité générale désabusée, la conclusion choisie pour « La Vie est une fête » est un message d'espoir rempli d'allusions humoristiques. Très rythmé tout du long, Je Me Dis Que Toi Aussi est un album en phase avec son époque et taillé pour la réussite. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 15 novembre 2019 | Columbia

En trois albums après des années passées sur les routes de l'Hexagone, Boulevard des Airs a trouvé une place au soleil dans le paysage de la chanson française. Ce qui était en 2011 un phénomène avec le titre « Cielo Ciego » et l'album Paris-Buenos Aires s'est transformé en succès durable au fil de tournées longues de deux ans et de deux albums à l'inspiration musicale variée, Les Appareuses Trompences (2013) et Bruxelles (2015), dont le morceau homonyme n'a plus quitté les programmations radiophoniques.De retour en studio après une nouvelle rencontre triomphale avec son public, le sextette de Tarbes s'est trouvé une identité sonore resserrée sur le folk et l'électronique, ce que les anglophones nomment folktronica, qui devrait lui permettre de faire un bond vers le grand public. Les textes engagés des débuts laissent place à des thèmes plus personnels et le reggae, le flamenco ou autres influences mondialistes ont disparu au profit d'un style moderne, presque urbain.Morceau d'ouverture de ce quatrième album auquel il donne son nom, « Je me dis que toi aussi » est également le titre-phare de cette sélection de onze pistes. En l'occurrence, cet air guilleret soutient un texte amoureux et légèrement mélancolique sur un accord de guitare acoustique monté en boucle et un rythme binaire electro. Le succès est garanti. Deuxième extrait, « Tout le temps » accumule les noms de marques et autres expressions en autant de mots d'affection, tandis que s'installe un refrain house. Dès lors, il n'est guère étonnant de trouver le producteur de Stromae, Lionel Capouillez, au générique de cet alliage electro-folk.Le même principe sert le troisième extrait « Si la vie avance », dans lequel le chanteur Sylvain Duthu questionne le sens de l'existence, entre autres sujets métaphysiques abordés dans le fataliste « Tellement banal » ou « Tout s'effondre », interprétés à la première personne mais universels. Sur « Allez reste », c'est un autre artiste très en vue, Vianney, qui pose son timbre reconnaissable au long d'un refrain entraînant et d'un texte sur la maladie d'Alzheimer. Malgré une tonalité générale désabusée, la conclusion choisie pour « La Vie est une fête » est un message d'espoir rempli d'allusions humoristiques. Très rythmé tout du long, Je Me Dis Que Toi Aussi est un album en phase avec son époque et taillé pour la réussite. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 17 octobre 2011 | Sony Music Catalog

Boulevard des Airs promène sa bonne humeur et sa mixture musicale depuis une décennie mais n'a connu le succès que récemment avec l'entraînant « Cielo Ciego », porté par une guitare andalouse et une trompette à hisser les coeurs.Le titre Paris-Buenos Aires donne le ton à un album qui décolle avec le joyeux « San Clemente » et un détour par le Mexique avec sa trompette mariachi. Le classique « Cielo Ciego », invitation à la danse pleine d'espérance, est suivi du nostalgique « Paris Corbeil » ouvert aux vents jazzy et klezmer. Sur « Hermanos de la Calle », Boulevard des Airs mélange ses influences rock et reggae dub avant l'orgasmique « Cartons roses ». Un discours de Malraux associé à une annonce du leader introduit le plus grave « La Défaite de la musique », évoquant la paupérisation de la pratique culturelle. Cette parenthèse désenchantée ne plombe pas l'enthousiasme du groupe qui repart aussi sec avec une sérénade de morceaux cuivrés et chromés que ne bouderont pas les aficionados de Manu Chao (« Mundo Loco »). De l'Europe de l'Est à l'Amérique du Sud en passant par les quartiers de Paname, Boulevard des Airs offre une excursion enivrante et colorée dont le maître-mot est fiesta. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015
A partir de :
CD21,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 13 mai 2013 | Sony Music Catalog

Trois ans après le carnet de voyage de Paris-Buenos Aires, les Tarbais de Boulevard des Airs sont de retour avec Les Appareuses Trompences (à relire pour bien comprendre), nouveau cocktail sur-vitaminé de rythmes exotiques, de mélodies fleuries et de textes concernés, soit un concentré de vie bouillonnante à déboucher en famille (enfants inclus), entre amis ou en concert. Ce qui rend le collectif plus intéressant que la moyenne des bandes alternives et festives est son sens de l'équilibre entre la dose éditoriale injectée et la saveur musicale plaquée dessus. Contrairement à nombre de contemporains braillards, le texte n'écrase pas la mélodie, qui n'est pas la parente pauvre du rythme, et vice-versa. Ceci posé, Les Appareuses Trompences se déguste cul-sec, passant de la fanfaronnade balkanique de « Je cours » au reggae conscient de « Bla bla », premier extrait du lot et de la ballade patriotique « Ici » avec les camarades de Tryo (« Ô France je ne t'aime plus, te quitte...»), auquel répond le guilleret et salaud « J'm'excuse pas ». Moins carte postale et plus engagé que le précédent, l'album donne son titre à un air cuivré au refrain rock percutant rappelant Bernie Bonvoisin (« Les Appareuses trompences »), suivi du manifeste « Les Ponts de mai » façon Front Populaire et sans lourdeur. La légèreté de l'ensemble est également ce qui caractérise l'octette du sud-ouest au long de secousses ensoleillées comme l'andalou « Y Siguen Pasando », le rasta « On the Run » ou le saccadé « Tout le monde s'en fout ». Dans « Je reste calme », le groupe s'essaie à un exercice electro-rock hardcore inédit, tranchant avec le reste de la sélection, plus accessible. À coup sûr, cette nouvelle récolte va porter ses fruits en concert. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 19 juin 2020 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 8 janvier 2021 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 29 septembre 2020 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 7 mars 2016 | Columbia

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 5 juillet 2019 | Columbia

A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 4 juin 2021 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 7 mai 2021 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 31 mars 2017 | SMART

Hi-Res
A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 2 novembre 2018 | Columbia

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 27 juillet 2018 | Columbia

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 24 août 2018 | Columbia

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 14 décembre 2018 | Columbia