Artistes similaires

Les albums

14,39 CHF
9,59 CHF

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
14,39 CHF
9,59 CHF

Classique - Paru le 11 mai 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Si la carrière du pianiste russo-israélien Boris Giltburg prend aujourd’hui un envol international, il se sent très proche de la Belgique depuis qu’il y a remporté le premier prix du Concours Reine Elisabeth en 2013. Après quelques enregistrements pour EMI (Warner), le voici interprétant en studio le Troisième Concerto et les Variations sur un thème de Corelli de Sergei Rachmaninov dans son dizième album pour Naxos, qui complète son approche, assez particulière, du pianiste-compositeur russe. Les Études-tableaux et le Second Concerto avaient divisé la critique, certains voyant en lui un « nouveau Glenn Gould » (sic) qui tord le cou aux habitudes, d’autres soulignant l’indifférence totale de son jeu. La technique de Boris Giltburg est telle qu’il peut laisser libre cours à son imagination et soigner les détails infinis d’un des concertos les plus difficiles du répertoire. Très intéressé par la facture instrumentale, il a en 2016 adopté le nouveau piano à cent deux touches du facteur français Stephen Paulello, un instrument passionnant que le monde musical attendait depuis longtemps et qui vient prouver que, comme au XIXe siècle, le piano peut encore évoluer vers d’autres sonorités. Pour ce Concerto n° 3, enregistré au Royal Concert Hall de Glasgow, Boris Giltburg retrouve son cher piano Fazioli et le chef mexicain Carlo Miguel Prieto dirigeant le Royal Scottish National Orchestra. © François Hudry/Qobuz
14,39 CHF
9,59 CHF

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
14,39 CHF
9,59 CHF

Classique - Paru le 8 septembre 2017 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
14,39 CHF
9,59 CHF

Piano solo - Paru le 6 mai 2016 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month
Le pianiste israélien Boris Giltburg est né certes à Moscou en 1984 mais a rapidement changé d’horizon, tout en gardant sans nul doute bien des éléments de l’une des nombreuses écoles russes de piano. Avant même de remporter le Concours Reine Elisabeth millésime 2013, il avait développé une solide carrière internationale qui l’a mené à travers l’Europe, l’Amérique latine, l’Amérique du Nord, la Chine… Parmi sa discographie, on peut entendre des Sonates de Prokofiev, Grieg, Liszt et Beethoven, plusieurs des grands cycles schumanniens, et maintenant les monumentales Études-Tableaux Op. 39, le second cahier donc, celui de 1916-17 – son ultime grande œuvre encore écrite dans sa chère Russie avant le déchirant exil. Giltburg complète avec les Six Moments Musicaux, œuvre de jeunesse écrite vingt ans plus tôt, en 1896, dans un langage encore empreint de Chopin certes, mais déjà si rachmaninovien. © SM/Qobuz
14,39 CHF
9,59 CHF

Classique - Paru le 3 février 2015 | Naxos

Hi-Res Livret
9,59 CHF

Classique - Paru le 13 janvier 2017 | Naxos

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
Les deux Concertos pour piano de Chostakovitch couvrent une période de presque trente ans. Le Premier Concerto de jeunesse est un exemple magistral d’éclectisme, son impénétrable humour et son sérieux s’allient dans une écriture virtuose mettant en valeur le rôle de la trompette solo. Composé comme cadeau d’anniversaire pour son fils Maxim, le Second Concerto possède un mouvement lent d’une beauté envoûtante. Avec la permission de la famille du compositeur, Boris Giltburg a arrangé pour son instrument le sombre, profondément personnel et puissant Quatuor No. 8.
9,59 CHF

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | Naxos

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Il faut une forte dose de culot pour se lancer, au titre de première approche discographique de Beethoven, dans l’enregistrement de trois des piliers parmi les 32 : la « Pathétique » , la « Waldstein » et la 32e qui ne porte certes pas de nom, mais mieux encore celui d’un opus, l’Opus 111. C’est le défi relevé avec brio par le pianiste israélien (né en Russie) Boris Gitburg, mais il faut dire que du haut de son Premier prix au Concours Reine Elisabeth cuvée 2013, il partait avec bien des atouts en main. Chose plus rare, Gitburg n’a pas remporté ce prestigieux prix à un âge poupin, mais à vingt-neuf ans, après avoir déjà gagné quelques autres grands concours et, surtout, après s’être déjà largement frotté à la scène internationale. Souhaitons donc la bienvenue à ce pas-si-nouveau-venu, un jeune pianiste de grande expérience et aux immenses talents. © SM/Qobuz
15,99 CHF

Classique - Paru le 5 mai 2006 | Warner Classics