Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 juin 2011 | 4AD

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks - Stereophile: Recording of the Month
Sans doute l’album indé le plus attendu de l’année ! Comment donc Justin Vernon allait-il réussir à réitérer l’exploit de son premier album sorti en 2008, For Emma, Forever Ago ? Force est de reconnaitre que le cerveau de Bon Iver signe ici une nouvelle merveille, car assez différente de son prédécesseur. Moins axé autour des guitares et plus tourné vers les claviers, ce deuxième album confirme la talent d’un songwriter unique qui embarque l’idiome folk vers des cieux d’un onirisme bouleversant. Magique. © CM/Qobuz
HI-RES22,49 CHF
CD15,99 CHF
i,i

Alternatif et Indé - Paru le 9 août 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
« Il y a des similarités et des affluents entre tous mes albums qui mènent jusqu’à celui-ci. Le son y est expansif. » Voilà comment Justin Vernon, la force créatrice derrière Bon Iver, définit son quatrième opus. Un album qui vient clôturer douze années durant lesquelles il est passé de l’hiver indie folk de For Emma, Forever Ago, au printemps pop chambriste de son album éponyme, et à l’été orageux des glitchs électroniques de 22, a Million. Il a bien failli ne pas y avoir de quatrième saison d’ailleurs. La tournée promotionnelle de ce dernier s’est terminée de façon abrupte, lorsque Vernon a sombré dans la dépression et les crises d’angoisse, tétanisé à l’idée de ne jamais retrouver son mode de vie rural. i,i est donc conçu après un temps de repos, comme une synthèse de son parcours.Un automne en millefeuilles où il enchaîne les tableaux sonores avec fluidité, empilant les orchestrations picturales, les bruitages digitaux et les harmonies vocales d’un geste discret, pour dévoiler subitement la toile nue du prochain. Cette façon de revisiter son histoire musicale s’accompagne d’un discours introspectif dans lequel Vernon tente de tempérer ses tendances misanthropiques par des moments plus sociables : « I should've known / That I shouldn't hide/ To compromise and to covet/ All what’s inside », chante-t-il dans le crescendo électro folk de Faith, entrecoupé de basses vrombissantes, pendant que les chœurs et les leads saturés se fondent les uns dans les autres au troisième plan. Puis, dans l’ultime chanson RABi, il semble enfin trouver le contentement, s'adressant à l'auditeur au rythme d'une instrumentation inhabituellement dépouillée : « Sun light feels good now, don't it? And I don't have a leaving plan/ But something's gotta ease your mind/ But it's all fine, or it's all crime anyway ». C’est un final cathartique, non seulement pour le musicien ayant manifestement éloigné ses démons, mais aussi pour le public qui le suit et l'applaudit depuis le début. © Alexis Renaudat/Qobuz
CD14,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 mai 2008 | 4AD

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Mélancolie, dépression, solitude, spleen, Justin Vernon ne fait pas dans le coussin péteur ou le camembert musical… Aucune importance car ce singe savant du folk flou et de la country neurasthénique caresse le génie avec For Emma, Forever Ago publié en 2008, un album qu'il signe sous le nom de Bon Iver. Une approche ouatée à la Sam Beam (Iron & Wine), une voix titillant le falsetto de Tunde Adebimpe (TV On The Radio), une maîtrise des harmonies digne d'Emil Svanängen de Loney Dear, un tempo rêveur comme chez le Neil Young d’Harvest Moon, toutes ces jolies casseroles ne doivent en aucun cas masquer un don réel pour la compo qui tue. Vernon ne se contente pas d'avoir bon goût, il sait écrire et décrire, suggérer et transmettre. Et puis il y a cette voix… Un vrai chant de baleine… Mais quelle tuile a bien pu lui tomber sur le coin de la tête (Une femme ? Une facture ? Un phlegmon ?) pour gratter des ballades aussi désespérées… Le bonhomme se serait isolé en plein hiver, trois mois dans une cabane du Wisconsin… On aurait bien aimé être là. Comprendre l'architecture de ses cathédrales harmoniques. Percer le mystère de cet organe habité par une grâce réelle. Un miracle, quoi… © MZ
CD14,00 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 30 septembre 2016 | Jagjaguwar

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Grand maître du folk flou et de la country neurasthénique, Justin Vernon toucha au génie dès la parution de For Emma, Forever Ago, son premier album édité sous pavillon Bon Iver en 2008. Un chef d’œuvre de folk spectral totalement halluciné et hallucinant conçu après s’être isolé en plein hiver, trois mois durant, dans une cabane du Wisconsin ! L'architecture de ses cathédrales harmoniques, le mystère de son organe habité par une grâce réelle, tout était miraculeux. Mais rapidement, Vernon se débarrassa de ses habits folkeux pour oser diverses expériences électriques et électroniques. Des changements qui habitaient le deuxième album de Bon Iver, simplement baptisé Bon Iver, et qui renfermait des clins d’œil aux minimalistes Steve Reich et Philip Glass ou des titres sur lesquels l’intrigant barbu se prenait plus pour Brian Eno que pour Brian Wilson… Cinq ans après ce disque éponyme et après avoir enquillé quelques collaborations fascinantes surprenantes (James Blake, Kanye West, Travis Scott et St Vincent), monsieur Bon Iver refait surface avec 22, A Million. Un troisième album qui synthétise finalement bien toutes ses expériences depuis ses débuts. Et que le résultat soit estampillé ou non folktronica, Justin Vernon réussit plus que jamais à faire passer le monde du folk dans celui de l’électronique sans que l’un des deux camps ne tire à lui la couverture. Côté chant, son falsetto reste toujours aussi bouleversant, même lorsqu’il est manipulé et bidouillé. Et lorsqu’il emploie des sonorités ouvertement abrasives ou des éléments plus soul, le résultat reste toujours d’un onirisme impressionnant. Comme une symphonie mélancolique et méditative à déguster au cœur d’une cathédrale. Et pour ajouter à ce fascinant mystère, Justin Vernon s’est amusé à donner d’imprononçables titres (ou presque) à ses dix nouvelles compositions. Une expérience qui ne ressemble à aucune autre. © MD/Qobuz
CD11,19 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 janvier 2009 | Jagjaguwar

HI-RES1,05 CHF
CD0,69 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 4 juin 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res
HI-RES1,05 CHF
CD0,69 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 3 juin 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res
HI-RES1,05 CHF
CD0,69 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 juillet 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res
HI-RES1,05 CHF
CD0,69 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 juillet 2019 | Jagjaguwar

Hi-Res
CD1,49 CHF

Pop/Rock - Paru le 15 septembre 2008 | 4AD

CD1,90 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 août 2016 | Jagjaguwar

CD1,90 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 30 août 2016 | Jagjaguwar

L'interprète

Bon Iver dans le magazine
  • L'automne de Bon Iver éclaire l'été
    L'automne de Bon Iver éclaire l'été Bon Iver crée dans l'isolement. Son nouvel album, intitulé mystérieusement et laconiquement i, i, n'a pas fait exception à cette impérieuse nécessité. Ainsi, la tournée qui a précédé cette nouvelle...
  • Swamp Dogg, royal canin
    Swamp Dogg, royal canin Quand le plus barge des rois de la soul collabore avec Bon Iver...
  • La face cachée de Bon Iver...
    La face cachée de Bon Iver... Le deuxième album de Volcano Choir, le side project de Justin 'Bon Iver' Vernon...
  • QIBUZ / Lundi 29 octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 29 octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • La grande Kathleen
    La grande Kathleen Aidé par Bon Iver, la Canadienne Kathleen Edwards joue au Voyageur…
  • Dans la tête de Bon Iver
    Dans la tête de Bon Iver Le nouvel album, éponyme, de Bon Iver sort enfin, trois ans après l’excellent For Emma, Forever Ago. Calgary en est le premier extrait.
  • Bon Iver piraté par iTunes ?
    Bon Iver piraté par iTunes ? Attendu fin juin, le nouvel album de Bon Iver aurait été mis en vente par erreur par iTunes, pendant plusieurs heures, déclenchant dans la foulée sa diffusion illégale sur le net.