Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alexandre Tharaud

Né à Paris, Alexandre Tharaud découvre la scène grâce à son père, chanteur et metteur en scène d'opérettes, qui lui fait faire de la figuration dans les théâtres du nord de la France où la famille passe de nombreux week-ends. À l'initiative de ses parents, il débute le piano à l'âge de cinq ans et rencontre au Conservatoire du 14e arrondissement celle qui devient son professeur, Carmen Taccon-Devenat, une élève de Marguerite Long. Il déclare d'elle qu'elle lui a « donné des leçons de vie » et lui a appris à « respirer physiquement en faisant parler le piano ». Il entre au Conservatoire de Paris à 14 ans où il remporte un premier prix de piano dans la classe de Germaine Mounier à l'âge de dix-sept ans. Il se perfectionne avec Theodor Paraskivesco et reçoit les conseils de Claude Helffer, Leon Fleisher et Nikita Magaloff. En 1987, il est lauréat du Concours international Maria Canals à Barcelone et, un an plus tard, du Concours Città di Senigallia en Italie. En 1989, il reçoit le 2e prix au Concours international de Munich. Sa carrière se développe rapidement en Europe puis en Amérique du Nord et au Japon.

À ceux qui l'interrogent sur la pertinence de jouer au piano de la musique initialement écrite pour clavecin, il répond ne pas être sûr que l'« authenticité passe par un instrument donné ». Il s'inscrit ainsi dans la lignée des pianistes du XXe siècle comme Yvonne Lefébure ou Marcelle Meyer qui ont défendu et contribué à faire connaître le répertoire du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, en l'interprétant au piano.

Alexandre Tharaud refuse d'avoir un piano chez lui au risque de préférer le plaisir du déchiffrage et de l'improvisation à la nécessité d'un travail rigoureux. Il déclare aller systématiquement chez des amis pour s'entraîner, préférant jouer sur des instruments chaque fois différents : « C'est en creusant, en raclant ces failles que je dois trouver des solutions pour parvenir aux couleurs que je cherche. Pour progresser. Par la suite, en concert, le fétichisme de l'instrument devient relativement secondaire tellement j'ai l'habitude de dialoguer avec tout type de piano ». Il compose également, mais préfère garder cette activité en second plan.

C'est à la suite du succès unanime (entre autres "Choc" du Monde de la Musique de l'année) du disque mémorable consacré en 2001 aux Suites de clavecin de Rameau - premier enregistrement piano solo d'Alexandre Tharaud pour harmonia mundi - que le pianiste a été invité à se produire en récital aux célèbres BBC Proms, au Festival de Piano de la Roque d'Anthéron, dans la série "MeisterZyklus" de Berne, au Festival de Musique Ancienne d'Utrecht ainsi qu'au Grand Théâtre de Bordeaux.

Conseiller musical de la série de concerts de la Bibliothèque nationale de France à partir de 1997, il accorde une place importante à la musique de chambre qu'il pratique avec le pianiste Michel Dalberto, le quatuor Ébène, le violoniste Pierre Amoyal, les flûtistes Philippe Bernold et Patrick Gallois, les clarinettistes Michel Portal et Michel Lethiec, le violoncelliste Jean-Guihen Queyras.

Alexandre Tharaud a déjà joué avec les grands orchestres français (Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre National de France, de Lille et de Bordeaux-Aquitaine) et étrangers (Taïwan National Symphony Orchestra, Japan Philharmonic Orchestra, Tokyo Metropolitan Orchestra, Sinfonia Varsovia, Orchestre de la Radio bavaroise) sous la direction de Yutaka Sado, Jean Fournet, Marc Minkowski, Stéphane Denève, Jean-Jacques Kantorow et Georges Prêtre. Passionné par la musique de notre temps, il a créé des oeuvres de Renaud Gagneux, Jacques Lenot, Guillaume Connesson, Thierry Pécou, Thierry Escaich et Olivier Greif. Il a notamment fait appel au talent de six jeunes compositeurs pour un « Hommage à Rameau » qu'il interprète en alternance avec les suites de clavecin du compositeur, toujours au piano. Il crée avec Jean Delescluse et l'acteur belge Jules-Henri Marchant un spectacle autour de Satie, Satie autrement, co-produit par le Théâtre du Rideau et la Philharmonie de Bruxelles.

Ses précédents enregistrements consacrés à Chabrier (intégrale de l'oeuvre pour piano), Poulenc (intégrale de la musique de chambre) lui avaient valu de nombreux prix, dont celui de l'Académie Charles Cros, le "Diapason d'Or de l'année" (en 1998 et 2000) ainsi que le "Choc" du Monde de la Musique. En 2003, son intégrale de l'oeuvre pour piano de Ravel a remporté tous les suffrages, en France comme à l'étranger.

Il a reçu plusieurs récompenses pour ses enregistrements dont le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour son interprétation des oeuvres de Francis Poulenc (1997), puis pour celle des oeuvres de Maurice Ravel (2003). Son enregistrement des Suites en la et en sol de Jean-Philippe Rameau a été plébiscité par la critique ("Choc" du Monde la Musique, ffff de Télérama).

En 2009 il est nommé Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres par le Ministère de la Culture. Par ailleurs, Alexandre Tharaud est ambassadeur de l'association Kiwi, pour les enfants en difficulté.

Lire plus

Discographie

55 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 3
1 sur 3

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums