Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

La bande à Martha

Par Marc Zisman |

Du 9 au 28 juin, la grande Martha Argerich recevra comme chaque année ses amis musiciens et de jeunes talents à Lugano le temps du désormais célèbre Projet Martha Argerich.

Le Projet Martha Argerich en est à sa septième édition. Promu par le Lugano Festival, RSI Rete Due et la banque BSI, ce festival réunira une nouvelle fois à Lugano, en Suisse, autour de la grande pianiste, une large palette d’amis qu’elle fréquente depuis longtemps sur le plan artistique et de jeunes talents de la musique.

Cette année, deux chefs de renom feront leur apparition dans ce festival. Au Palais des Congrès, le 14 juin, Mikhail Pletnev sera sur le podium de l’Orchestre de la Suisse italienne pour accompagner quelques solistes (la violoniste Dora Schwarzberg, le pianiste Vladimir Sverdlov) et surtout Martha Argerich et Alexander Mogilewsky dans la Fantasia Elvetica sur des thèmes populaires suisses pour deux pianos qu’il a lui-même composée.

Charles Dutoit assurera la clôture du festival le 28 juin en accompagnant la protagoniste dans le Concerto n°3 de Prokofiev, Renaud Capuçon dans le Concerto n°1 de Bartók, Nicholas Angelich dans le Concerto en sol de Ravel et Geza Hosszu-Legocky dans l’Havanaise de Saint-Saëns.

Le cœur du festival, qui se déroulera du 9 au 28 juin, est constitué par les huit concerts de musique de chambre présentés dans l’Auditorium de la Radio suisse et par le concert à la Villa Castagnola.

Fidèle à la formule originale, qui présente dans la même soirée une bonne dizaine d’artistes selon diverses combinaisons, le festival permettra d’entendre des compositions connues et moins connues, comme les Quatuors avec piano de Mendelssohn, Weber et les Quintettes avec piano d’Arensky et Elgar, le Trio op. 1 n°1 de Beethoven, des compositions pour divers instruments et des morceaux pour deux pianos.

Le public helvète pourra voir se produire les violonistes Ivry Gitlis, Yozuko Horigome, Geza Hosszu-Legocky, Alissa Margulis, Lucia Hall, les violoncellistes Mischa Maisky, Gautier Capuçon, Mark Drobinsky, Alexandre Debrus et Jorge Bosso, les altistes Lyda Chen et Nora Romanoff, le clarinettiste Marek Denemark.

Les pianistes sont représentés en nombre, à commencer par les fidèles du rendez-vous annuel de Lugano : Lilya Zilberstein, Sergio Tiempo, Karin Lechner, Alexander Gurning, Nicholas Angelich, Walter Delahunt, Giorgia Tomassi, Eduardo Hubert, Akane Sakai, Francesco Piemontesi, Gabriele Baldocci et Lily Maisky. Stephen Kovacevich, Alan Weiss, Gila Goldstein, Dagmar Clottu, Alessandro Stella, Federico Lechner participeront pour la première fois.

A deux pianos, Martha Argerich se produira dans la Suite n°1 de Rachmaninov (avec Gabriela Montero), dans la Danse macabre de Saint-Saëns (avec Akane Sakai) et dans Scaramouche de Milhaud (avec Karin Merle).

Le grand nombre de pianistes engagés a suggéré une forme originale d’hommage à Alexis Weissenberg, résident depuis de nombreuses années à Lugano, auteur d’une comédie musicale La Fugue pour cinq chanteurs et deux pianos. Sept couples d’interprètes (dont Argerich,) se succéderont dans la soirée du 26 juin pour accompagner les trente chansons d’une partition extrêmement raffinée qui mérite notre attention pour la contribution originale apportée par le grand pianiste à la tradition du «musical».

Notoirement ouverte à la nouveauté, Martha Argerich (de concert avec Alexander Gurning et Francesco Piemontesi) présentera la première exécution d’une composition qui lui est dédiée : Schizzi orchestrali... aspettando il Trio pour trois pianos du compositeur suisse Francesco Hoch.

Un autre moment thématique sera présenté le 17 juin avec un concert de «musica bohemica», déroulant le fil d’une des plus importantes traditions musicales européennes à travers des compositions de Smetana, Dvořák, Janáček et Bohuslav Martinů, dans le cadre desquelles Martha Argerich se produira pour la première fois en tant que soliste dans le Concertino pour piano et 6 instruments de Janáček.

Le récital de l’après-midi du 16 juin, dans l’Eglise S. Rocco, sera également thématique, du moins en partie, puisque Karin Lechner (accompagnée de Federico Lechner et de Geza Hosszu-Legocky) présentera des compositions du XXe siècle influencées par le jazz.

Etant donné le rôle joué par Paris dans le développement d’un tel axe créatif, une conférence d’Annie Dutoit sur le thème de l’américanisme dans la culture française sera proposée le 19 juin. Cela éclaircira également le choix d’Ivry Gitlis d’intégrer l’improvisation jazz dans sa prestation du 11 juin avec le pianiste Cyril Barbessol et avec l’acteur japonais de théâtre nô Shonosuke Okura, ainsi que celle d’Alexis Weissenberg dans la musique de sa comédie musicale chantée en français.

Sept récitals auront lieu l’après-midi dans l’Eglise S. Rocco, réservés pour l’occasion aux pianistes plus jeunes (parmi lesquels cette année Youlia Zaichkina et Kathia Buniatishvili, titulaire d’une bourse de BSI), avec des moments exceptionnels comme la prestation, le 12 juin, d’Alissa Margulis et de Lily et Mischa Maisky.

Le site officiel du Projet Martha Argerich 2008

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article