Votre panier est vide

Rubriques :
News

La résurrection d'Adele

Par Brice Miclet |

Avec "30", la star britannique signe un 4e album assez éclectique, pour lequel elle embarque sa soul très pop sur des terrains parfois électronique et reggae...

Si Adele est devenue l’une des artistes ayant vendu le plus d’albums dans l’histoire de la musique, c’est grâce à une recette bien rodée. Située entre la pop et la soul, menée par des ballades chargées d’émotion, pratiquant un style épuré et centré autour de sa voix retentissante, sa patte sonore aura peuplé ses trois premiers albums. Oui mais voilà, il faut vivre avec son temps.

Pour son quatrième album baptisé 30, Adele a décidé de reprendre ce qui faisait l’essence de sa singularité artistique pour la marier à des éléments électroniques, créant un étonnant pont entre musique retro et modernité. Si le single Easy On Me, succès avant l’heure, reflète ce que l’on connaissait déjà de la Londonienne, c’est en convoquant des souvenirs et des temps révolus que ce 30 brille.

Sur My Little Love, chanson dédiée à son fils, elle laisse entendre des tranches de vie, des enregistrements sonores personnels qui plongent l’auditeur dans un état de nostalgie. Car voilà le cœur de ce disque : la production.

Assurée par Greg Kurstin (qui distille une bonne partie des omniprésents pianos), Shellback, Ludwig Göransson, Max Martin ou encore Inflo, elle alterne entre les interludes faits de samples du pianiste Erroll Garner sur All Night Parking, de pop foncièrement américaine sur Can I Get It, de rythmiques reggae sur Cry You Heart Out (qui nous rappellent à l’enfance d’Adele passée à Brixton) ou de revival soul assumé sur Love Is A Game. Tout en conservant son côté diva, tout en charriant un nombre incalculable d’émotions dans sa voix. Car on peut vivre avec son temps sans se renier, bien heureusement.

ÉCOUTEZ "30" D'ADELE SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article