Votre panier est vide

Rubriques :
News

John face à Scofield

Par Stéphane Ollivier |

A 70 ans, le grand guitariste de jazz signe enfin son premier album entièrement solo. Un véritable sommet d'élégance...

Il aura donc fallu attendre que John Scofield atteigne ses 70 ans pour qu’il consente à s’enfermer en studio avec sa fidèle guitare Ibanez AS 200 et, simplement secondé d’une machine à boucles, et signer son tout premier enregistrement en solo. Sobrement intitulée John Scofield et publiée sur ECM, cette sélection de 13 titres, choisis dans l’immense étendue des thèmes et chansons figurant à son répertoire en quelque cinquante ans de carrière, se présente à bien des égards comme une sorte de ballade nostalgique et rétrospective. Elle offre au guitariste l’occasion de revenir sur quelques moments marquant de sa carrière en célébrant au passage la diversité des grands courants stylistiques propres à la musique populaire américaine qui, depuis ses débuts, ne cessent d’irriguer son style lyrique et flamboyant. Ce disque n’a pourtant rien de testamentaire, tant l’intelligence, la simplicité, le “naturel” et au final la pure et primordiale joie de jouer l’emportent sur toute forme de solennité compassée.

Au final, se dessine/devine, tout de même, dans cet exercice de haute solitude, une manière d’art poétique, mais sans ostentation, comme “en passant”, dans le simple enchaînement de ces magistrales réinterprétations/réinventions faisant se succéder en une sorte de mosaïque intimiste standards intemporels (It Could Happen to You, My Old Flame), chansons traditionnelles (Danny Boy, Junco Partner), vieux rock des origines (Not Fade Away de Buddy Holly), classique de la country (You Win Again de Hank Williams) et une série de compositions originales, pour certaines inédites, prouvant à quel point Scofield est aussi un grand compositeur de chansons.

Avec un sens aigu de la narration, alternant miniatures fragiles aux humeurs bucoliques et improvisations pleines de swing et d’énergie, John Scofield nous entrouvre les portes de son jardin secret tout en sondant l’âme de la musique américaine sans jamais se départir d’une forme de pudeur et de cette élégance du geste propres aux plus grands.

ÉCOUTEZ "JOHN SCOFIELD" DE JOHN SCOFIELD SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article