Votre panier est vide

Rubriques :
News

Mort subite

Par Marc Zisman |

Avec Death Grips, le rap s’offre un stupéfiant cataclysme sonore hardcore…

Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir disait la ritournelle. Avec Death Grips, on peut difficilement parler d’arcs-en-ciel, de petits oiseaux ou de pâquerettes caressées par la douce brise du matin. Plutôt de tsunamis, de cataclysmes, d’attentats, bref d’une certaine… violence ? Derrière ce sobriquet se cachent le MC Stefan Burnett et un binôme de producteurs/bidouilleurs composés de Zach Hill et Andy Morin. Sur scène, le groupe basé à Sacramento et fondé fin 2010 propose Burnett derrière son micro, Morin derrière ses claviers et Hill à la batterie. Extrême à souhait, on imaginait ce rap hardcore un brin expérimental passé à la moulinette electro réservé à d’obscures blogs en quête de buzz décalé. Pourtant, la musique intense de Death Grips a hypnotisé les yeux et surtout les oreilles des majors. Ainsi, le label Epic publie ces jours-ci un nouvel album du trio énervé, The Money Store, et annonce même déjà une suite à l’automne ! Petit florilège de cet intrigant et fascinant poison sonique qui froisse le corps et les oreilles :

À découvrir autour de l'article