Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Enghien Jazz Festival, demandez le programme!

Par Eva Sauphie |

La 11e édition d’Enghien Jazz Festival se déroulera du 29 juin au 4 juillet, avec une belle brochette d’artistes, comme Wayne Shorter, Ben l’Oncle Soul, Robin McKelle, et tant d’autres.

Du 29 juin au 4 juillet, le festival d’Enghien fête le jazz au théâtre du Casino et sur la scène du lac, et accueille des invités de prestige du jazz et de la nouvelle scène soul.

Enghien Jazz Festival offrira au public une large palette d’artistes, aux couleurs différentes, mais toutes chamarrées. En sus, la programmation oscillera entre scènes payantes au théâtre du prestigieux Casino et concerts gratuits sur la scène du lac d’Enghien.

Les festivités s’ouvriront par la venue d'André Manoukian, qui bien loin de son univers en plastique et paillettes des plateaux télé, sera pour l’occasion armée de son piano, et invitera les fleurons de la scène française actuelle parmi lesquels la chanteuse Anaïs, Benjamin Siksou, China Moses, Malia et Loane, et présentera son nouveau projet, So in Love, une anthologie des plus belles chansons d’amour du jazz. Le pianiste sera entouré de trois autres musiciens, Christophe Walemme à la contrebasse, François Laizeau à la batterie, et Nicolas Folmer à la trompette.

Le lendemain, le saxophoniste américain Wayne Shorter investira à son tour le théâtre du Casino, en formation quartet. Le jazzman de renommée internationale a collaboré avec des groupes majeurs de l’histoire du jazz. Et il est l’un des musiciens les plus influents de sa génération. L’enregistrement, [Footprints Life->https://www.qobuz.com/telechargement-album-mp3/Wayne-Shorter-Footprints-Live/Jazz-Blues/Wayne-Shorter/Verve/default/fiche_produit/id_produit-0073145896792.html (2002) de Wayne Shorter Quartet, créé il y a dix ans, a été salué par la critique et a remporté un vif succès.

Le 1er juillet, c’est un deuxième quatuor, emmené par la chanteuse et pianiste Patricia Barber, qui enchantera le Théâtre. Avec The Cole Porter Mix, la reine de l’improvisation et représentante de l’avant-garde du jazz féminin, rendra hommage au compositeur et parolier américain de comédies musicales en mêlant reprises et compositions personnelles.

Pour continuer de surfer sur la vague du jazz féminin, la chanteuse Robin Mckelle (Mess Around), viendra accompagnée des musiciens du Soul City Horns. La Newyorkaise invitera celui que l’on surnomme « The Funkiest Trombone Player Ever », Monsieur Fred Wesley. Une performance swingy s’annone.

Le samedi, The Temptations et Ben l’Oncle Soul insuffleront un son estampillé Motown sur la scène du lac! Go back to the sixties avec le légendaire groupe de doo-wop soul and funk, reformé certes, mais porté pour l'occasion par Damon Harris, qui participa à l’aventure entre 1971 et 1975 et contribua à quelques grands succès de la bande, tels Papa was a Rollin’Stone.

Ben l’Oncle Soul, le petit dernier né de la Motown française, égale sans doute aucun les plus grands du genre. Après avoir revisité les standards de la pop avec un supplément d’âme (Seven Nation Army des White Stripes chanté à la Otis Redding sur le EP Soul Wash), le tonton de la soul revient aussi sec avec ses propres compos, toujours aussi vintage.

Enfin, pour conclure ce programme alléchant, le guitariste de jazz-fusion italo-américain Al Di Meola teintera sa musique d’accents latino. Al Di Meola a joué avec quelques pontes du genre, notamment en participant à une des tournées de Santana. Ayant exploré toutes les frontières du jazz, le guitariste s’est également frotté aux mélodies électroniques aux côtés Jan Hammer. Bref, il promet un concert de fermeture exalté et grisant.

Le site d'Enghien Jazz Festival

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article