Votre panier est vide

Rubriques :
Nominations et Prix

Concours Chopin 2010 : et le gagnant est…

Par Marc Zisman |

La jeune Russe Ioulianna Avdeeva a remporté l’édition 2010 du prestigieux Concours International de Piano Frédéric Chopin de Varsovie, le Français François Dumont se classant à la cinquième place.

La dernière femme à être reparti du Concours International de Piano Frédéric Chopin était une certaine Martha Argerich. C’était en 1965… Une Argerich présente cette année encore pour la XVIe édition de la prestigieuse compétition, mais évidemment côté jury. Un jury qui a donc sacré Ioulianna Avdeeva lors de la finale qui s’est achevée le 20 octobre au soir à Varsovie.

Sixième Russe à remporter cette épreuve depuis ses débuts, Avdeeva, âgée de 25 ans, est récompensée par une médaille d'or accompagnée d'un chèque de 30.000 euros. La lauréate aura l'honneur de jouer ensuite avec le New York Philharmonic et le NHK Symphony Orchestra.

Le second prix du concours a été décerné ex-æquo au Russo-Lituanien Lukas Geniušas (20 ans) et à l'Autrichien Ingolf Wunder (25 ans.

Le troisième prix est allé au Russe Daniil Trifonov (19 ans), le quatrième au Bulgare Evgeni Bozhanov et le cinquième et dernier prix attribué par le jury lors de la finale qui comptait dix candidats, est revenu au Français François Dumont.

« Je suis très étonnée, mais c'est une surprise très agréable. Je voudrais remercier tout l'auditoire à Varsovie qui était fantastique », a déclaré Ioulianna Avdeeva à la presse. Née le 3 juillet 1985, la jeune pianiste moscovite est diplômée de la Hochschule der Künste de Zurich et de l'Académie internationale Lago di Como en Italie. Elle avait obtenu en 2006 le second prix au Concours International de Genève.

A la différence des éditions précédentes, le jury de ce concours, qui se déroule tous les cinq ans et dont la première édition a eu lieu en janvier 1927, a été composé non plus en majorité de pédagogues, mais de grandes personnalités artistiques, telles que Martha Argerich, Dang Thai Son, Philippe Entremont ou Fou Ts'ong.

Ce jury a misé sur l'émotion, la passion et de grandes personnalités, loin de l'esprit académique des éditions précédentes. « Ce fut un concours très intéressant. Nous avions différents styles, des pianistes qui ont joué du Chopin de manière très lyrique, mélancolique », a déclaré à l'AFP le président du jury, Andrzej Jasinski. « Le choix n'a pas été difficile. C'est la majorité des voix au total, à toutes les trois étapes qui a décidé, pas uniquement le concert de la finale », a-t-il ajouté.

Au total, 81 jeunes pianistes de 23 pays ont pris part à cette épreuve, ouverte le 30 septembre. Réputé pour sa difficulté, le Concours International de Piano Frédéric Chopin exige la perfection dans l'exécution de toutes les formes musicales pratiquées par Chopin, études, nocturnes et mazurkas, polonaises, sonates et concertos. Cette édition du concours a coïncidé avec le bicentenaire de la naissance du génie du piano romantique à Zelazowa Wola, près de Varsovie.

Le site officiel du Concours International de Piano Frédéric Chopin