Votre panier est vide

Rubriques :
News

Annulations en chaine de concerts en Israël

Par Marc Zisman |

Pixies, Gorillaz, Rihanna… Qui annulent et qui n’annulent pas son concert à Tel Aviv suite au raid israélien contre une flottille humanitaire internationale ?

Les Pixies est le dernier grand nom du rock international à annuler un concert en Israël en raison d'événements politiques, soulevant la fureur des organisateurs israéliens qui fustigent un « terrorisme culturel ».

« C'est avec grand regret que nous annonçons aujourd'hui la décision des Pixies d'annuler leur venue en Israël le 9 juin », affirme un communiqué du promoteur israélien Shuki Weiss publié dimanche et repris par l’AFP. « Nous voulons présenter nos excuses les plus sincères aux fans mais des événements indépendants de notre volonté ont joué contre nous », explique le groupe emmené par Frank Black qui devait jouer pour la première fois en Israël.

Le communiqué ne fait pas mention du raid meurtrier israélien contre une flottille humanitaire internationale, qui a fait neuf morts de nationalité turque, mais il y a peu de doutes que l'annulation est liée au concert de protestations contre Israël dans le monde entier.

Jeudi soir, Gorillaz et les Klaxons ont annulé au dernier moment un concert prévu samedi à Tel-Aviv avec leurs compatriotes de Placebo qui, eux, se sont produits normalement dans le cadre du festival rock Pic.Nic 2010, programmé jusqu'au 9 juin.

Plusieurs mouvements pro-palestiniens, y compris israéliens, se font les avocats d'un boycottage universitaire et culturel d'Israël pour protester contre l'occupation des Territoires palestiniens. Furieux, Shuki Weiss, a envoyé une lettre aux médias déplorant « le terrorisme culturel qui vise Israël et les arts en général dans le monde. Les fans ne doivent pas être punis pour les actions de leurs gouvernements », a plaidé Weiss.

L'annulation récente la plus retentissante a été celle d'Elvis Costello, figure influente du rock depuis les années 80, qui a renoncé à présenter son dernier album à la fin du mois en Israël en invoquant dans un long communiqué « l'intimidation et humiliation des civils palestiniens au nom de la sécurité nationale ».

Auparavant, le guitariste Carlos Santana et le père du rap américain, Gil Scott-Heron, avaient également annulé leurs prestations en Israël, avançant eux aussi des raisons politiques.

« Le spectacle doit continuer au nom du pluralisme, de la camaraderie et du respect mutuel », a martelé Shuki Weiss, qui a fait venir en Israël ces dernières années plusieurs grands noms comme l’ex-Pink Floyd Roger Waters et Madonna.

Interrogée par l'AFP, la porte-parole de Shuki Weiss, Moran Paz, a souligné « que le boycottage culturel est une affaire d'Etat », estimant que les autorités israéliennes « doivent prendre les choses en main pour lutter contre ceux qui font tout pour empêcher des artistes de se produire en Israël ».

Malgré la polémique, Israël a accueilli récemment la star du RnB, Rihanna, les métaleux de Metallica et les rois du funk old school Kool and The Gang.

Un autre producteur israélien, Gadi Oren, qui amène ce mois-ci Elton John et Rod Stewart en Israël, a dit « espérer que cette vague d'annulations ne va pas se poursuivre. Je suis conscient que les artistes sont la cible de pressions politiques, qui n'ont pas commencé avec l'affaire de la flottille de Gaza, mais je crains que la situation n'empire », s'est inquiété Gadi Oren dans un entretien au site Y-Net.