Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Le blues touareg de Tinariwen aux Bouffes du Nord

Par Anaïs Marquilly |

Le 28 juin, le Théâtre des Bouffes du Nord accueillera le collectif touareg Tinariwen dont le nouvel album Tassili est attendu en août prochain.

Informations pratiques

Date : le 28 juin 2011

Région : Île-de-France

Ville : Paris

Le 29 août prochain, Tinariwen publiera son nouvel album Tassili. Un disque sur lequel ont collaboré des membres de TV On The Radio et Wilco. Pour patienter, leurs fans pourront se rendre au Théâtre des Bouffes du Nord pour un concert prévu le 28 juin.

Officiellement crée en 1982 alors qu’ils sont invités à jouer au festival d’Alger, Tinariwen est issu de la rencontre entre trois touaregs du nord-est malien.

La naissance de Tinariwen, qui signifie « l’edification du pays » en tamaquesh, est profondément liée à la situation d’exil du peuple touareg. Ses membres, très engagés ont ainsi pris part au mouvement de rébellion touaregs qui éclate en 1990 sous les ordres du MPA. Leurs chansons constituent alors une arme de recrutement pour la cause. La paix revenue en 1992, ils commencent à se faire connaître et enregistrent deux albums. Le collectif à la composition variable -choristes et musiciens additionnels changent régulièrement-, rencontre en 1998 le groupe français Lo’Jo qui produit avec Justin Adams The Radio Tisdas Sessions sorti en 2002. Mais c'est avec l'album Amassakoul de 2004 que Tinariwen conquis définitivement l’Europe et les Etats-Unis avec leur mélange singulier entre guitares électriques blues et musiques traditionnelles touaregs. Aman Iman et Imidiwan : Companions parus respectivement en 2007 et 2009 complètent leur discographie.

Si leur musique aborde les problèmes de l'exil, de la répression et des revendications politiques, elle est aussi profondément porteuse d’espoir et se veut le symbole d’une culture touareg contemporaine. En dehors de la musique, les membres de Tinariwen sont en effet fortement impliqués dans le développement de leur région natale et la diffusion de leur patrimoine culturel.

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article