Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Claudio Abbado et Radu Lupu à Pleyel

Par Max Dembo |

A la tête de l’Orchestra Mozart Bologna, Claudio Abbado dirigera Beethoven et Schumann à Pleyel le 5 juin avec, dans le Concerto pour piano op. 54, le grand Radu Lupu.

Mardi 5 juin à 20h, la scène de la salle Pleyel sera foulée par deux sommités de la sphère classique : le chef d’orchestre Claudio Abbado et le pianiste Radu Lupu. A la tête de l’Orchestra Mozart Bologna, le maestro transalpin dirigera Beethoven (Ouverture Egmont opus 84 et Schumann (Concerto pour piano opus 54 et Symphonie n°2).

Fondateur de l’Orchestre des jeunes de la Communauté européenne et de l’Orchestre de chambre Mahler, Abbado a toujours été particulièrement impliqué dans les orchestres de jeunes musiciens. Sa dernière aventure en ce domaine l’a ramené en Italie, où il dirige depuis 2004 cet Orchestra Mozart Bologna. Issu de l’Académie philharmonique de Bologne, cette formation réunit des jeunes musiciens de toute l’Europe. Au delà des ses très nombreuses tournées et enregistrements, cet orchestre développe des actions éducatives et sociales en jouant dans les prisons par exemple ou en proposant des concerts pour le jeune public.

Pour ce concert, Claudio Abbado et sa phalange proposent un beau programme dominé donc par la figure de Schumann : l'unique concerto pour piano du compositeur d'abord avec le grand Radu Lupu dont la sensibilité pianiste sait révéler la tonalité intimiste de cette pièce et la Deuxième symphonie, dominée par une expression souvent sombre. L'ouverture d'Egmont de Beethoven servira d'introduction puissante à cet alléchant concert.

On ne peut imaginer homme plus secret, discret et timide. Et chaque apparition publique, chaque disque sont des enjeux rares, jalousés et convoités : Lupu ne parle pas de musique, il se contente de déclamer Schubert, Brahms ou Beethoven comme personne. De Schumann, on se souvient, grâce au disque, d’un Concerto lumineux ou de Kreisleriana imaginatives et colorées. Princier par sa sonorité, le Roumain a aussi la force psychologique pour décliner les sursauts, dérapages et folies du monde schumannien. De l’Humoresque, il avait réussi à faire entendre ce que personne ne pouvait imaginer…

Né le 30 novembre 1945, à Galati en Roumanie, Radu Lupu débute le piano à 6 ans, donnant son premier concert six années plus tard. Bien qu'il ait étudié chez Florica Musicescu, premier professeur de Lipatti, et aux côtés d’Heinrich Neuhaus, professeur de Richter et Gilels, il se considère aujourd'hui principalement autodidacte…

Au cours de sa carrière, Lupu a remporté plusieurs récompenses, dont le prix du Conservatoire de Moscou en 1961 (à seulement 16 ans !), le premier prix du Concours Van Cliburn en 1966, celui du Concours Enescu International en 1967 et celui du Concours Leeds International en 1969 à 24 ans.

A noter que ce même casting Abbado/Lupu/Orchestra Mozart Bolognase retrouvera à nouveau au grand complet, également à Pleyel, le 11 juin 2013 pour s’attaquer cette fois au Concerto pour piano n°27 de Mozart.

Le site de la Salle Pleyel

Le site de l’Orchestra Mozart Bologna

À découvrir autour de l'article