Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Disparition de Pierre Sancan

Par Marc Zisman |

Le pianiste, compositeur et surtout grand pédagogue est décédé à 91 ans.

Selon l'AFP, le pianiste, compositeur et pédagogue Pierre Sancan, qui fut pendant près de 30 ans professeur au Conservatoire de Paris, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 91 ans.

Né à Mazamet le 24 octobre 1916, Sancan passe son enfance à Meknès au Maroc, où il commence des études de piano. Après un passage à Toulouse, il entre en 1934 au Conservatoire de Paris, où il accumule les premiers prix: piano dans la classe d'Yves Nat, composition, harmonie, fugue et accompagnement.

Premier Grand prix de Rome en 1943, pensionnaire de la Villa Médicis en 1946-1947, Pierre Sancan écrit des œuvres dans l'esthétique encore tonale de la musique française de la première moitié du XXe siècle (Ravel, Poulenc...).

Le piano est sa première source d'inspiration, mais il compose aussi un opéra (Ondine, créé en 1966 au Grand Théâtre de Bordeaux), des ballets pour l'Opéra-Comique ou encore une Symphonie pour cordes.

Jusque dans les années 1970, il mène une carrière internationale de soliste, donnant des récitals ou interprétant des concertos (de Haydn à Ravel) sous la direction de Charles Münch, André Cluytens, Bernard Haitink ou Georges Prêtre.

Mais son nom restera surtout attaché à son activité de pédagogue. En 1956, Pierre Sancan succède à Yves Nat comme professeur de piano au Conservatoire. Il conservera sa classe jusqu'à sa mise à la retraite en 1985. La liste de ses élèves est impressionnante: Jean-Bernard Pommier, Michel Beroff, Jean-Philippe Collard, Marc Laforêt, Abdel Rahman El Bacha, Jean-Efflam Bavouzet...

Sancan y mène des recherches pour perfectionner la technique pianistique, et consulte pour cela des spécialistes de l'anatomie. « Il a toujours eu la passion de l'enseignement et de la transmission du savoir, ce qui a forcément restreint ses activités de concertiste et de compositeur" », a expliqué à l'AFP le pianiste Marc Laforêt, qui se souvient d'un professeur attaché à « aider chaque élève à trouver le meilleur de lui-même, dans sa propre voie ».

Les obsèques de Pierre Sancan, qui souffrait de la maladie d'Alzheimer, seront célébrées jeudi à 10h30 en l'église Saint-Roch, paroisse parisienne des artistes.

Pierre Sancan aux côtés d’André Navarra en 1967 :

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article