Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Topping MX3 : un amplificateur très réactif à la sonorité un peu ronde !

Si l'on n'a pas trouvé l'appareil Hi-Fi répondant à ses désirs ou à ses besoins parmi la pléthorique production de réalisations chinoises c'est que l'on n'a pas bien cherché car celui-ci existe probablement chez quelque constructeur ayant pignon sur Web. Ainsi le Topping MX3 vous offre-t-il dans une même boîte un amplificateur à découpage et un DAC avec trois entrées numériques, une liaison Bluetooth et quelques commodités comme un affichage à la fois beau et assez complet, le tout pilotable par télécommande.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 13 avril 2018
Réagir
Qobuz

D'entrée nous tenons à signaler que cet amplificateur numérique Topping MX3 ne fait pas partie du clan des FDA (Full Digital Amplifier) ou amplificateurs entièrement numériques où les signaux transitent exclusivement sous forme numérique jusqu'à leur amplification.

Pour sa part, cet appareil utilise une puce numérique (classe D) convertissant les signaux analogiques en signaux à modulation de largeur d'impulsion (PWM en anglais), lesquels, après mise en forme par des cellules de filtrage, offrent des signaux audio amplifiés (±) conformes à ceux de la source.

Cet aspect technique brièvement précisé, l'amplificateur Topping offre dans un boîtier de relativement faible encombrement un amplificateur de 2x20W / 8Ω (donnée Topping), plusieurs entrées numériques dont une USB B pour brancher un ordinateur, une liaison Bluetooth (basique), une sortie pour casque, le réglage séparé des graves et des aigus et des éléments de confort appréciables comme la télécommande ou l'affichage pas avare d'informations. De la générosité pour une utilisation qui, sans être basique, n'est pas non plus complexe et où de l'aide peut être trouvée dans le mode d'emploi, pas vraiment génial mais ayant le mérite d'expliquer texte et images à l'appui toutes les possibilités de l'appareil dans un anglais pas très compliqué.


Présentation

La face avant de l'amplificateur Topping MX3 au design sobre et fonctionnel, avec des lignes douces, est en grande partie occupée par son afficheur de couleur ambre à trois niveaux d'intensité réglables par la télécommande et dont la vue ci-dessous permet de voir tous les caractères disponibles.


A l'extrémité gauche du plexiglas qui protège cet afficheur prend place la prise casque au standard Jack 3,5 mm, cette sortie pouvant rester inactive, fonctionner seule ou conjointement avec les sorties enceintes, ceci étant paramétrable depuis la touche mode de la télécommande (dans ce dernier cas, la petite icône en forme de casque clignote).

Le bouton de droite, doté de deux méplats, sert à la mise en marche et à l'arrêt par pression centrale prolongée, au réglage du volume (de 000 à 100 ou de -70 à 30 dB, paramétrable par la télécommande). Il permet également de régler séparément les graves et les aigus de ±10dB par pas de 1dB.


Le panneau arrière est entièrement occupé par la connectique. A commencer par la prise coaxiale pour le bloc secteur, surmontée par le connecteur pour l'antenne Bluetooth. On trouve ensuite les borniers pour les enceintes pouvant recevoir du fil dénudé ou des fiches banane, puis une entrée stéréo auxiliaire sur prises Cinch, et deux autres prises du même type, l'une pour alimenter un caisson de grave, l'autre étant une entrée numérique coaxiale S/PDIF, une autre entrée S/PDIF, mais optique sur connecteur Toslink, se trouvant à côté, juste avant l'entrée USB B pour ordinateur.

Réalisation

Nous avons essayé, mais le boîtier de l'amplificateur Topping MX3 est indémontable. Il semblerait, d'après nos observations, que le circuit principal, qui est glissé par l'arrière du boîtier est ensuite raccordé au circuit monté le long de la façade, celle-ci fermant le boîtier, et le plexiglas de l'afficheur scellant le tout. Nous vous présenterons donc, comme le fait Audophonics sur son site, le visuel de synthèse réalisé par le constructeur.


Commençons par la partie numérique qui occupe le bas du visuel où l'on découvre le processeur USB, un modèle SAVI SA9023A compatible avec les signaux audio numérique jusque 24 bits à 96 kHz et ne nécessitant pas driver sous Windows. Les signaux S/PDIF coaxiaux et optiques sont pris en charge et commutés par un récepteur Cirrus Logic CS8416, de même que ceux en provenance du SA9023A qui les a extraits du bus USB. C'est ensuite le fameux convertisseur numérique analogique Burr-Brown PCM5102A (32 bits à 384 kHz) qui les décode.

A sa gauche se trouve un circuit de réglage de volume et de tonalité NJW1194 de JRC (New Japan Radio Company) qui fait également sélecteur de source et aiguillera les signaux qui proviennent de l'entrée analogique auxiliaire, ou encore ceux provenant du module Bluetooth (sur la gauche).

Au-dessus de ce module se trouvent trois amplificateurs opérationnels dont nous pensons que l'un sert à nettoyer les signaux issus de la conversion numérique analogique tandis que les deux autres symétrisent ces mêmes signaux pour faire fonctionner l'amplificateur à découpage.

En effet, ce modèle STMicroelectronics TDA7498E, donné pour une puissance maximale de 2x38W / 8Ω avec 10% de distorsion, ne fonctionne pas à partir de signaux numériques mais de signaux analogiques en mode symétrique qui sont donc amplifiés par celui-ci puis mis en forme par des cellules de filtrage comportant des inductances associées à des condensateurs à films plastique nettement préférables aux modèles électrochimiques.


Le gros condensateur électrochimique Nichicon de 3300 μF/25 placé à proximité du module d'amplification lui sert de réserve pour les brusques et importantes demandes de courant (ce qui s'avère efficace lors de la restitution). Les différents autres composants situés sur le trajet de la tension arrivant du bloc secteur prennent place dans le haut du circuit, ainsi que le microcontrôleur de gestion de l'électronique.

Enfin, on peut découvrir les deux circuits servant d'amplificateurs pour le casque, des LMH6643 fabriqués par Texas Instruments, le relai les côtoyant servant à aiguiller les signaux uniquement sur ceux-ci pour une écoute au casque, uniquement sur l'amplificateur de puissance pour un fonctionnement sur les enceintes, ou alors sur les deux à la fois.

Ecoute

Pour débuter nos écoutes, nous sommes revenus à la Fantasia on British Sea Songs de Henry Wood streamée depuis Qobuz pour Mac/PC et donc depuis l'entrée USB du MX3 qui était relié à nos enceintes Triangle Antal Anniversary, en laissant les réglages des graves et des aigus à zéro sur me MX3.

La première impression que nous a donnée cet amplificateur, c'est une aisance et une vivacité peu communes. Certes le volume était à 80 sur 100, c'est-à-dire qu'il commençait à envoyer de la puissance (mais nous sommes en présence d'un amplificateur de 2x38W, donnée Audiophonics) et que nos oreilles baignaient dans un niveau sonore confortable mais pas non plus excessif.

Très agréable dans son ensemble cette restitution sonore se caractérise néanmoins pas une légère mise en avant du registre médium qui ôte un peu de la légèreté du premier mouvement Allegro con brio de la Symphonie N°8 de Dvořák dans l'interprétation de Claus Peter Flor dirigeant le Malaysian Philharmonic Orchestra. Cependant les cordes filent plutôt bien et les interventions des timbales ne font pas de la figuration, même si elles ne cassent pas tout, tandis que les trompettes entamant le lumineux 4ème mouvement (Allegro ma non troppo) se gardent de tout excès de brillance, ce que nous apprécions (elles seraient même un peu plus véhémentes que cela ne nous aurait pas gênés).

L'amplificateur pour casque est puissant et très réactif, il démarre au quart de tour et la restitution qu'il nous a offerte du célébrissime album de Pink Floyd The Wall nous a plus d'une fois fait sursauter par ses brusques changements de niveaux sonores. On a également noté, et peut-être de manière plus évidente encore que précédemment, la propension de l'électronique du MX3 à accentuer la zone médiale avec des voix bien plus présentes qu'elles ne le sont habituellement avec cet album des Floyd.

Pour conclure, cet amplificateur numérique avec DAC se révèle un appareil fort agréable et pas compliqué à utiliser et qui offre une restitution sonore très réactive dont on pourra compenser la rondeur naturelle grâce aux correcteurs de grave et d'aigu.

Spécifications
Manuel d'utilisation (chinois et anglais)
Site Topping
Contact


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du Topping MX3.

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters