Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Test Volumio Primo : un mini-lecteur réseau pour débutants et utilisateurs avertis

Par ALBAN AMOUROUX |

La société italienne Volumio a démarré avec une application de lecture qui a su conquérir le monde des audiophiles bricoleurs. Pour faciliter l’accès à son offre, Volumio a créé le Primo : un streameur prêt à l’emploi qui embarque le logiciel du même nom. Cela facilite la vie des utilisateurs tout en leur permettant de profiter d’une plateforme complète et évolutive.

L’idée derrière Volumio a démarré fin 2013 à travers une première application que l’on pouvait qualifier d’amateur. Un premier partenaire professionnel est arrivé un an plus tard en quête d’une solution logicielle pour ses propres streameurs. La société était née. En plus de proposer une solution logicielle dite OEM pour les fabricants de matériel, Volumio a laissé son application en téléchargement libre pour les particuliers. Deux ans plus tard, Volumio dépassait les 100 000 installations. L’an dernier, elle a franchi la barre des 400 000.

L’objectif de l’équipe de Volumio a toujours été de proposer un accès à la lecture audio numérique le moins coûteux possible tout en garantissant une reproduction de la musique de haut niveau. Volumio s’oppose donc aux produits de grandes marques avec un avantage de poids sur la partie logicielle, clé de voûte de la solution. Celle-ci évolue en permanence grâce aux retours des utilisateurs rassemblés au sein d’une communauté très active en ligne. Afin de toucher encore plus de monde, le streameur Primo facilite l’utilisation de Volumio sans avoir à toucher aux cartes électroniques ni aux installations plus ou moins complexes de logiciels. C’est un produit prêt à l’emploi qui peut néanmoins devenir très complexe et évoluer grâce à un système de plug-ins.

Caractéristiques

● Streameur audio
● Prix : 499 €
● Audio haute résolution : 768 kHz/32 bits, DSD128
● Stockage : externe
● Protocoles de lecture : UPnP/DLNA, Open Home, AirPlay 2
● Connectivité : 1x port Ethernet, 4x ports USB dont 1x audio, 1x sortie HDMI vidéo, 1x sortie numérique coaxiale, 1x sortie analogique RCA
● Options : système de plug-ins pour ajout de fonctionnalités
● Dimensions (l x h x p) : 170 x 120 x 45 mm
● Poids : 0,7 kg

Présentation générale du Volumio Primo

Difficile de faire plus simple d’aspect que ce lecteur audio en réseau Primo. Pour l’instant, la société Volumio ne s’est pas trop étendue sur la partie matérielle, bien que celle-ci soit amenée à évoluer dans un futur proche avec une toute nouvelle gamme de trois produits à l’esthétique beaucoup plus recherchée.

Ce boîtier de seulement 17 cm de largeur repose sur quatre pieds en caoutchouc. La face avant ne possède aucun témoin de fonctionnement, si bien que l’on ne sait même pas si l’appareil est allumé ou non. Il faudra pour cela attraper son smartphone ou sa tablette pour accéder au lecteur et confirmer qu’il est bien en route.

La face arrière est remplie d’une connectique suffisamment fournie. Les sorties audio se trouvent du côté droit avec une prise coaxiale numérique et une sortie analogique asymétrique classique. Les prises employées sont de bonne facture, les connexions avec nos cordons habituels sont franches. Au-dessus de ces prises audio se trouve une sortie HDMI. Ce n’est pas une liaison audio mais la façon d’afficher l’interface de lecture sur un écran de la taille de votre choix afin de profiter du titre, de l’artiste et de la jaquette en grand.

Le positionnement proche des quatre ports USB et de la prise Ethernet fait penser à une carte informatique. C’est bien le cas : le Primo repose sur une mini-carte mère Tinker Board S, une alternative au fameux Raspberry Pi. Les ports USB accueillent aussi bien du stockage externe comme une clé ou un disque dur qu’un DAC USB pour profiter d’une alternative à la sortie SPDIF coaxiale. L’Ethernet est complété par le wi-fi via une antenne détachable fournie. L’alimentation passe par un bloc externe 5V/3A tout ce qu’il y a de plus courant.

En ce qui concerne la sortie analogique, le DAC repose sur une puce ESS ES9038Q2M ainsi qu’une horloge de haute précision, ces deux éléments étant bien entendu indépendants de la carte Tinker Board. Le niveau de cette sortie est variable depuis l’application, cela permet d’utiliser le Primo en tant que préamplificateur relié directement à un amplificateur de puissance ou à une paire d’enceintes actives. Si vous préférez utiliser l’USB en sortie, vous pourrez profiter de la Hi-Res jusqu’à 32 bits à 768 kHz ou en DSD128.

Utilisation du Volumio Primo

Nous voici sur la partie la plus importante, l’application Volumio. Elle communique avec le lecteur Primo à travers votre réseau mais également via une connexion Internet. Celle-ci est nécessaire afin de vérifier l’état de votre abonnement. En effet, le système Volumio fonctionne en version simplifiée gratuite mais aussi sur le principe du règlement mensuel, ou à vie une fois pour toutes, afin de débloquer l’intégralité des fonctions. Le lecteur Primo dans sa version Community vous laisse le choix de régler ou non l’abonnement chaque mois pour accéder aux fonctions avancées. Dans le cas contraire, si vous préférez rester en version gratuite, vous pourrez lire votre musique locale et accéder aux radios Internet. Le lecteur Primo Hi-Fi Edition est commercialisé 250 € plus cher car il comprend la licence à vie.

L’abonnement mensuel ou la licence à vie Premium ouvrent la porte à de nombreuses options, dont l’intégration native de Qobuz. De multiples autres fonctions apparaissent comme l’accès aux métadonnées gérées par le cloud Volumio ou encore la lecture multiroom avec plusieurs streameurs Primo. Les plug-ins peuvent être téléchargés uniquement avec la version payante de Volumio. Ceux-ci ajoutent encore plus de fonctionnalités comme la compatibilité Roon, l’accès à d’autres services de streaming intégrés ou encore un DSP pour adapter la restitution à vos enceintes ou à vos goûts à travers des égaliseurs, des filtres, etc.. Ces plug-ins s’installent et se désinstallent directement depuis l’application en quelques clics.

Une fois le Primo branché sur le courant, le plus simple est d’ouvrir un navigateur web et de taper l’adresse volumio.local. L’écran principal liste le ou les lecteurs trouvés sur le réseau. Le Primo était bien présent. En le sélectionnant, différentes étapes d’installation demandent de sélectionner la langue, de donner un nom personnalisé au lecteur, de choisir la sortie analogique ou numérique et de le connecter à un réseau wi-fi si on le souhaite. On se retrouve ensuite sur la page principale. Le fond et la présentation sont personnalisables, tout comme de nombreux paramètres.

Que l’on utilise la page web ou les applications mobiles, la présentation reste cohérente. Le premier choix dans le menu latéral vous guide vers la configuration des sources, entre les fichiers locaux, les différents protocoles réseau, l’activation de votre compte Qobuz ou encore de multiples réglages d’affichage des morceaux. Il en va ainsi des différents autres menus qu’il serait trop fastidieux de détailler ici. Retenez surtout que de très nombreux aspects sont personnalisables en rentrant profondément dans les détails. Si cela ne vous suffit pas, il est possible d’en faire encore plus grâce aux plug-ins. Comme la plupart de ses concurrents, le logiciel Volumio offre des réglages pointus à destination des utilisateurs les plus exigeants.

Volumio a intégré Qobuz afin que l’ergonomie colle aux différents styles d’interfaces. Elle est donc spécifique avec une présentation très différente de l’app Qobuz. Le premier écran affiche au même niveau deux accès : Ma Musique d’un côté, Découverte de l’autre. On retrouve tous les contenus habituels réorganisés de cette façon. En cours de lecture, la qualité du titre joué est bien affichée. Les trois petits points ouvrent un menu contextuel donnant accès aux contenus Qobuz à propos de l’album, de l’artiste et des crédits. Cependant, il manque la possibilité de modifier ses playlists Qobuz personnelles. Les playlists créées dans Volumio sont locales et liées au système uniquement.

L’application profite de la plus grande surface disponible sur tablette pour afficher directement les informations de l’artiste sur l’écran de lecture. L’icône de petite enceinte en haut à droite liste les différents streameurs afin de permettre de les grouper très facilement pour le multiroom. Globalement, l’ergonomie est classique, surtout avec le style d’interface dénommé Manifest. Le seul bémol que nous pouvons émettre concerne la gestion du volume. La barre de volume n’est pas affichée par défaut. Lorsqu’on l’affiche, le volume se règle par pas de cinq en cinq, ce qui n’est pas assez fin. De plus, les touches de volume du smartphone (iPhone) ou de la tablette (iPad) n’ont pas d’action sur Volumio. Via les plug-ins, il est toujours possible de relier des commandes physiques au lecteur, comme un potentiomètre de volume, ou d’utiliser une télécommande infrarouge.  

A l’écoute

Pour nos séances d’écoute, nous avons relié la sortie analogique RCA directement à un amplificateur de puissance Parasound. Nous avons ainsi pu profiter pleinement de toutes les capacités du Volumio Primo. Les écoutes se sont déroulées à partir de Qobuz intégré à l’application Volumio.

A l’écoute de la BO de la dernière saison de Stranger Things, entre standards des années 60 et musique des années 80, le Volumio Primo délivre une partition exemplaire dans le respect des registres avec une signature plutôt chaleureuse. Les voix au centre sont bien détachées des instruments. La sensation de profondeur ne va pas aussi loin qu’avec des streameurs de gamme supérieure mais la scène sonore est large et bien remplie, sans aucun trou.

Nous retrouvons cette présence qui s’impose lors de la reproduction de l’opéra d’Offenbach, Le Voyage dans la Lune. Les différents pupitres sont parfaitement lisibles. Ils s’étalent en largeur en dépassant les limites fixées par le positionnement des deux enceintes. Les réverbérations ne sont pas occultées, elles participent à l’établissement de l’orchestre et des chœurs dans toute leur majestuosité.

L’électro des Supermen Lovers, de retour avec l’album Body Double, passe de façon remarquable. L’assise dans le grave est respectée en tirant le maximum de nos enceintes dans cet exercice. La descente vers l’infra-grave nous semble même plus performante qu’à l’habitude. L’épaisseur est énorme sur cet album avec des sons projetés bien en avant de la scène et des effets virevoltant dans notre pièce d’écoute. Voilà un streameur tout terrain auquel aucun style musical ne fait peur.

La voix légèrement rocailleuse de Brian Jackson sur son album jazz-funk This Is Brian Jackson est retranscrite telle que nous l’attendions. Elle est accompagnée d’un effet de profondeur agréable, encerclée par les différents instruments avec une séparation bien marquée permettant là encore de les suivre sans aucun effort intellectuel, ni d'avoir besoin de fermer les yeux. Guitare électro-jazz et flûte prennent leurs aises chacune à leur tour avec un bel effet de présence.

Pour clore ce test, nous avons pu comparer le Primo à un Raspberry Pi, équipé d’une carte de sortie analogique basique, sur lequel nous avons installé Volumio. La solution Raspberry est évidemment beaucoup moins coûteuse mais l’apport du Primo est indiscutable en termes de musicalité, de présence et de beauté des timbres. La différence importante est obtenue grâce au traitement audio et surtout au DAC de qualité utilisé par le Primo, justifiant l’investissement supplémentaire.

Les + :
Présence et musicalité
A l’aise sur tous les styles
Paramétrage sans limite
Évolutivité grâce aux plug-ins

Les - :
Réglage de volume pas assez précis

Conclusion

Le Primo est un lecteur audio en réseau de qualité profitant de tout le développement logiciel Volumio réalisé depuis presque dix ans. Parfaitement aboutie et extrêmement complète, l’application de lecture Volumio est disponible au choix en téléchargement, pour les plus aguerris, ou prête à l’emploi et déjà installée sur ce lecteur Primo. Simple d’accès et parfaitement réalisé, il est quasiment autonome grâce à sa sortie audio analogique variable. Ensuite, libre à vous de rentrer ou non dans les innombrables réglages avancés. Rapporté à son placement tarifaire, le Primo délivre une excellente musicalité. Vivant et chaleureux, il satisfera tous ceux à la recherche d’un produit facile à vivre intégrant Qobuz en Hi-Res pour constituer un ensemble Hi-Fi compact et performant.