Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Test Astell&Kern ACRO CA1000 : un ampli casque débordant de fonctionnalités à la fois nomade et sédentaire

Par ALBAN AMOUROUX |

Difficile de classer cette dernière création d’Astell&Kern. Est-ce un ampli casque, un DAP, un DAC ou un préampli ? Eh bien le CA1000 est tout ça à la fois, avec le côté nomade en plus grâce à sa batterie. Il sait faire beaucoup de choses afin de devenir votre compagnon musical dans toutes les situations en occupant le minimum d’espace.

Vous connaissez sûrement la société Astell&Kern pour ses baladeurs numériques de référence aux formes toujours originales, très futuristes. A&K propose également des casques et des écouteurs à associer efficacement aux baladeurs. La marque coréenne s’est également aventurée dans la Hi-Fi pour la maison avec quelques éléments à l’esthétique immédiatement reconnaissable. C’est le cas de l’enceinte Bluetooth BE100 ou du lecteur réseau AK500N avec rippeur de CD. Ce dernier peut être accompagné d’un amplificateur stéréo et de son alimentation séparée.

L’ACRO CA1000 est en quelque sorte une version miniaturisée du AK500N. Il en reprend les grandes lignes dans un format que l’on peut qualifier de « portable ». L’objectif est ici de proposer un produit numérique couvrant tous les besoins et la plupart des connectiques courantes, le tout piloté via un écran tactile. Le CA1000 est donc bien plus qu’un ampli casque, une appellation trop réductrice. Mais quel titre lui donner quand on parcourt la longue liste de ses fonctionnalités ? Car il peut tout faire de lui-même ou alors être dédié à une tâche bien particulière. Libre à vous de choisir son rôle lorsque vous aurez découvert l’étendue de ses possibilités.

Caractéristiques

● Ampli casque/DAP/DAC/préampli
● Prix : 2 299 €
● Écran tactile 4.1" (720 x 1 280 pixels)
● Audio haute résolution : 384 kHz/32 bits, DSD512
● Formats de fichiers supportés : WAV, FLAC, WMA, MP3, OGG, APE, AAC, ALAC, AIFF, DFF, DSF, MQA
● Connectivité : Wi-fi, Bluetooth bidirectionnel (LDAC, aptX HD), 1x entrée RCA, 2x entrées numériques (coaxiale/optique), 1x sortie RCA, 1x sortie optique, 4x sorties casque (2,5/3,5/4,4/6,35 mm), 2x ports USB-C (DAC/alimentation)
● Dimensions (l x h x p) : 105 x 45 x 149 mm
● Poids : 919 g

Présentation générale du CA1000

Il est évident que le CA1000 ne ressemble à aucun autre ampli casque. Il n’a ni le format d’un modèle portable qui rentre dans la poche, ni celui d’un appareil au format Hi-Fi. C’est un boîtier en métal à la finition argentée et aux lignes acérées. Plus profond que large, il intègre un écran orientable, ce qui paraît assez étrange au premier abord pour un ampli casque. Car en plus de proposer cette fonction, le CA1000 est aussi un streameur.

Par ailleurs, il est classé dans la catégorie Hi-Fi maison au sein de la gamme Astell&Kern. Pourtant, il intègre une batterie lui permettant d’être transporté. La capacité atteint plus de 10 heures de lecture, ce chiffre étant variable selon la puissance de sortie sélectionnée et le type de fichier en lecture. Sept heures sont nécessaires avec un chargeur de smartphone classique. Un modèle PD Fast Charging divisera ce temps quasiment par trois. C’est comme si l’on avait cherché à plaire à tout le monde. Et la liste n’est pas terminée.

A la base de l’écran tactile orientable se trouvent quatre touches pour la mise en route, la navigation entre les pistes et la mise en pause. Sur la droite, une grande roue crantée agréable à manipuler gère le volume sur une large échelle afin d’offrir un réglage précis. La face avant accueille quatre sorties casque : deux asymétriques en 3,5 et 6,35 mm, deux symétriques en 2,5 et 4,4 mm. La quasi-totalité des casques du marché, classiques comme IEM, peut être raccordée à l’ACRO CA1000.

A l’arrière prennent placent une entrée et une sortie stéréo analogiques sur prises RCA. Vous pouvez donc relier une platine vinyle par exemple, et utiliser la sortie vers un amplificateur de puissance ou des enceintes actives. Il y a également deux entrées numériques, en coaxial et en optique, pour relier un lecteur CD ou un téléviseur. Astell&Kern propose un lecteur CD USB optionnel autant pour la lecture que pour la copie des CD. Il devra se raccorder sur le port USB-C dédié. Celui-ci joue également le rôle de transfert de musique entre un ordinateur et le CA1000 mais également celui de DAC pour une source numérique avec sortie USB. Terminons par l’emplacement pour carte microSD acceptant jusqu’à 1 To de musique pour la lecture directe locale.

Le CA1000 repose sur une conception à quadruple convertisseur via l’utilisation de quatre puces ESS ES9068AS. Elles gèrent chacune une voie, où signaux positifs et négatifs sont séparés. La Hi-Res est acceptée jusqu’à 384 kHz en 32 bits, ainsi que la lecture DSD512 et les fichiers MQA. La technologie Teraton Alpha trouve sa place dans le CA1000. Créée par Astell&Kern, elle vise à reproduire la musique de la façon la plus pure possible en rejetant le bruit provenant des alimentations tout en traitant le signal de façon symétrique en délivrant des puissances de sortie importantes, de 2 volts à 15 volts paramétrables via les menus du CA1000.

Utilisation du CA1000

Grâce à son écran tactile de taille raisonnable, 10 cm de diagonale, le CA1000 s’utilise très simplement. Il repose sur une version d’Android adaptée à la lecture audio et aux caractéristiques techniques de l’appareil. L’étape initiale d’installation consiste à sélectionner la langue puis à suivre les étapes pour connecter le CA1000 à votre réseau wi-fi. Cela n’est pas obligatoire si vous choisissez la lecture locale uniquement à travers les entrées audio ou le contenu d’une carte microSD.

Le menu principal est accessible en permanence depuis un bouton virtuel en bas à droite de l’écran. Il liste principalement l’accès à la musique stockée dans l’appareil, qui dispose d’une mémoire de 256 Go (environ 220 Go disponibles), depuis une carte SD ou via un partage réseau. En bas de cette liste, l’item Services permet d’accéder au streaming. C’est ici que vous trouverez Qobuz, parfaitement intégré puisque c’est tout simplement l’application native pour Android.

Pour accéder aux paramètres, il faut faire glisser son doigt en haut de l’écran comme sur un smartphone Android. Plusieurs fonctionnalités sont accessibles directement pour régler le niveau de sortie, changer le mode de connexion du port USB, mais aussi les réglages audio directs et les paramètres avancés. Il y a également le mode AK Connect. En installant l’application du même nom sur votre smartphone, vous allez pouvoir piloter la musique à distance, dont le volume puisque le CA1000 ne propose pas de télécommande infrarouge.

Les réglages audio concernent l’égaliseur graphique ou paramétrique 20 bandes, la lecture gapless et le crossfeed dédié aux écoutes au casque. Les réglages avancés sont pléthoriques. Vous trouverez par exemple tout ce qui est lié au Bluetooth avec les différents codecs disponibles mais aussi la possibilité de sélectionner le mode : émetteur vers un casque ou des enceintes, ou bien récepteur pour recevoir la musique depuis un autre appareil, toujours en Bluetooth. Il y a également ce qui concerne les transferts de fichier et la façon de procéder, y compris la copie automatique d’un CD depuis le lecteur A&K CD Ripper.

Ce n’est pas terminé puisque c’est dans ce menu que vous allez pouvoir activer le mode Roon, qui transforme le CA1000 en streameur pilotable à travers le réseau grâce à sa compatibilité Roon Ready. Les autres réglages concernent le ReplayGain pour une lecture de tous les morceaux au même volume de référence, les filtres audio, le rééchantillonnage SPDIF, le volume maximum, etc.. Une page spécifique est prévue pour la gestion des différentes entrées/sorties. On peut visualiser les prises et sélectionner l’une des entrées en lecture. Quant aux sorties, précisons qu’en plus des prises analogiques RCA, la prise casque 3,5 mm est également une sortie numérique optique.

Pour les écoutes, nous avons utilisé différents types de casques et réglé à chaque fois le gain adapté aux besoins. Nous avons ensuite inséré le CA1000 dans notre configuration Hi-Fi en tant que streameur/préamplificateur. Certains apprécieront ce type de fonctionnement car dans ce cas précis, l’appareil peut fonctionner sur batterie, c’est-à-dire sans aucune connexion à une prise de courant pour éviter tout risque de pollution électromagnétique. La notice fournie dans la boîte est sommaire. Nous vous conseillons de télécharger la notice complète en français disponible sur le site astellnkern.com. Elle détaille la montagne de fonctionnalités, la connectique, l’interface tactile et toutes les configurations possibles.  

A l’écoute

Nous démarrons nos écoutes avec le dernier album intimiste de Melody Gardot en duo avec Philippe Powell, Entre eux deux. En écoute standard sans égalisation ni crossfeed, l’assise des voix est étonnante avec un poids réel sans emphase. Il en va de même sur les notes les plus graves du piano où les résonances sont parfaitement reproduites. Le piano s’étend de l’oreille gauche à l’oreille droite sans rupture. La distinction entre le piano en bas et les voix en hauteur est clairement marquée, ce qui signifie que la scène sonore s’étend également dans le plan vertical.

Nous profitons à nouveau des superbes capacités d’établissement de la scène sonore avec l’album symphonique A Gathering of Friends réunissant John Williams et Yo-Yo Ma. Nous sommes au centre du demi-cercle constitué par l’orchestre avec tous les pupitres qui nous entourent, cela nous donne l’impression qu’ils sont tous en dehors du casque. Le violoncelle conserve sa place centrale dans cet enregistrement avec de jolis filés grâce à la précision de restitution du médium.

Sur le dernier album funk de Sly Johnson intitulé 55.4, le grave prend ses aises. Les percussions portent bien leur nom avec des basses physiques. Le CA1000 n’a aucun mal à faire passer le message et à activer nos différents casques dans ce registre. Attention toutefois aux casques qui seraient déjà trop généreux dans ce domaine, l’association pourrait devenir caricaturale. Heureusement, l’égaliseur est là pour adapter très facilement le travail de l’Astell&Kern aux caractéristiques de votre casque préféré.

Les sonorités pop d’Harry Styles dans sa Harry’s House sont reproduites avec une facilité déconcertante. Ça respire, c’est précis et entraînant. Nous profitons de l’excellent travail de production avec une nouvelle fois une différenciation des plans en largeur et en hauteur renforcée par les réverbérations. L’ensemble participe à la création d’une bulle sonore qui n’est jamais oppressante et au sein de laquelle la lisibilité est évidente.

Nous avons terminé nos écoutes en raccordant le CA1000 directement à notre amplificateur Parasound qui s’occupe de nos enceintes Dynaudio. Il est alors passé en mode préamplificateur. Nous retrouvons la faculté de cet appareil à tout faire au niveau de la tenue dans les basses fréquences. Nous avons trouvé une scène sonore large et profonde mais peut-être un peu moins large et épaisse qu’avec certains streameurs haut de gamme passés récemment dans notre pièce de test. L’écoute est déjà d’un excellent niveau pour se satisfaire de ce type de configuration à la fois minimaliste et ultra-complète. Nous avons seulement été gênés par les cliquetis incessants au début de chaque changement de piste que l’on entend dans les enceintes. Ils étaient inexistants lors des écoutes au casque.

Les + :
Une large scène sonore en dehors de la tête
Tenue impressionnante dans le grave
Lecture locale & fonction streameur
Connectique plus que complète

Les - :
Une interface tactile souvent lente
Une sortie préampli moins efficace que les sorties casque

Conclusion

L’Astell&Kern ACRO CA1000 est un produit que l’on pourrait qualifier de couteau suisse. C’est de plus en plus courant dans le monde de la Hi-Fi. Mais dans celui des appareils « nomades », il est assez unique en son genre. C’est tout d’abord un ampli casque portable, bien qu’un peu encombrant. Il se déplacera essentiellement de pièce en pièce, ou d’un lieu de résidence à un autre. C’est autant un streameur qu’un serveur autonome de fichiers musicaux. C’est aussi un rassembleur de sources et un préamplificateur. Vous n’êtes pas obligé de tout utiliser ! Dans tous les cas, il se définit comme un appareil de lecture numérique précis délivrant une très belle scène sonore, avec un avantage notable dans le bas du spectre. Ses différents réglages audio permettent d’adapter l’écoute aux caractéristiques des casques ou de vos goûts personnels. Voilà un produit dont on peut imaginer de multiples usages, nomades ou sédentaires, au casque ou avec des enceintes. Il n’impose au final aucune contrainte : l’ACRO CA1000 est un appareil à votre service.