Rubriques :
Bancs d'essai

Primare I15 Prisma : le meilleur ampli connecté du moment ?

Par ALBAN AMOUROUX |

Primare a rempli quasiment comme un œuf son amplificateur intégré et connecté I15 Prisma qui inclut de nombreuses fonctionnalités dans un format réduit, avec une connectique exhaustive. Ce type de produit est conçu pour remplacer tous les éléments d’une chaîne complète : vous n’avez plus qu’à lui relier vos enceintes. C’est la haute-fidélité des années 2020, mais sans faire de concessions sur la qualité musicale comme nous allons le découvrir.

Primare est un fabricant Hi-Fi très connecté. Désormais, bon nombre de ses appareils sont disponibles dans deux versions : avec ou sans carte réseau. Ceux qui en sont équipés affichent le suffixe Prisma dans leur référence, ce qui correspond à l’écosystème connecté de la marque suédoise. Cette partie repose sur des cartes de niveaux de qualité distincts selon les gammes 15, 25 ou 35. Pour ces deux dernières, les cartes sont échangeables, si de nouvelles technologies venaient à voir le jour dans le futur. Sur le I15 Prisma, objet de ce test, la carte réseau reste à demeure.

Primare ne s’est pas contenté d’ajouter des fonctions de streameur audio uniquement dans des amplificateurs intégrés. D’autres appareils en bénéficient, comme les lecteurs de disques CD15 et CD35 et les préamplificateurs SC15 et PRE35. N’oublions pas le mini-streameur NP5, passé récemment entre nos mains et qui pourra rendre connecté un système Hi-Fi qui ne le serait pas encore. L’univers Prisma passe par une application mobile commune donnant accès à tous les appareils de la marque et permettant de faire de la diffusion multipièce. Nous nous intéressons ici à l’intégré Primare connecté le plus accessible proposé dans un châssis aux dimensions réduites.

Caractéristiques

Prix : 1 849 €
Puissance : 2x60 watts sous 8 ohms
Connectivité : Wi-fi AC, Ethernet, Bluetooth, 1x entrée analogique, 1x entrée minijack analogique/numérique, 3x entrées numériques optiques, 1x coaxiale, 1x entrée USB-B, 1x sortie analogique, 1x sortie numérique coaxiale, 1x port USB-A
Formats : WAV, LPCM, AIFF, FLAC, ALAC, MP3, MP4 (AAC), WMA, OGG, DSD
Streaming : Chromecast, AirPlay, Spotify Connect
Poids : 6,4 kg
Dimensions (L x H x P) : 344 x 86 x 182 mm

Présentation générale du I15 Prisma

Il faut s’y faire, il n’y a plus de règles dans le format des éléments haute-fidélité. Quelle que soit la marque, pendant des décennies, ils ont tous mesuré à peu près la même largeur pour pouvoir être empilés, ce que l’on appelle désormais la chaîne Hi-Fi « à l’ancienne ». Les fabricants sont libres et ils en profitent pour délivrer des produits dans les dimensions qui les arrangent. Avec 34 cm de largeur, le I15 Prisma présente un format assez compact, moins encombrant, plus facile à intégrer.

Le I15 Prisma fait sans conteste partie de la famille Primare avec cette épaisse façade caractéristique en aluminium brossé, aux angles arrondis et débafflée du boîtier. Le logo de la marque est gravé en bas à droite mais aussi sur le capot de l’appareil. La simplification de ce modèle d’entrée de gamme se ressent uniquement à l’absence de potentiomètre de volume, remplacé par deux petites touches. Hyperconnecté, il propose de se servir principalement de son application mobile.

Deux autres touches sont présentes : la mise sous tension et la sélection des sources. Au centre, un grand écran monochrome OLED affiche un maximum d’informations comme le nom de l’entrée, le volume mais aussi les informations sur le titre en cours d’écoute sur plusieurs lignes pour la partie streameur.

La face arrière est entièrement remplie. A gauche se trouvent une entrée et une sortie analogiques RCA. A côté, cinq entrées numériques se partagent entre l’optique, le coaxial et le mini-jack. On continue avec la prise réseau, un port USB-A pour une clé remplie de fichiers audio et un port USB-B pour la liaison avec un PC ou un Mac.

Au-dessus, les deux antennes s’occupent des liaisons wi-fi et Bluetooth. Entre les deux, on trouve tout ce qui concerne le contrôle : un trigger 12 volts pour allumer un autre appareil, une entrée et une sortie infrarouge ainsi qu’un port RS-232. Le I15 Prisma est prêt pour être inséré dans des systèmes complexes si besoin. On termine par les borniers haut-parleurs acceptant les fiches bananes.

A l’intérieur, trois cartes principales sont reliées entre elles par des connecteurs rigides. Il y a celle dédiée à l’alimentation, celle pour l’audio et le contrôle, et la carte d’amplification. Primare a choisi la classe D et se fournit chez Hypex. Le I15 développe 2x60 watts sous 8 ohms et 2x100 watts sous 4 ohms. La carte principale accueille des cartes filles pour le contrôle, le sans-fil et tout ce qui est numérique. A ce sujet, son convertisseur AKM AK4490EQ accepte les fichiers jusqu’en 384 kHz et les DSD128.

Fonctionnalités du I15 Prisma

Grâce à la présence du protocole audio réseau Chromecast Audio, le Primare I15 Prisma s’installe initialement à travers l’application mobile Google Home. Cette opération ne prend que quelques minutes.

Par la même occasion, l’amplificateur devient pilotable à la voix depuis un assistant vocal type Google Home Mini. On peut ensuite passer à l’application mobile Primare Prisma.

Le premier écran de l’app Primare liste tous les appareils de la marque trouvés sur le réseau. Il est possible ici d’allumer ou d’éteindre simplement le I15 Prisma.

L’écran suivant nous propose toutes les sources disponibles : entrées physiques, port USB, dossiers partagés sur le réseau, contenu du smartphone et les services de streaming dont Qobuz. Attention, c’est un simple lien qui renvoie vers l’app Qobuz car l’app Primare n’intègre pas directement les services.

En ouvrant l’onglet des sources physiques, la liste des entrées apparaît avec une petite icône représentant le type de connectique. Les paramètres de personnalisation permettent de cacher les entrées qui ne seraient pas utilisées.

Une fois sur l’application Qobuz, le I15 Prisma est disponible dans les points de lecture via le protocole Chromecast. La lecture Hi-Res par ce biais est possible. Bien pratiques, les touches de volume du smartphone pilotent le volume du I15. Primare annonce que son amplificateur connecté sera bientôt compatible Roon, ce qui n’était pas le cas au moment de notre test.

A l’écoute

Pour profiter de notre playlist de test habituelle, nous avons justement utilisé l’application Qobuz en nous connectant via Chromecast. Dès la première note, ce petit I15 donne envie de monter le son. Sur le Sumthin’ Sumthin’ de Maxwell issu de l’album Urban Hang Suite, la batterie est en tension avec une frappe réaliste pouvant presque nous faire douter de la puissance annoncée, qui semblerait largement sous-estimée. Le I15 en a sous le pied, il n’avoue jamais ses limites sauf à vouloir vraiment écouter très fort.

Cette vivacité est étonnante venant d’un produit si petit et tout-en-un. La bande passante semble être respectée de bout en bout avec des voix charnues et toujours bien centrées, détourées, lisibles. Dans son Live à FIP, Petra Magoni prend corps devant nous avec beaucoup de texture. La restitution est veloutée, avec peut-être un peu trop d’emphase. Mais on ne lui en tient pas rigueur car on est très loin d’une écoute clinique, avec des sonorités chaleureuses et entraînantes.

Le I15 Prisma excelle sur les enregistrements intimistes, les petites formations ou les live dans des lieux contenus. Cet amplificateur arrive à recréer une bulle sonore loin de l’hyperdéfinition au sens audiophile, mais proche de nous et de la réalité. La scène n’est donc pas ultra-large ni tirée au cordeau. C’est plutôt un tout, simplement musical au premier sens du terme. Pas du tout cérébral, le I15 permet de passer de longues heures d’écoute à enchaîner les morceaux sans se poser de questions.

Les + :
Tout-en-un efficace
De la dynamique à revendre
Scène sonore avec du corps
Construction et finition
Chromecast et AirPlay

Les - :
Application mobile limitée
Bientôt la compatibilité Roon ?

Conclusion

Cet intégré connecté Primare I15 Prisma est une jolie surprise. Plein d’énergie, il nous a gratifiés d’une restitution très enlevée, avec un grave punchy et une scène sonore bien remplie. C’est le type d’amplificateur entraînant avec lequel on arrête de se poser des questions, même si tout n’est pas parfait. Il peut devenir un compagnon musical pour de nombreuses années. Sa connectique suffisante et ses différentes possibilités de lecture sans fil grâce à Chromecast et à AirPlay le rendent universel. L’afficheur est pratique pour visualiser la source, le titre et l’interprète à tout moment. Terminons par l’excellente présentation ainsi que la finition et la construction au top. Un véritable produit coup de cœur, un Qobuzissime amplement mérité.