Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Philips Fidelio T1 : une ergonomie particulière pour une restitution sonore de grande qualité

Par ALBAN AMOUROUX |

Afin d’assoir sa réputation dans le monde du son, Philips a créé depuis une petite décennie la série Fidelio. Elle renferme les produits les plus aboutis, comme les barres de son Atmos ainsi que les meilleurs casques de la marque. Parmi une offre globale pléthorique dans ce domaine, les écouteurs intra-auriculaires Fidelio T1 se placent au sommet de la gamme avec des caractéristiques complètes pour titiller les compétiteurs déjà établis.

Philips l’inscrit en tête de son site Internet : la série Fidelio a été conçue pour les audiophiles. Autant dire que les attentes sont grandes. Va-t-on retrouver les qualités sonores qui nous ont fait vibrer dans les années 80 et 90, lorsque Philips était une marque qui comptait dans le monde de la Hi-Fi de salon grâce à des appareils encore mythiques aujourd’hui ? Philips s’était éloigné de ce domaine pour se concentrer sur la télévision et bien d’autres créneaux. Avec la série Fidelio, le constructeur compte bien signer un retour gagnant dans le domaine de la Hi-Fi. Il existe actuellement deux gros casques circum-auriculaires Fidelio, les X3 pour le salon et les L3 Bluetooth pour la liberté de mouvement. Les intras Fidelio T1 les rejoignent avec des arguments de poids qui transparaissent à travers toute la communication de Philips à leur sujet. L’objectif est de décliner une certaine signature Fidelio dédiée à la qualité sonore dite « naturelle » devant laquelle le casque s’efface. Les objectifs sont ambitieux, nous allons vérifier s'ils sont atteints.

Caractéristiques

● Prix : 269 €
● Coloris : gris clair ou gris anthracite
● Connectivité : Bluetooth 5.2
● Codecs : SBC, AAC
● Réponse en fréquence : 20 Hz - 40 kHz
● Transducteur : diaphragme de 10 mm
● Fonctionnalités : commandes tactiles, appels téléphoniques, compatible Google/Alexa
● Autonomie complète : jusqu’à 35 heures
● Accessoires : huit paires d’embouts, boîte de transport et de recharge, câble USB-C vers USB-A
● Poids : 10,9 g (boîte de recharge : 98 g)  

Présentation générale des Fidelio T1

Les T1 adoptent un format hybride dans le sens où ils sont assez massifs tout en se maintenant seulement dans le conduit de l’oreille. Habituellement, ce type d’intra repose dans le pavillon de l’oreille pour une meilleure tenue. Ici, on ressent la protubérance de l’oreillette qui ne semble pas toujours être correctement tenue.

Heureusement, Philips fourni neuf paires d’embouts, trois en mousse à mémoire de forme Comply et six en caoutchouc. Cela devrait permettre de trouver l’embout idéal afin que les T1 tiennent fermement dans les conduits auditifs. Dans le cas contraire, on peut très vite avoir l’impression qu'ils vont tomber malgré leur poids plume.

Nous comprenons que Philips ait choisi un parti pris concernant le design qui a mené à une sorte de compromis. Il a été récompensé par un Red Dot Design Award l’an dernier. Avec les bons embouts, vous ne devriez pas les perdre. Mais le format n’est clairement pas le plus ergonomique et le plus rassurant.

La qualité de fabrication est quant à elle au rendez-vous. La surface externe ovale ressemble à de l’aluminium anodisé. Elle est complétée par un petit disque faisant office de surface tactile pour les commandes. Juste à côté, une petite LED confirme l’état de la liaison avec l’appareil de lecture.

La partie en contact avec l’oreille est recouverte d’une sorte de silicone doux. Elle intègre les capteurs infrarouges afin de mettre la musique en pause dès que vous les retirez. Le conduit devant le large transducteur de 10 mm est oblong. Retirer et insérer les embouts n’est pas chose aisée, contrairement aux Apple AirPods Pro où les embouts se clipsent de façon mécanique instantanément. C’est un coup de main à prendre, et puis on ne change pas les embouts tous les jours.

La boîte de transport et de recharge est imposante. Elle est aussi assez lourde, on imagine mal la placer simplement dans sa poche, ce sera préférable dans un sac. La finition est une nouvelle fois haut de gamme avec une face supérieure constituée d’une partie en cuir où le logo Philips est embossé. Ce cuir d’origine écossaise de la maison Muirhead est déjà utilisé sur d’autres produits Philips. La touche pour connaître l’état de la batterie se trouve à l’intérieur du boîtier, tout comme les inscriptions légales afin de conserver un aspect global moderne et épuré.

Fonctionnement des Fidelio T1

Les Fidelio T1 sont des intras true wireless avec réduction de bruit active. Cette dernière s’appelle Pro+. Elle peut fonctionner de façon classique, en coupant efficacement les bruits graves comme aigus tout en ajoutant un très léger souffle à peine perceptible. En mode adaptatif, les micros intégrés aux T1 analysent le bruit ambiant en temps réel pour gérer au mieux leur réduction. Il y a bien sûr un mode transparent pour entendre temporairement une personne ou une annonce dans les transports par exemple. Tout cela se pilote via l’oreillette droite en laissant appuyé à chaque fois son doigt deux secondes pour passer d’un mode à l’autre.

Les autres commandes tactiles permettent de mettre en pause, de passer au morceau suivant, de décrocher lors d’un appel ou d’invoquer les micros pour les commandes vocales. Il n’y a aucun moyen de régler le volume sur les oreillettes, à part demander via l’assistant de le faire, avec tout le délai que cette action implique. L’association en Bluetooth avec un smartphone s’effectue en appuyant sur la touche à l’intérieur du boîtier de recharge pendant trois secondes. La fonction Google Fast Pair est disponible pour l’environnement Android. Voilà pour les commandes physiques.

Les Fidelio T1 sont accompagnés d’une application mobile appelée tout simplement Casques Philips, on ne peut pas se tromper. Cependant, pour la trouver sur l’App Store, il faut taper Philips Headphones… Plus limitée dans ses fonctions que l’app du concurrent Jabra par exemple, elle va vraiment à l’essentiel. Elle indique le niveau de batterie de chaque oreillette et du boîtier. Elle laisse le choix entre les différents modes de contrôle ambiant. Un égaliseur est présent avec quatre courbes préprogrammées : basse, voix, puissant et tripler. L’illustration qui les accompagne montre bien les gammes de fréquences où elles agissent. Nous les avons trouvées un peu caricaturales et l’écoute sans égaliseur reste finalement la plus agréable.

Le second écran de l’application donne accès aux paramètres : mise à jour logicielle, désactivation des zones tactiles, détection lorsqu’on retire les oreillettes, arrêt automatique… Il y a également la possibilité d’activer ou de désactiver la multiconnexion pour deux appareils. Une fonction souvent attendue et qui n’est pas encore généralisée chez la concurrence.

Enfin, notons une très bonne autonomie qui peut atteindre 35 heures sans réduction de bruit après trois charges offrant à chaque fois plus d’une douzaine d’heures d’écoute. La recharge totale s’effectue en deux heures. Philips fournit un cordon USB-C vers USB-A. La charge sans fil Qi est également proposée.

A l’écoute

Nous avons associé les Fidelio T1 à un iPhone récent et utilisé l’application Qobuz pour retrouver notre playlist de test habituelle et explorer les dernières sorties. Dès les premières écoutes, nous profitons d’une signature typée Hi-Fi dans le sens où l’ensemble est net et précis, sans grand déséquilibre des registres. On pourrait leur reprocher un extrême aigu légèrement en retrait, surtout au regard de la bande passante annoncée. Ils laissent ainsi le médium s’exprimer pleinement. Les basses sont à leur place, présentes quand il le faut avec une descente intéressante jusque dans l’infra. Cela fonctionne très bien sur l’électro-pop de L’Impératrice sur le titre Submarine. Le bas du spectre est fidèle à l’enregistrement d’origine. Si jamais il vous en manque un peu, vous pouvez toujours activer l’égalisation en mode « Basses ». Les T1 le supportent mais on s’éloigne de la fidélité. La scène sonore comprend un centre solide et compact entouré des effets de réverbération et des instruments latéralisés.

Le live du groupe d’acid-jazz Incognito pour son 35e anniversaire, et plus particulièrement le titre Parisienne Girl, nous offre une excellente répartition des instruments en largeur et profondeur. Le saxophone centré est accompagné par la basse en appui tandis que la batterie et le clavier viennent en arrière-plan. C’est un enregistrement assez complexe dans le sens où les instruments sont nombreux et tous très présents. La qualité des T1 dans cette situation est de discerner correctement les différentes strates afin de délivrer une lisibilité claire sans être trop analytique. Il manque un soupçon d’ambiance pour nous croire sur scène mais les résultats obtenus sont déjà très bons pour des intras true wireless.

Les Fidelio T1 s’en sortent plutôt bien lorsque nous passons à la Symphonie No. 2 en ré majeur de Brahms. L’ouverture est une nouvelle fois de mise avec des placements respectés, une bonne séparation des pupitres et un effet de largeur dépassant les limites de la tête. Les intras se feraient presque oublier tellement la scène est large, cohérente et sans rupture. Alicia Keys confirme la mise en place autour d’une voix à la fois douce et puissante. Elle se positionne en hauteur, bien détachée du reste du message sonore qui vient en appui, toujours avec ce décalage suffisant pour bien faire ressortir la voix et ainsi profiter de toutes ses intonations. Les timbres nous semblent ici parfaitement respectés, sans coloration audible.

Les + :
Restitution droite et douce
Exploration des basses fréquences
Étendue de la scène sonore
Matériaux qualitatifs
Très grande autonomie
Multiples embouts fournis

Les - :
Tenue des intras pas idéale pour toutes les oreilles
Encombrement
Fonctions limitées pour l’instant

Conclusion

Les Philips Fidelio T1 développent incontestablement un son de qualité. Il pourra paraître un peu sage aux oreilles de certains – l’égaliseur est alors fait pour eux. Philips a d'ailleurs partagé des captures de la future application qui proposera un égaliseur cinq bandes paramétrables. Le contrôle des sons ambiants bénéficiera également de réglages plus poussés. A ce sujet, la réduction de bruit est tout à fait convenable, dans la bonne moyenne. C’est plutôt du côté du confort que les T1 posent question. Le port est beaucoup moins universel qu’avec d’autres intras concurrents. Bien que le nombre d’embouts fourni soit impressionnant, la tenue dans l’oreille peut ne pas s’avérer idéale et laisser penser que les T1 peuvent tomber d’un moment à l’autre. Ce sont donc clairement des oreillettes à tester en boutique avant l’achat. Si l’ergonomie vous convient, vous profiterez de belles écoutes, avec une scène sonore à la fois précise et étendue, ainsi que des fréquences basses puissantes sans être envahissantes.