Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Souvenirs d'Hespérie

Par Marc Trautmann |

Avec La Lira d'Espéria II, Jordi Savall offre un magnifique essai de reconstitution de l’atmosphère musicale médiévale...

La Lira d’Espéria, c’est l’instrument à cordes de l’Hespérie – le nom que l’Antiquité grecque donnait aux deux péninsules occidentales de la Méditerranée, l’italique et l’ibérique. Jordi Savall a choisi pour ses nouvelles explorations trois instruments anciens : le rebec, la vielle ténor et le rabâb arabo-andalou, soutenu par les percussions de Pedro Estevan. Le répertoire médiéval pour instruments d’archet et composé de musiques provenant des diverses cultures chrétiennes, juives et arabo-andalouses, présentes alors dans les territoires ibérique et italique, mais c’est plus précisément en Hespérie ibérique que l’on trouve les premières traces d’instruments à archet. Selon Savall lui-même, le concept d’idéal sonore de ces époques devait fortement différer de celui d’aujourd’hui : seules les sonorités et les techniques de certains instruments populaires actuels tels qu’on les joue en Crète, en Macédoine, au Maroc ou même en Inde peuvent donner une idée approximative de ce qu’étaient les musiques de danse ou populaires : un son archaïque et parfois primitif mais plein d’énergie vitale. Avec La Lira d'Espéria II - Galicia (Cantos da terra e danzas antigas), voici un magnifique essai de reconstitution de l’atmosphère musicale médiévale.



À découvrir autour de l'article