Votre panier est vide

Rubriques :
News

Le jazz'n'funk de Theo Croker

Par Marc Zisman |

La trompette groovy du protégé de Dee Dee Bridgewater...

Comme quasiment tous les musiciens de sa génération, le trompettiste Theo Croker n’a évidemment pas grandi qu’avec l’idiome qu’il a décidé de servir, le jazz. Ainsi, funk, hip hop, soul, rock et électro ont également accompagné l’éducation musicale de celui qui a vu le jour le 18 juillet 1985 à Leesburg en Floride. Petit-fils du grand trompettiste Doc Cheatham, Croker a énormément voyagé, notamment à Shanghai où il réside parfois. C’est aussi dans la métropole chinoise qu’il rencontra son mentor, la chanteuse Dee Dee Bridgewater, avec qui il se produit souvent. Tout ça pour arriver à Escape Velocity, son second disque pour le label OKeh, qu’il a enregistré avec son groupe DVRK FUNK (prononcez Dark Funk) avec Anthony Ware au saxophone ténor et à la flûte, Michael King au piano, Eric Wheeler à la basse et Kassa Overall à la batterie. Le saxophoniste Irwin Hall est également de la partie tout comme Dee Dee Bridgewater sur un titre. Le jazz dont Theo Croker dessine ici les contours est logiquement ouvert. Et on sent le jeune trompettiste trentenaire avançant sur les brisées du RH Factor de Roy Hargrove… Les thèmes sont ici chatoyants, mélodiquement léchés et rythmiquement très solides. Mais qu’on ne s’y trompe pas : l’essence de cette musique groovy au possible est avant tout jazz ! Qu’on croise de l’afrobeat, de la nu soul ou du latin jazz, Croker s’inscrit dans la tradition de son instrument. Instrument dont il est sans conteste un espoir qui se confirme à chaque nouvelle sortie discographique.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article