Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Arthur Beatrice, pop en apesanteur à la Flèche d’or

Par Nicolas Gal |

Venu de l’autre côté de la Manche, Arthur Beatrice s’apprête à envahir la Flèche d’Or, à Paris, le 15 février, avant la sortie hexagonale de leur premier album le 24 février.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a ni d’Arthur, ni de Beatrice au sein de ce jeune groupe anglais baptisé Arthur Beatrice. Ce nom en forme de patronyme évoque les antagonismes masculins-féminins, que l’on retrouve dans les morceaux de par les voix de ses différents membres : Orlando Leopard, Ella Girardot et Hamish Barnes. La formation est complétée du batteur Elliot Barnes, qui n’est autre que le frère de ce dernier. Créé sur les bancs de l’école où ils se sont rencontrés, Arthur Beatrice fonctionne comme une auberge espagnole musicale. Chaque membre apporte ses idées, ses envies, ses influences. Sa propre vision de la musique, en somme. Les lignes mélodiques sont jetées en pâture au reste du groupe, qui se les approprie et y appose peu à peu les différentes pierres qui composent cet édifice musical unique. Une pop en apesanteur, flottant au gré des mélodies blanches et noires, magnifiée par les voix multiples. C’est de ce patchwork d’idées, de personnalités et de tessitures antagonistes, que nait la grâce d’Arthur Beatrice. Un groupe dont l’unité et la cohérence du son s’est forgé sur les différences de chacun. Sensation annoncée de l’année 2014, ce concert à la Flèche d’Or risque d’être l’une des seules occasions de voir Arthur Beatrice en (relativement) petit comité avant longtemps…

Vous pouvez d'ores et déjà précommander Working Out, le premier album d'Arthur Béatrice, sur Qobuz !

À découvrir autour de l'article