Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Spencer Davis, un leader de l'ombre

Par Marc Zisman |

Le guitariste du Spencer Davis Group, formation phare du British beat sixties ayant révélé Steve Winwood, s'est éteint à l'âge de 81 ans...

Le groupe portait son nom mais c’est surtout la voix de soulman de Steve Winwood qui portait les tubesques chansons du Spencer Davis Group. Le guitariste gallois Spencer Davis qui s’est éteint le 19 octobre 2020 restera comme un acteur phare de la scène beat sixties, ces groupes de jeunes Britanniques habités par le R&B américain auquel ils apporteront une énergie et une vitalité inédites.

Au milieu des années 60, Davis, Winwood et son frère bassiste Mervyn et le batteur Peter York décrochèrent la lune notamment en revisitant le Keep On Running du jamaïcain Jackie Edwards (la reprise détrônera Day Tripper des Beatles au sommet des charts !) et grâce à des singles comme Somebody Help Me, Gimme Some Lovin' et I’m a Man. Après avoir repris des standards du R&B et de la soul signés Ike et Tina Turner, John Lee Hooker, Little Walter ou Brenda Holloway, ils excelleront dans l’assemblage de rock’n’roll, de blues et de rhythm’n’blues et tourneront aux quatre coins du monde en compagnie des Rolling Stones et des Who notamment.

En 1967, lorsque les frères Winwood quittent le navire (Steve lance d’abord Traffic puis Blind Faith avant d’opter pour la carrière solo), la popularité du Spencer Davis Group chutera jusqu’à sa fin en 1969. Spencer Davis entamera alors une carrière solo qui ne décollera jamais véritablement.

Il eut plus de succès comme directeur artistique du label Island de son ami Chris Blackwell (premier manager du Spencer Davis Group), en signant notamment Eddie and the Hot Rods puis le groupe reggae Third World. En 2006, il avait reformé le Spencer Davis Group pour quelques concerts.

ÉCOUTEZ THE SPENCER DAVIS GROUP SUR QOBUZ

ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST DU SPENCER DAVIS GROUP

À découvrir autour de l'article