Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Personne d'autre que Françoise Hardy

Et si la chanteuse venait de signer un album... d'adieux ?

Par Nicolas Magenham | Vidéo du jour | 12 avril 2018
Réagir
Qobuz

Françoise Hardy est une rescapée de la pop. De l’aveu même de l’intéressée, son album L’Amour fou en 2012 sonnait le glas d’une carrière foisonnante de cinquante ans. Mais après avoir entendu par hasard une chanson du groupe finlandais Poets Of The Fall, elle décide de l’adapter en français et c’est le déclic pour se lancer dans l’aventure d’un nouvel album. L’interprète de Message personnel a toujours habillé ses albums d’éléments épars issus de collaborations diverses et variées (tant au niveau des musiques que des paroles), et son Personne d’autre, qui vient de paraître, ne déroge pas à la règle. Néanmoins, une personnalité semble émerger du lot, celle d’Erick Benzi, qui a composé neuf chansons du disque. C’est également l’auteur de la plupart des arrangements. Outre Benzi, on trouvera dans les crédits La Grande Sophie, Thierry Stremler, ainsi qu'un certain... Michel Berger (pour la reprise de Seras-tu là?).

Sans surprise, Personne d’autre évoque avant tout la mort, que Françoise Hardy a frôlée au milieu des années 2010. Mais plutôt que de la redouter, la chanteuse la regarde droit dans les yeux et va même jusqu'à la considérer parfois avec légèreté, comme dans la comptine Trois petits tours – seule musique « guillerette » de l’album. Mis à part cette chanson surprenante, cet opus ressemble à un doux purgatoire, dans lequel l’expiation semble être une épreuve plus agréable que douloureuse. Cette harmonie sans faille vient d’abord des mélodies magnifiques dont est pourvue chaque chanson : entre la tendre berceuse Dors mon ange, la mélancolique Personne d’autre ou bien l’élégante valse Quel dommage, Françoise Hardy prouve encore une fois son attirance pour la belle et noble mélodie. Parfois la métaphore mortifère n’est pas des plus fines, à l’image des paroles de Train spécial, aux arrangements par ailleurs délicieusement 80's. Idem concernant le lourd écho dont sa voix est affublée ici et là, et qui la transforme de facto en figure angélique montant tout droit au ciel. Mais dans l’ensemble, l’auditeur se laisse séduire par la sérénité bienveillante de ce qui, pour le coup, ressemble bien à un album d’adieux.





ECOUTEZ PERSONNE D'AUTRE DE FRANÇOISE HARDY SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters