Votre panier est vide

Rubriques :
News

Ouï à Camille

Par Clotilde Maréchal |

Chant, sons, rythmes et mots, l'auteur du "Fil" chamboule (toujours) tout...

Le Fil – le sien – est toujours là. Intact. Inaltéré. Celui-là même que Camille Dalmais a tendu, douze ans plus tôt, et qui l’a propulsé sur le devant de la scène. La chanson française, qui n’avait pas pris une telle claque depuis des lustres, restait bouche bée face à cette extra-terrestre malaxant la langue, les sons et les rythmes comme nulle autre. Une forte personnalité qui ne pouvait que déclencher une bataille d’Hernani entre fans transis et ennemis excessifs… Avec son cinquième album, Camille tient donc toujours fermement ce Fil. Conçu près de Villeneuve-Lès-Avignon, Ouï est une graine plantée dans un terreau rythmique. Un point de départ comme un battement de cœur sur lequel elle fait grandir son chant et ses sons. Car ce qui sort de la bouche de Camille, c’est du fond comme de la forme. Une façon de singulariser sa démarche et de se démarquer de ses aînés ; et même de ses contemporains. Ce rythme au cœur de ses chansons vient de mille contrées. Surtout du folklore et des musiques traditionnelles qui sont les carburants (épure, simplicité, dépouillement) de ses acrobaties vocales. Sa voix marche. Puis saute. S’envole. Se couche. Et ainsi de suite. Un funambulisme toujours aussi intense qu’elle n’oublie jamais de mettre au service de ses chansons. Sous le sable qui ouvre ce disque magnifique reflète à la perfection chaque détail de toutes ces spécificités et, plus globalement, de toute la démarche de Camille. Mais surtout, Ouï dégage une forte sensation charnelle. Quelque chose d’assez rare dans la musique actuelle.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article