Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Marc Lavoine au passé simple

Un parfum mélodique 80’s se dégage de son nouvel album...

Par Nicolas Magenham | Vidéo du jour | 22 mai 2018
Réagir
Qobuz

« Les souvenirs ont la dent dure / Ils me reviennent à la figure » peut-on entendre dans le premier couplet de 45 tours, la chanson d’ouverture du nouvel album de Marc Lavoine, Je reviens à toi. C’est en effet vers le passé que se tourne cet opus entièrement composé par le talentueux Fabrice Aboulker, l’indéboulonnable complice du chanteur aux yeux bleus, à qui l’on doit ses grands tubes des débuts (Elle a les yeux revolver et Le Parking des anges, pour n’en citer que deux). C’est indéniablement un parfum mélodique 80’s qui se dégage de la plupart de ces dix morceaux, dans un esprit néo-romantique mélangeant musique acoustique et synthétiseurs oniriques. Dans 45 tours, l’arpeggiator du refrain vient chatouiller la douce rêverie de l’ensemble, ce qui évite à la nostalgie de se complaire dans une tristesse pesante. On retrouve le même lyrisme adolescent et agréablement électronique dans le délicieux Comme je t’aime.

Dans Station Othoniel (du nom de la bouche de métro parisienne Palais Royal – Musée du Louvre, habillée de perles par le plasticien Jean-Michel Othoniel), la voix chaleureuse et voilée de Lavoine se pose sur un matelas tout aussi doux, même si le style musical est quelque peu différent. Au milieu d’une imagerie faussement « cartes postales » rappelant son fameux Paris de 1991, il y entonne une valse pop élégante, dans laquelle les nappes de cordes, le piano et la guitare sèche forment un ensemble particulièrement tendre. Quant aux paroles, elles sont aussi désenchantées que bouleversantes : « Devant la Station d’Othoniel (…) / Nous n’y avions pas rendez-vous / Mais je t’y attends au cas où ». Le même souffle sensible, simple et mélodieux se ressent dans Je panique en douceur et le single Je reviens à toi. Dans Comment allez-vous ?, Marc Lavoine prend un virage plus pêchu pour une chanson qui dénonce la folie destructrice de notre époque, et qui forme, ici et là, des clins d’œil à la décadence orchestrale de Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg (à qui l’on pense également dans Beau comme Rimbaud). Dans le dernier morceau de l’album, Un chagrin n’arrive jamais seul, Benjamin Biolay se joint à Lavoine pour un sommet d’émotion, renforcé par des harmonies apaisées et des chœurs féminins vibrants.



ECOUTEZ JE REVIENS A TOI DE MARC LAVOINE SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters