Votre panier est vide

Rubriques :
News

London Grammar, le temps de l'engagement

Par Yan Céh |

Avec "Californian Soil", Hannah Reid, Dot Major et Dan Rothman signent un envoûtant 3e album de pop sophistiquée et viscéralement féministe...

Le troisième album du trio anglais de Nottingham s’ouvre comme l’on débute un film, avec cet Intro aérien accompagné de vagues de violons… Puis nous entrons dans le vif du sujet puisque le second morceau, Californian Soil, est aussi le titre de ce nouveau London Grammar. La voix de Hannah Reid n’a jamais été aussi prenante et maitrisée, glacée et brûlante à la fois. Les violons sont toujours là, présents. Seul élément permettant de dater le morceau au présent, la rythmique électronique, sorte de réminiscence downtempo qui rappelle aussi un peu le trip hop des nineties.

Un clip a été réalisé pour l’occasion, et l’on y retrouve une esthétique assez sombre, et des scènes de plage qui font penser aux photographies seventies de David Hamilton baignant l’espace dans un flou poétique. L’expérience se poursuit avec Missing, la voix de Hannnah Reid, virtuose, se fait omniprésente, amplifiée par des échos agissant tel un gospel. Au sujet de cet album, la chanteuse explique qu’il traite surtout des thèmes comme le féminisme et la célébrité. Elle écrit : « Le sujet de ce disque, c’est d’arriver à posséder ma propre vie. On s’imagine que le succès sera génial, incroyable. Ensuite, lorsqu’il arrive, on le voit de l’intérieur et on se demande, ‘Pourquoi je ne contrôle pas cette chose ? Pourquoi ne suis-je pas autorisé à pouvoir contrôler celui-ci ? Et y a-t-il un lien, quelque chose qui a un rapport avec le fait d’être une femme ? Et dans ce cas, comment puis-je faire ça différemment ? »

Parlant de succès, elle fait référence au disque précédent, Truth Is a Beautiful Thing, sorti en 2017. En guise de réponses, les douze morceaux que constituent Californian Soil et qui voient Hannah prendre effectivement possession, prendre corps du groupe et des réflexions qui le traversent et son attachement aux sentiments les plus profonds, comme le montre l’envoutant et puissant Lord It’s a Feeling et le plus pop How Does It Feel.

L’indie pop de London Grammar se voit par ailleurs traversée de parts et autres d’électronique, ce qui lui donne une certaine singularité comme sur Baby It’s You. Ambiance cinématographique encore sur I Need The Night, avant de s’enfoncer définitivement dans l’obscurité et le mystère du dernier morceau, simplement appelé America, ballade mélancolique, où Hannah parle de ce « rêve (américain) qui ne veut rien dire pour elle » (« a dream that meant nothing to me… »). On l’aura compris, Californian Soil est un grand album et une nouvelle réussite pour London Grammar.

En septembre 2013, Qobuz rencontrait London Grammar de passage à Paris pour évoquer leur jeune histoire et If You Wait :

ÉCOUTEZ "CALIFORNIAN SOIL" DE LONDON GRAMMAR SUR QOBUZ