Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Kelly Lee Owens, côté club, côté salon

Par Smaël Bouaici |

Avec son deuxième album "Inner Song", la Galloise confirme qu'elle est bien l'une des reines du dancefloor les plus douées du moment...

Identifiée comme le nouveau prodige de la scène électronique britannique depuis le succès de son premier album éponyme en 2017, Kelly Lee Owens ne déçoit pas avec Inner Song, son nouvel effort qui démarre avec une reprise de Radiohead, Arpeggi, jolie ballade extraite d’In Rainbows.

Repérée grâce à sa voix et à son talent pour écrire des chansons qui touchent, la Galloise a été lancée sous les feux de la rampe par la bande de Phantasy Records, le label d’Erol Alkan. Elle a chanté pour Daniel Avery, sur l’album Drone Logic, et James Greenwood, alias Ghost Culture, est crédité à la composition sur tous les titres de ce disque qui navigue sans crier gare entre dancefloor et salon.

Côté club, on se régale avec le single Melt!, gros beat techno et petit gimmick apocalyptique ultra-accrocheur (dont on espère une version extended), tandis que Jeannette nous renvoie à l’époque dream house italienne.



Côté salon, la voix de Kelly Lee Owens fait des merveilles sur des titres plus oniriques comme Re-Wild et il ne faut pas manquer l’intervention hantée de l'ex-Velvet Underground John Cale, avec sa voix sombre et son violon toujours aussi glaçant sur Corner of My Sky.



Et pour ceux qui sont restés dans le vestibule, Night fait office de trait d’union avec une voix éthérée posée sur un beat industriel mais rêveur, sans doute le titre plus représentatif de la baseline de l’artiste, qui veut “brouiller les conventions de la techno”. C’est réussi.



ÉCOUTEZ "INNER SONG" DE KELLY LEE OWENS SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article