Rubriques :
Vidéo du jour

Jaime Wyatt, une rebelle à Nashville

Par Marc Zisman |

Dans la pure tradition de la country outlaw, la cowgirl signe un premier album confession évoquant ses addictions passées, ses sorties de route, ses doutes et son coming out...

Avec ses allures de jaquette usée de VHS porno de 1982, difficile de faire une pochette jouissivement plus kitsch. Sous un néon à la typo eighties, Jaime Wyatt est pourtant bien une cowgirl du troisième millénaire. Quoique… Une image à l’opposé de celle de Felony Blues, son EP de 2017 sur laquelle elle posait devant une maison délabrée en robe de coton beige…

Avec Neon Cross qu’elle publie chez New West Records, l’excellente écurie de Nashville spécialisée en country alternative, cette native du pluvieux état de Washington signe surtout une résurrection. Personnelle plus qu’artistique puisqu’à 34 ans ce n’est que son premier véritable album. Il y a quelques années, Jaime a été condamné pour avoir braqué son dealer d’héro. Héro donc mais aussi crack, coke, alcool et tout ce qui va avec, elle chante logiquement tout ça sur Neon Cross. Sans oublier son coming-out débarquant après un divorce, la mort de son père en 2018 et celle, par overdose, d’un ami proche. Bref, c’est bien connu, les meilleurs albums de country (rock ou pas) ont toujours trouvé l’inspiration rêvée dans les poubelles personnelles, les noyades passagères, les bleus à l’âme et surtout l’acceptation de soi.



De quoi faire d’elle une outlaw pure et dure chantant comme Lucinda Wiiliams et Chrissie Hynde. Mieux, une outlaw certifiée par les instances officielles puisque derrière la console, Shooter Jennings lui a conçu une production efficace et sans fioriture. Le fils de Waylon Jennings, feu l’outlaw suprême, partage le micro avec elle sur Hurt So Bad. Émotion décuplée avec l’apparition de la reine Jessi Colter, mère de Shooter et veuve de Waylon, qui pousse la chansonnette sur le magnifique Just a Woman. Et comme si ce tsunami émotionnel ne suffisait pas, Neal Casal qui a mis fin à ses jours en août 2019 est à la guitare, l’harmonica et le Wurlitzer pour ce qui fut l’une de ses toutes dernières sessions…



Jaime Wyatt boucle son impeccable opus très « SOS catharsis, j’écoute ! » par une surprenante reprise de Demon Tied To A Chair In My Brain de Dax Riggs. Un peu de classic rock, de country rock, de honky-tonk, un zeste de pedal-steel et de fiddle, zéro concession à l’ère du temps, difficile de faire plus intègre et sincère.



ÉCOUTEZ "NEON CROSS" DE JAIME WYATT SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article