Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Elvis à Nashville, le rock à nu

Par Marc Zisman |

Les fameuses sessions de 1970 du King à Music City refont surface à l'état brut, sans cordes, ni cuivres : un vrai choc rock !

Les mythiques sessions marathons d’Elvis Presley à Nashville en 1970 comptent parmi les derniers coups d’éclat du King. Elles déboucheront notamment sur les albums Elvis: That’s the Way It Is, Elvis Country (I’m 10,000 Years Old) et Love Letters from Elvis mais marqueront surtout l’avènement d’un son country rock un brin pop qui influencera de nombreux cowboys – mais pas que – durant le reste des seventies…

Pour souffler leurs 50 bougies, elles sont toutes réunies dans leur version brute inédite, sans couche d’overdub, ni orchestration supplémentaire, dans un mix flambant neuf signé Matt Ross-Spring qui a travaillé notamment avec John Prine, Jason Isbell et Margo Price : From Elvis in Nashville. En prime, des raretés et des inédits comme des reprises de Funny How Times Slips Away de Willie Nelson et Bridge Over Troubled Water de Simon & Garfunkel. C’est l’époque où l’aura d’Elvis est plutôt à la hausse après son épatant Comeback Special de 1968 et le chef d’œuvre From Elvis in Memphis l’année suivante…

Dans le fameux studio B des studios RCA de Nashville qu’il connaît comme sa poche, durant cinq jours et cinq nuits du mois de juin (une session additionnelle aura lieu le 22 septembre), le King est entouré du multi-instrumentiste Charlie McCoy, du bassiste Norbert Putnam, du pianiste David Briggs, de son mythique guitariste de scène James Burton (ce solo démoniaque sur I Washed My Hands In Muddy Water !) et d’un ex de Muscle Shoals, Eddie Hinton. Bref, une bande de fidèles, tous virtuoses et session men cinq étoiles, qui le mettent en confiance et savent trouver les notes justes pour magnifier sa voix royale.

Ces sessions marathons mêlent titres country et rock avec un soupçon de soul. Ce sont surtout des compos qu’Elvis a choisi seul. Live en studio, il chante comme un dieu et le mix sans fioriture de Ross-Spring apporte une modernité au son général de ces séances. On est là, aux côté du chanteur et de ses sidemen ! Bref, pas la peine d’être un complétiste du King pour apprécier à leur juste valeur ces 4h30 de musique nerveuse, pure et vraie. Essentiel.

ÉCOUTEZ "FROM ELVIS IN NASHVILLE" D'ELVIS PRESLEY SUR QOBUZ