Votre panier est vide

Rubriques :
News

Ce diable de Paolo Fresu

Par Max Dembo |

Avec "Carpe Diem", le trompettiste sarde poursuit son travail avec son Devil Quartet...

Paolo Fresu a beau enchaîner les projets, la beauté de son jeu est intacte. Jamais élimée par ce rythme soutenu, elle s’enrichit même de la diversité des albums et des concerts dans lesquels le trompettiste sarde est impliqué. En 2013, Fresu avait publié un étonnant Desertico qui mêlait à son jazz des saveurs world, rock et électroniques. Un flot de musique. Car Paolo Fresu est un flot. D’énergie. De textures sonores. De disques. De rencontres, surtout comme le montrait cet opus signé par son Devil Quartet, créé en 2004 et composé du guitariste Bebo Ferra, du contrebassiste Paolino Dalla Porta et du batteur Stefano Bagnoli.

La complicité qui lie les quatre amis transpire à nouveau d’un bout à l’autre de Carpe Diem, qui vient de paraître. Cinq ans après Desertico, il semble que le Devil soit cette fois victime d’une étonnante tentation : celle de déposer ses armes du mal et de profiter, enfin, de la vie… Résolument plus acoustique, ce bien nommé Carpe Diem dégage surtout une sérénité profonde. Dans les contours de ses compositions. Dans la bienveillance dont font preuve ici les quatre musiciens. Et dans le son soyeux (mais pas lisse pour autant) qu’ils distillent tout au long des 56 minutes de ce très bel album.





ECOUTEZ CARPE DIEM DE PAOLO FRESU


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article