Catégories :

Les albums

772470 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Pop
CD217,49 CHF

Pop - Paru le 30 octobre 2006 | Warner (France)

HI-RES217,49 CHF
CD187,49 CHF

Pop - Paru le 1 juillet 2014 | Rhino

Hi-Res
CD127,49 CHF

Pop - Paru le 26 février 2016 | Rhino

CD167,49 CHF

Pop - Paru le 4 juillet 2011 | WM Sweden

HI-RES202,49 CHF
CD177,49 CHF

Pop - Paru le 9 septembre 2014 | Grateful Dead - Rhino

Hi-Res
HI-RES172,49 CHF
CD147,49 CHF

Pop - Paru le 30 avril 2013 | Rhino - Elektra

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Ce coffret réunit tous les albums studios des Eagles enregistrés pour le label Asylum entre 1972 et 1979 : The Eagles (1972), Desperado (1973), On The Border (1974), One Of These Nights (1975), Hotel California (1976) et The Long Run (1979). C’est évidemment l’âge d’or de ces maîtres californien du country rock dont l’art va évidemment bien au-delà de leur tube planétaire Hotel California. Une intégrale de six albums à déguster en Qualité Hi-Res 24-Bit. © CM/Qobuz
CD127,49 CHF

Pop - Paru le 13 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

CD127,49 CHF

Pop - Paru le 19 septembre 2012 | WM Japan

CD132,49 CHF

Pop - Paru le 10 mars 2019 | S M Sharat

HI-RES147,49 CHF
CD127,49 CHF

Pop - Paru le 13 mai 2016 | Grateful Dead - Rhino

Hi-Res
CD124,49 CHF

Pop - Paru le 13 juin 2011 | Alcoholics Anonymous

CD127,49 CHF

Pop - Paru le 14 janvier 2014 | Grateful Dead - Rhino

HI-RES117,49 CHF172,49 CHF(32%)
CD103,49 CHF147,49 CHF(30%)

Pop - Paru le 7 mai 2013 | Rhino Atlantic

Hi-Res
CD117,49 CHF

Pop - Paru le 29 septembre 2017 | Parlophone UK

Après Five Years (1969 – 1973) et Who Can I Be Now ? (1974 – 1976), plonger dans le coffret A New Career In A New Town (1977 – 1982), c’est zoomer sur la période berlinoise de David Bowie. Entre 1977, Ziggy jette l’ancre dans la cité allemande alors balafrée par un mur. Avec Diamond Dogs en 1974 et surtout Young Americans l’année suivante, la soul et le funk s’étaient emparés de son rock’n’roll. Mais ce Bowie groovy est éclipsé par un Bowie plus froid, cérébral et expérimental. Toujours prêt à se réinventer, à suivre les modes (à moins qu’il ne les créées lui-même…) et à tout simplement se remettre en question, il s’envole pour Berlin où les choses bougent. En compagnie de l’ex-Roxy Music Brian Eno, il conçoit sa fameuse trilogie berlinoise entamée par Low. Sur ce disque ovni, tout commence par un étrange instrumental de soul baroque aux textures électroniques (Speed Of Light), la suite mixant avec équilibre plages chantées ou non. Capable d’une soul futuriste (Sound And Vision), d’une symphonie sombre et mystérieuse (Warszawa), d’une new-wave minimaliste proche de la BO d’un film de SF (Art Decade) ou d’un rock désarticulé et cubique (Breaking Glass), David Bowie revisite ici les expériences du Krautrock des groupes Neu !, Can et Faust, joue avec les machines de Kraftwerk mais reste lui-même : un savant génialement fou encore en avance sur son temps. Heroes qui parait dans la foulée, reprend essentiellement les mêmes recettes sous un angle moins froid. Dans la ville allemande alors encore emmurée, sa musique semble à des années lumières du punk furibard qui résonne dans son Angleterre natale. Entouré de machines folles (à nouveau pilotées par Eno) et de guitares ovni (signées Robert Fripp, ex-King Crimson), Bowie canalise ses expérimentations aux saveurs électroniques (Neuköln) dans des compositions aux mélodies plus abouties (Heroes, The Beauty And The Beast, Joe The Lion). Heroes est surtout l’album culte qui marquera la new-wave comme la cold-wave à venir… Publié en mai 1979, Lodger boucle cette parenthèse berlinoise dans un esprit plus consensuel mais pas moins passionnant. Enregistré à Montreux et à New York par Tony Visconti, avec toujours Brian Eno sous la main, ce Bowie s’amuse à lorgner vers la world music et notamment vers le travail des Talking Heads. Ce qui n’est guère étonnant quand on sait que la bande de David Byrne travaille alors justement avec un certain Eno… L’ensemble reste toutefois déroutant et moins homogène que sur les deux précédents disques. Après cette avant-gardiste trilogie, le Britannique sort d’une certaine froideur mais pas de la folie de ses expériences en tous genres avec Scary Monsters (And Super Creeps) qui parait en 1980. Entre funk moderne assumé (Fashion et son groove anguleux) et new wave revisitée (Ashes To Ashes), il peint ici un nouvel arc-en-ciel toujours aussi dense et totalement en phase avec les divers courants de son temps. Parfait trait d’union entre les 70’s et les 80’s, ce génial cabaret néo punk contient surtout de puissantes compositions, classiques dans le fond, osées dans la forme. Toujours en recherche d’inattendu, le Thin White Duke reprend même une chanson post-Television de Tom Verlaine (Kingdom Come), invite Pete Townshend des Who à grattouiller sur Because You’re Young, et sur la moitié des titres, offre à Robert Fripp des séquences folles de guitares assez incontrôlables. En plus des versions remasterisées de Low, Heroes, Lodger, Stage et Scary Monsters, ce coffret propose une nouvelle version de Lodger remixée et co-produite par Visconti, Re:Call 3, une compilation de singles, de faces B et de raretés parmi lesquelles la chanson Heroes en allemand et en français. © MZ/Qobuz
CD127,49 CHF

Pop - Paru le 17 juin 2014 | Rhino

CD117,49 CHF

Pop - Paru le 23 septembre 2016 | Parlophone UK

Succédant au coffret Five years 1969-1973 chroniquant la première période de la discographie de David Bowie, Who Can I Be Now? (1974-1976) s'attaque au trio d'albums constitué par Diamond Dogs, Young Americans et Station To Station ainsi qu'à tous les travaux de mixage, inédits et autres enregistrements live de la période. Si les collectionneurs trouveront peu de nouveautés à se mettre sous la dent à condition d'avoir pu mettre la main sur les éditions Rykodisc ou certaines plus récentes en double CD, Who Can I Be Now? possède le mérite de présenter une vision exhaustive d'une des périodes les plus fascinantes d'un Bowie en pleine mutation du post-Ziggy du conceptuel Diamond Dogs (basé sur le 1984 d'Orwell) en Thin White Duke à la classe intemporelle de l'inoxydable Station To Station. © TiVo
CD117,49 CHF

Pop - Paru le 27 juin 2014 | Rhino

CD103,49 CHF

Pop - Paru le 25 février 2011 | Parlophone UK

CD127,49 CHF

Pop - Paru le 26 juillet 2013 | Grateful Dead - Rhino

CD103,49 CHF

Pop - Paru le 5 décembre 2018 | WM Japan

Le genre

Pop dans le magazine
  • Thomas Dutronc et ses VIP
    Thomas Dutronc et ses VIP Avec "Frenchy", le chanteur-guitariste revisite des standards made in France avec un casting d'invités 5 étoiles: Diana Krall, Iggy Pop, Billy Gibbons de ZZ Top, Stacey Kent, Youn Sun Nah...
  • Lady Gaga, planète Chromatica
    Lady Gaga, planète Chromatica La pop star new-yorkaise signe un efficace 6e album aux couleurs musicales très contrastées...
  • Ren Harvieu, dans le rétro
    Ren Harvieu, dans le rétro Qobuzissime pour "Revel in the Drama", deuxième album aux saveurs vintage de la plus soul des chanteuses pop anglaises...
  • Morgane Imbeaud, l'après Cocoon
    Morgane Imbeaud, l'après Cocoon Cinq ans après "Les Songes de Léo", l'ancienne chanteuse de Cocoon signe un nouvel album solo très personnel conçu notamment avec Jean-Louis Murat, H-Burns, Mickey 3D, Chris Garneau et la comédienn...
  • Isobel Campbell, retour de la fée pop
    Isobel Campbell, retour de la fée pop Après 14 ans de silence en solo, l'ex-chanteuse de Belle and Sebastian signe une merveille de pop solaire avec une pointe de vintage...
  • Une fille nommée Eddy
    Une fille nommée Eddy Chanteuse pop exquise et grande fan de Burt Bacharach, Erin Moran a attendu 16 ans avant de sortir "Been Around", luxuriant 2e album d'A Girl Called Eddy...
  • Sofiane Pamart | One Cover One Word
    Sofiane Pamart | One Cover One Word Rencontre avec le pianiste préféré des rappeurs pour la sortie de "Planet", un premier album de 12 thèmes qui parlent au cœur. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Therapie TAXI, deuxième salve
    Therapie TAXI, deuxième salve Pour son nouvel album, "Cadavre exquis", le collectif barge et créatif jongle toujours aussi brillamment avec l'humour, l'engagement et la séduction...
  • Le pouvoir d'Asa
    Le pouvoir d'Asa Avec "Lucid", la chanteuse franco-nigériane franchit un cap et signe un album de soul pop d'une rare profondeur...
  • Mika à visage découvert
    Mika à visage découvert Avec "My Name is Michael Holbrook", la star ne signerait-elle pas son album le plus... introspectif ?