Les albums

14,31 CHF

Amérique latine - Paru le 30 mars 2018 | Daptone Records

Distinctions 4F de Télérama
Le premier album de l’Orquesta Akokán a été enregistré au Areito Studio 101, au sein du complexe de production musicale EGREM, où les grands de Cuba des années 40 et 50 ont marqué l’histoire et où le Buena Vista Social Club a vu le jour. Dès la première minute, nous sommes transportés « au cœur » (akokán en yoruba), d’un paradis disparu. Il y flotte un parfum de La Havane, quand le mambo et le cha-cha-cha étaient rois et les plaisirs coulaient à flots. Robes de cocktail et tuxedos semblent virevolter gaiement autour de la piste de danse sous les malices enivrantes des cuivres et percussions (conga, timbale, bongo ou cloche), d’un volubile piano et de la voix suave et gouailleuse de José “Pepito” Gómez, qui a rassemblé ce big band de jeunes et vieux virtuoses. Ils nous entraînent aux frontières de l’ivresse grâce à un savoir-faire oublié, une science dépoussiérée des grands orchestres festifs. Elégance, vitalité et bonne humeur caractérisent leur musique, mais cette légèreté ne les gêne en rien pour accomplir quelques figures complexes et étonnantes lors de courts et intenses solos. Cette première virée hors du sol américain du label Daptone s’avère aussi endiablée et excitante que leurs meilleures productions (l’afrobeat d’Antibalas, la soul puissante des regrettés Charles Bradley ou Sharon Jones & The Dap-Kings ou encore le funk hip-hop du Budos Band). © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

Le genre

Musiques du monde dans le magazine