Les albums

9,59 CHF

Musique vocale profane - Paru le 15 juin 2015 | Ina Archives

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
À force de cantonner - que dis-je, de reléguer ! - Roussel aux deux Suites de Bacchus et Ariane, à quelques fils de la toile d'araignée du Festin du même nom, et plus chichement l'une ou l'autre de ses symphonies, on en oublie complètement qu'il a écrit bien d'autres œuvres tout aussi importantes, voire plus encore. Tel est le cas d'Evocations, un rare et somptueux triptyque pour orchestre, chœur et solistes vocaux de la première maturité de Roussel, écrit à l'époque du Festin de l'araignée, les années 1910-11. Le présent enregistrement radiophonique, réalisé en novembre 1962, suit d'à peine trois ans la précédente interprétation de la même œuvre par les mêmes exécutants (Orchestre National & Rosenthal), preuve qu'à l'époque elle bénéficiait encore d'une solide reconnaissance y compris dans les plus hautes sphères musicales du pays. Puis… le néant ; les Evocationssont à peine jouées, à peine enregistrées - une seule version discographique récente semble disponible, réalisée en 1978 par Zdenek Kosler avec la Philharmonie tchèque ! -, une véritable descente aux enfers. Mais dorénavant l'aimable qobuzonaute disposera de cette magnifique versions signée Manuel Rosenthal. Que demande le peuple ? Mais en fait, qu'évoque donc le compositeur avec tant de bonheur ? Tout simplement la Cochinchine, où il a longuement séjourné en tant qu'officier de marine dans les années 1890. Oh, on cherchera vainement des transcriptions même approximatives de mélismes ou de rythmes orientaux : Roussel préfère se laisser inspirer par des réminiscences bel et bien françaises, et les quelques allusions orientalisantes restent tout à fait discrètes. On est loin de la carte postale à la Puccini, ou même de L'Impératrice des pagodes de Ravel. Des évocations, ce ne sont pas des souvenirs directs, ce sont des souvenirs de souvenirs, des ombres d'ombres. Roussel s'y entend à merveille, en tous les cas, pour développer une somptueuse sonorité d'orchestre qui réserve quelques clins d'œil à Ravel, à Rachmaninov même par moments, à d'Indy sans doute, mais dans un langage déjà puissamment rousselien qui, s'il ne présente pas encore cette « angularité » des deux dernières symphonies, s'oriente déjà résolument vers un langage entièrement personnel. Quant à l’Enfant et les sortilèges qui sert de plat de résistance à ce concert capté en direct, il bénéficie de la participation de la fine fleur des chanteurs français d’alors : Jeanne Berbié, Bernard Cottret, Huhuette Boulangeot, Irma Kolassy, Françoise Ogeas, des interprètes d’une impeccable tenue vocale, et dont l’élocution française est un vrai bonheur. Et que dire de l’évocation entomologique orchestrale qui débute la deuxième partie de l’ouvrage, brossée par ce magicien que fut Rosenthal – un familier de Ravel, faut-il le rappeler .… Idéal, et son demi-siècle d’âge discographique n’y change rien car la prise de son fut exemplaire. © SM/Qobuz
15,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 1 janvier 2006 | Carus

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Quand on pense que sur les quelque mille œuvres de Schubert, seule une microscopique poignée n’est pas un chef-d’œuvre absolu, on se demande pourquoi les programmateurs et solistes se bornent à quelques dizaines de tubes répétés à l’envi. Alors qu’il se trouve, par exemple, un remarquable corpus de pièces pour ensemble vocal, des pièces souvent écrites sur un coin de nappe de taverne pour être chanté entre copains de beuverie. Là-dedans, on trouve, certes, quelques chansons à boire sans grande prétention – Wein und Liebe (et encore, si n’importe quel autre compositeur inconnu avait écrit ce morceau, on crierait au génie négligé…), mais l’inspiration de Schubert étant ce qu’elle est, on y trouve aussi de nombreuses pièces ombrageuses, fantomatiques parfois même, empreintes de sombres lumières lunaires. Parmi les plus extraordinaires se trouve par exemple Nachthelle – est-il possible d’écrire quelque chose de plus sublime ? –, Wehmut – où l’une des basses égrène une note obstinée, cloche dans le lointain, tandis que les autres chanteurs brodent sur tous les tons autour ou contre cet implacable bourdon –, le célèbre Ständchen, ou encore Nachtgesang im Walde avec son somptueux accompagnement de quatuor de cors… Rien que d’impérissables splendeurs, que nous propose le "Schubert hoch vier" (en version longue : "Schubert hoch vier Männerquartett", ce qui peut se traduire par "Quatuor d’hommes Schubert puissance quatre") dans une interprétation d’une parfaite transparence. Indispensable pour connaître plus avant le répertoire moins couru de Schubert. (MT)
15,99 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 1 novembre 1993 | Chandos

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cantate "Die Donner-Ode" - Motet " Deus judicium tuum" de Georg Philipp Telemann / Patrizia Kwella, soprano - catherine Denley, alto - Stephen Roberts, basse - Michael George, basse - Collegium Musicum 90, dir. Richard Hickox
15,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 19 août 2002 | Globe

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
19,19 CHF

Musique vocale profane - Paru le 27 mai 2005 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Timbre de platine - Discothèque Idéale Qobuz
Tout l'esprit de Darius Milhaud est présent sur cet album où ne figure pourtant aucune œuvre de lui. Debussy et Ravel étaient les musiques de son enfance et Erik Satie l'ami et le mentor de sa jeunesse. C'est au pupitre que l'on découvre ici Darius Milhaud, lors d'un concert enregistré à Rome, en 1954, dans le cadre du Festival du XXe siècle. Il dirige Socrate de Satie avec l'objectivité voulue par le compositeur, en compagnie d'une Suzanne Danco impeccable et volontairement neutre, suivant ainsi exactement les prescriptions du Maître d'Arcueil qui voulait que l'on chante Socrate avec la même absence d'expression qu'en lisant le Code Civil. FH

Le genre

Musique vocale profane dans le magazine