Les albums

6,29 CHF8,99 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 1 avril 2016 | harmonia mundi

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
« À l'occasion du retour des Arts Florissants chez Harmonia Mundi, reparaissent en complément du nouvel enregistrement (Bien que l'amour) plusieurs disques qui ont marqué l'histoire de l'ensemble comme la redécouverte du répertoire baroque. La musique française y occupe logiquement une bonne place, notamment grâce à Charpentier et ses emblématiques Arts florissants, sortis du silence par la première génération Arts Flo : Feldman, Mellon, Laurens, Visse, Cantor. Du même début de ces années 1980 datent le Cantique de Moÿse et autres Motets d'Etienne Moulinié, superbes d'originalité et de science polyphonique, deux oratorios aux accents douloureux de Luigi Rossi suivis d'un Oratorio pour la Semaine Sainte à l'intensité dramatique caravagesque. En plus du XVIIe siècle qu'ils ont si bien servi, William Christie et ses Arts Florissants ont également contribué à la redécouverte de la cantate française, qu'elle soit signée Campra ou Montéclair. » (Classica, mai 2016)
7,99 CHF
7,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 1 janvier 1957 | BnF Collection

Hi-Res Livret
9,59 CHF

Oratorios profanes - Paru le 1 février 2005 | Naxos

Livret
Oratorio profane / Faye Robinson, sop. - Sarah Walker, mezzo - Jon Garrison, tén. - John Cheek, b. -City of Birmingham Symphony Orchestra & Chœur - Sir Michael Tippett, direction
9,59 CHF

Oratorios profanes - Paru le 11 janvier 2000 | Naxos

Livret
Le Concert Spirituel - Hervé Niquet, direction
9,59 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 4 mai 1998 | Naxos

Livret
Orphée - Simphonie à 5 - Sonata prima - Suite pour clavecin n° 2 - Léandre et Héro / Sandrine Piau, soprano - Les Solistes du Concert Spirituel
9,59 CHF

Oratorios profanes - Paru le 31 mars 2009 | Naxos

Texte de Laura Tohe / Scott Hendricks, baryton - Phoenix Symphony Chorus - The Phoenix Symphony - Michael Christie, direction
9,59 CHF

Musique vocale profane - Paru le 15 juin 2015 | Ina Archives

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
À force de cantonner - que dis-je, de reléguer ! - Roussel aux deux Suites de Bacchus et Ariane, à quelques fils de la toile d'araignée du Festin du même nom, et plus chichement l'une ou l'autre de ses symphonies, on en oublie complètement qu'il a écrit bien d'autres œuvres tout aussi importantes, voire plus encore. Tel est le cas d'Evocations, un rare et somptueux triptyque pour orchestre, chœur et solistes vocaux de la première maturité de Roussel, écrit à l'époque du Festin de l'araignée, les années 1910-11. Le présent enregistrement radiophonique, réalisé en novembre 1962, suit d'à peine trois ans la précédente interprétation de la même œuvre par les mêmes exécutants (Orchestre National & Rosenthal), preuve qu'à l'époque elle bénéficiait encore d'une solide reconnaissance y compris dans les plus hautes sphères musicales du pays. Puis… le néant ; les Evocationssont à peine jouées, à peine enregistrées - une seule version discographique récente semble disponible, réalisée en 1978 par Zdenek Kosler avec la Philharmonie tchèque ! -, une véritable descente aux enfers. Mais dorénavant l'aimable qobuzonaute disposera de cette magnifique versions signée Manuel Rosenthal. Que demande le peuple ? Mais en fait, qu'évoque donc le compositeur avec tant de bonheur ? Tout simplement la Cochinchine, où il a longuement séjourné en tant qu'officier de marine dans les années 1890. Oh, on cherchera vainement des transcriptions même approximatives de mélismes ou de rythmes orientaux : Roussel préfère se laisser inspirer par des réminiscences bel et bien françaises, et les quelques allusions orientalisantes restent tout à fait discrètes. On est loin de la carte postale à la Puccini, ou même de L'Impératrice des pagodes de Ravel. Des évocations, ce ne sont pas des souvenirs directs, ce sont des souvenirs de souvenirs, des ombres d'ombres. Roussel s'y entend à merveille, en tous les cas, pour développer une somptueuse sonorité d'orchestre qui réserve quelques clins d'œil à Ravel, à Rachmaninov même par moments, à d'Indy sans doute, mais dans un langage déjà puissamment rousselien qui, s'il ne présente pas encore cette « angularité » des deux dernières symphonies, s'oriente déjà résolument vers un langage entièrement personnel. Quant à l’Enfant et les sortilèges qui sert de plat de résistance à ce concert capté en direct, il bénéficie de la participation de la fine fleur des chanteurs français d’alors : Jeanne Berbié, Bernard Cottret, Huhuette Boulangeot, Irma Kolassy, Françoise Ogeas, des interprètes d’une impeccable tenue vocale, et dont l’élocution française est un vrai bonheur. Et que dire de l’évocation entomologique orchestrale qui débute la deuxième partie de l’ouvrage, brossée par ce magicien que fut Rosenthal – un familier de Ravel, faut-il le rappeler .… Idéal, et son demi-siècle d’âge discographique n’y change rien car la prise de son fut exemplaire. © SM/Qobuz
9,59 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 12 décembre 2006 | Naxos

Livret
L’Armonia, cantate pour solistes, chœur & orch. - Cantate pour la mort de Beethoven, pour soli, chœur & orch. / Talia Or, sop. - Altin Piriù, ténor - Nikolay Borchev, basse - Chœur Simon Mayr & Orchestre de Chambre Géorgien de Ingolstadt, dir. Franz Hauk
9,59 CHF

Oratorios profanes - Paru le 23 février 2010 | Naxos

Livret
Gerlinde Sämann, soprano - Knut Schoch, ténor - Klaus Mertens, basse - Junge Kantorei - Frankfurt Baroque Orchestra - Joachim Carlos Martini, direction
8,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 6 janvier 2014 | harmonia mundi

11,19 CHF

Oratorios profanes - Paru le 3 avril 2007 | naïve classique

Il Trionfo del Tempo e del Disinganno, oratorio en deux parties (1707) / Concerto Italiano - Rinaldo Alessandrini, direction
7,49 CHF

Musique vocale profane - Paru le 23 décembre 2016 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
11,19 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 24 décembre 2009 | harmonia mundi

11,99 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 20 janvier 2012 | deutsche harmonia mundi

23,99 CHF
15,99 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 8 mai 2014 | Challenge Classics

Hi-Res
12,79 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 13 février 2015 | Solstice

Livret
Henri Ledroit, haute-contre - Michele Ledroit, soprano - Daniel Cuiller & Michele Sauvé, violons - David Simpson, violoncelle - Noelle Spieth, clavecin - Philippe Suzanne, flûte traversière - Mathias Spaeter, luth
12,79 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 21 juin 2010 | Solstice

Livret
Porto negl'occhi un mare - Lontananza e gelosia - Farfaletta semplicetta - E pur dolce, e pur soave - Che volete di più, care pupille... / Henri Ledroit, contreténor - Michèle Ledroit, soprano - Noëlle Spieth, clavecin - David Simpson, violoncelle baroque
15,39 CHF21,99 CHF
11,19 CHF15,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 22 septembre 2014 | Les Arts Florissants - Editions

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C'est le premier volume discographique en écho à l'intégrale des Madrigaux de Claudio Monteverdi présentés en concert par Paul Agnew, chef et directeur musical adjoint des Arts Florissants. Intitulé Mantova (en l'honneur de la belle cité de Mantoue qui fut un grand centre culturel au temps des Gonzague), cet album offre un choix de pièces illustrant la révolution musicale initiée par Monteverdi qui va, progressivement, faire naître l'opéra. L'interprétation de Paul Agnew est un modèle de clarté et d'expression. A noter que comme pour chacun de ses disques, le label des Arts Florissants associe à l’enregistrement une œuvre inédite, spécialement commandée à un écrivain. Ici, René de Ceccatty donne aux madrigaux une résonance contemporaine singulière avec sa nouvelle La Sibylle et la fresque des illusions, incluse dans le livret numérique. © FH/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 9 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Diapason d'or / Arte
20,15 CHF28,79 CHF
13,43 CHF19,19 CHF

Musique vocale profane - Paru le 31 mai 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Le Carnaval de Venise en 1729 ne fut comparable à n’importe quel autre carnaval. Pendant deux mois, les maisons d’opéra sont entrés dans une compétition folle pour mettre en avant les chanteurs les plus célèbres de l‘époque, y compris le castrat légendaire Farinelli qui y réalisa des débuts impressionnants. De nombreux compositeurs en vogue profitèrent de l’occasion afin de composer des musiques enchanteresses, données lors de productions elles-mêmes spectaculaires. L’ouverture du carnaval se fit avec la tragédie de Leonardo Leo Cantone in Utica d’où sont extraits l’éblouissant aria "Soffre talor del vento" et "Ombra adorata" sont extraits. Farinelli triompha dans l’opéra Semiramide de Nicolo Porpora, œuvre idéale pour dévoiler sa technicité incroyable. L’opéra Gianguir de Geminiano Giacomelli contient un aria profondément émouvant, "Mi par sentir la bella". La plupart de ces œuvres redécouvertes sont enregistrées ici pour la première fois. Ann Hallenberg éblouit dans ce récital audacieux et riche en découvertes. © Pentatone « [...] Ann Hallenberg [...] se glisse ici dans la peau de plusieurs divos et divas à l'affiche des théâtres vénitiens pendant le carnaval de 1729, explorant les principales créations de cette saison heureuse. À cet égard, ce double album agence astucieusement les extraits. [...] Toutes les plages sauf une sont annoncées comme des premières au disque, et la sélection est excellente. Parmi les airs de cantabile, on retient surtout les hypnotiques "Quanto bello agl’occhi miei" d’Orlandini, "Bel piacer saria d’un core" de Porpora et "Ombra cara" de Leo ; parmi les morceaux de bravoure, l’insolent "In braccio a mille furie" (Porpora encore, pour Farinelli). Hallenberg se montre fidèle aux qualités qui lui permettent d’affronter ce répertoire : technique agile, tessiture large, émission ample au soutien assuré. Une voix que l’émotion colore peu, mais qui sait flatter l’oreille par quelques artifices sobres [...] Le cœur voudrait chavirer un peu plus, mais trouve sa nourriture dans ces pages superbes, magistralement défendues.» (Diapason, septembre 2017 / Luca Dupont-Spirio)

Le genre

Musique vocale profane dans le magazine