Catégories :

Les albums

HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 13 juillet 2012 | ECM

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Archive inédite, ce double album est un véritable document historique présentant le concert complet et jamais publié du quartet de Keith Jarrett, plus connu sous le nom de Quartet Européen ou Belonging, enregistré en concert en avril 1979 au Nakano Sun Plaza de Tokyo. Les thèmes présentés ce soir là : Personal Mountains, Innocence, So Tender, Oasis, Chant of the Soil, Prism et New Dance sont des compositions de Jarrett. Cet album à la beauté sauvage regorge de moments d’improvisation exceptionnels, de vagues soudaines d’énergie et de passages très lyriques. Les échanges entre Jan Garbarek et Keith Jarrett sont de haut vol et la rythmique composée par Palle Danielsson et Jon Christensen puissante et enchanteresse. Sleeper, nouvellement mixé à Oslo (24 bit/96 kHz), sort de son sommeil auréolé de toute sa gloire !
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 8 février 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
HI-RES41,99 CHF
CD29,99 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
« Quand je pense à la musique, je l'envisage comme un tout, une unité. Du blues le plusrustre jusqu'à la symphonie la plus élevée. Aussi ce que j'aimerais faire, c'est illustrerchaque style, qu'elle qu'en soit l'époque, autant que ça m'est possible. » Ces mots-là,Stephane Belmondo aurait pu les prononcer, et ce n'est pas son nouvel album, « EverAfter », qui emprunte au jazz et à la soul, à l'Afrique et au classique, qui le démentirait.Ces propos, en fait, sont de Donny Hathaway, chanteur et compositeur, génie touche-à-tout de la musique afro-américaine tragiquement disparu en 1979. Pas étonnant que samusique trouve une résonnance particulière aux oreilles du trompettiste français qui achoisi de placer au cour de son disque des reprises de certaines de ses chansons les plusemblématiques, conviant pour l'occasion deux grandes voix d'aujourd'hui, GregoryPorter et Sandra Nkaké, à les interpréter.
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 24 janvier 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Quand le pianiste Abdullah Ibrahim enregistre cet album pour le label ECM en 1969, il est encore connu sous son nom d’artiste Dollar Brand. Ce qui explique que les anciennes éditions portent le nom de Dollar Brand. Depuis, afin de ne pas heurter le choix du pianiste, la pochette est sous son nom actuel. Le disque, relativement court (39 minutes), est la retransmission d’une performance qui explore huit des compositions du pianiste sud africain. A l’époque, le musicien se cherche encore. Et ses improvisations sont captivantes n’hésitant pas à utiliser cadences, boucles et répétitions chères aux codes du jazz en pleine libération alors. © CM/Qobuz
HI-RES29,99 CHF
CD25,99 CHF

Jazz - Paru le 3 février 2014 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Kin est le deuxième album du Pat Metheny Unity Band (et le 20e pour le guitariste) qui, depuis la sortie de l’album éponyme (récompensé par un Grammy Awards), a donné plus de deux cents concerts de par le monde et s’est adjoint les services du multi-instrumentiste Giulio Carmassi. On retrouve donc Chris Potter au saxophone ténor et à la clarinette basse, Ben Williams à la basse et Antonio Sanchez à la batterie, quant à Giulio Carmassi, il s’exprime au piano, à la trompette, au trombone, au cor, au violoncelle, au vibraphone, à la clarinette, à la flûte, au saxophone alto, au Wurlitzer, il siffle et chante !!!. Un album grandiose, qui semble très improvisé mais est, en fait, très écrit comme nous l'a précisé Pat Metheny lui-même, heureux d'avoir retrouvé un saxophone ténor (Chris Potter) qui le motive à ce point depuis ses enregistrements avec Michael Brecker ou Dewey Redman il y a vingt ans.
HI-RES28,78 CHF
CD21,59 CHF

Jazz contemporain - Paru le 28 mars 2014 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
C'est une belle rencontre que celle qui unit l'accordéoniste du moment (Prix Django Reinhardt de l'Académie du jazz en 2014), Viencent Peirani, au saxophoniste Emile Parisien. Jeunes trentenaires tous les deux, ils font partie de la garde montante du jazz français. Daniel Humair les a fait se rencontrer au sein de son quintet. L'entente fut telle que leur complicité se concrétise avec ce premier album pour le label ACT. Peirani connait bien ce label pour y avoir enregistré avec la Coréenne Youn Sun Nah puis signé sous son propre nom un très beau Thrill Box. L'idée est étonnante, c'est celle du producteur, que de réunir ces deux artistes contemporains autour de la thématique Sidney Bechet. On adore ou on déteste mais le résultat ne manquera pas de vous laisser indifférent.
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 13 juin 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS
Un album très attendu compte tenu de l'excellence du premier, Jasmine, qui réunissait Keith Jarrett et Charlie Haden qui n'avaient plus joué ensemble depuis les années 70. Le pianiste, heureux et fier de cet enregistrement, écrira les notes de pochettes : « Invitez votre femme ou votre mari ou votre amant tard dans la nuit, asseyez-vous et écoutez. Ce sont de splendides chansons d'amour, jouées par des musiciens qui essaient de communiquer leur pur message. J'espère que vous pourrez l'entendre comme nous l'avons entendu. » La séance d’enregistrement de Jasmine, (le disque est sorti en 2010 mais l'enregistrement - trois jours et trois nuits soit plus de dix heures de musique - date de 2007) dans le studio de Keith Jarrett, fût tellement riche et créative qu’un second album pouvait en découler : c'est ce Last Dance. Heureux sont ceux qui découvrent ce nouvel opus du génial improvisateur et de son vieux compagnon de route. © JMP/Qobuz
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 28 novembre 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Cinq années séparent l’enregistrement de The Astounding Eyes Of Rita de ce Souvenance. Cinq années chamboulées par un événement majeur dans la vie d’Anouar Brahem et de sa Tunisie natale : la révolution de jasmin. S’il n’est pas directement la lecture par le maître du oud de ces événements, ce nouvel album en dégage les effluves, en hume l’essence… Un moyen sans doute pour Anouar Brahem de s’interroger sur le rôle du réel dans sa musique. De par sa longueur (un double album) et son instrumentarium atypique (un grand orchestre est de la partie et le oud est souvent en retrait comme rarement chez Brahem), Souvenance est un disque à part. Une ample et vaste tenture comme en apesanteur. Le musicien tunisien se fait ici metteur en son, compositeur d’une vraie-fausse musique de film dans laquelle on s’abandonne avec bonheur. Et comme à l’accoutumée avec Anouar Brahem, impossible d’étiqueter ce sublime ovni. Sublime, oui. © MD/Qobuz
HI-RES26,49 CHF
CD22,99 CHF

Jazz - Paru le 28 janvier 2015 | Razdaz

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Les succès, il ne les compte plus vraiment… Avec plus de 500.000 albums vendus dans le monde, Avishai Cohen est peut-être l’un des rares contrebassistes star de la scène jazz actuel. Un statut qui ne l’empêche pas de se remettre en question à chaque nouvel album. C’est encore le cas avec ce From Darkness qui parait en février 2015 sur lequel le virtuose israélien revient à la formule du trio. A ses côtés, le pianiste aux doigts d'or de Nitai Hershkovits et les baguettes magiques de l'irrésistible Daniel Dor. Un superbe disque où l'entente entre les trois virtuoses atteint de vrais sommets mais un disque aussi pour rappeler une fois encore le grand compositeur qu'Avishai Cohen ne cesse d’être… © CM/Qobuz
HI-RES23,02 CHF
CD17,27 CHF

Jazz contemporain - Paru le 30 janvier 2015 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Dire que Vincent Peirani a secoué la planète de l’accordéon jazz est un doux euphémisme… Et Living Being libère encore un peu plus le piano à bretelles du carcan des stéréotypes. « Je voulais monter mon propre groupe, au sein duquel j’avais besoin de me sentir en confiance, explique l’accordéoniste. Je voulais me sentir en "famille". Pour ces raisons, j'ai fait appel à quatre musiciens, qui sont des amis de longue date ». Naturellement, Peirani s’entoure d’Emile Parisien, son binôme du duo Belle Epoque, et choisit également le bassiste Julien Herné, le batteur Yoann Serra et le claviériste Tony Paeleman. « Je connais Yoann depuis 20 ans mais je n'avais jamais joué avec lui. J’ai joué quelques fois avec Tony et j’avais participé avec Julien, il y a quelques années, à un groupe de musiques des Balkans, les Yeux Noirs. Living Being a donc été un tout nouveau départ pour moi. Notre répertoire a considérablement évolué durant ces quatre dernières années passées ensemble. C'est le temps qu'il nous a fallu pour nous harmoniser au mieux ». Les six compositions signées Vincent Peirani et les deux reprises réarrangées par ses soins (des titres de Michel Portal et Jeff Buckley) le prouvent. Living Being est un laboratoire follement organique. Une aire de jeu sur laquelle ces jeunes musiciens comblent le fossé parfois existant entre composition et improvisation, entre harmonies classiques et rythmes jazz. L’écriture de Peirani sait être touchante et débordant d’imagination mais aussi surprenante et insaisissable. L’accordéoniste trentenaire est d’une génération s’abreuvant à tant de sources musicales qu’on comprend l’origine d’une telle densité. Et Living Being est sacrément dense. Impressionnant. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 20 mars 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Le corps à corps dans lequel Paolo Fresu embarque ici sa trompette se fait avec le bandonéon de Daniele di Bonaventura. Le duo formé par les deux musiciens italiens servait à l’origine à épauler le groupe de polyphonies corses A Filetta. Cette fois, Fresu et Bonaventura sont seuls, déroulant une étonnante musique qui mêle les effluves de la sémantique de feu Miles Davis, la chaleur mélancolique du bandonéon et un répertoire comprenant aussi bien des berceuses poignantes que des standards sud-américains et des airs d’opéra ! La force du duo est de rendre ce matériau totalement homogène en lui appliquant ce son qu’ils sculptent avec un goût et un raffinement hallucinant. Comme l’affaire se déroule chez ECM, on n’est guère surpris par l’atypique alliage à écouter en boucle. © MD/Qobuz
HI-RES44,99 CHF
CD38,99 CHF

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Il y a des albums d’une discothèque dite idéale qui font l’unanimité. Concert By The Sea d’Erroll Garner est l’un d’entre eux. Le by the sea en question – au bord de mer –se situe à Carmel, en Californie. Le 19 septembre 1955, le pianiste Erroll Garner et sa démentielle rythmique en béton armée – Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie – déroulent un jazz au swing magnifié. Offrir une telle palette de couleurs, à trois seulement, relève du miracle. On passe d’une intimité chambriste à un feu d’artifices virtuose, de subtilités d’épures à des uppercuts rythmiques. Garner en général et Garner à Carmel en particulier c’est évidemment un style, surtout, dont l’épicentre (ce très léger décalage entre main gauche et main droite) regorge de ce swing volubile et communicatif. Les doigts de cet autodidacte caressent à peine le clavier que son univers si personnel et reconnaissable en un claquement de doigts est déjà là. Et quelle virtuosité spontanée ! Cette impeccable réédition propose non seulement l’album d’origine remasterisé mais surtout l’intégralité du concert. Une embardée de plus de deux heures et demi d’un jazz sans âge, que tous les pianistes (pas seulement jazz) devraient écouter au moins une fois dans leur vie. Deux fois même. Dix ! Cent ! © MZ/Qobuz
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Mack Avenue

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
La section rythmique de Wayne Shorter mais sans Wayne Shorter : c’est ce qui se cache derrière ce trio baptisé Children of the Light. Evidemment, le pianiste Danilo Pérez, le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade sont individuellement des maîtres, chacun dans leur genre. Et leur union sur ce disque est à la hauteur de ce que leurs noms peuvent susciter chez les fans de jazz. Ici, l’intense cohérence et le niveau de communication impressionnent. Ces trois-là se connaissent à la perfection (plus d’une décennie ensemble derrière Shorter !) et cela s’entend tout au long d’un disque dans lequel la narration reste la préoccupation première. Pérez a rarement aussi bien joué et la paire Patitucci/Blade ose d’étonnantes combinaisons. Et si les trois musiciens peuvent comproviser (composer/improviser) sur des formes harmoniques et mélodiques très denses, ils peuvent également explorer la beauté d’une simple harmonie. Bref, un vrai régal. © CM/Qobuz
HI-RES14,99 CHF
CD9,99 CHF

Jazz contemporain - Paru le 16 octobre 2015 | ALEA

Hi-Res Livret Distinctions Choc Jazz Magazine - Indispensable JAZZ NEWS
Des standards, en quelque sorte. Longtemps après Prysm, parallèlement aux étapes successives du projet ilium, et tout en poursuivant une intense activité de sideman, PIerre de Bethmann se remet au trio. Discrètement, parfois sous la forme pédagogique de concerts commentés, parfois pour jouer le grand répertoire, parfois pour défricher de nouvelles idées, toujours pour le simple plaisir de jouer ensemble. Deux partenaires exceptionnels cultivant la science du swing et du son comme un art de vivre (le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Tony Rabeson), un répertoire qui se façonne lentement au fil des concerts et dans lequel on croise aussi bien Herbie Hancock que Gabriel Fauré, Serge Gainsbourg et Charles Trénet, une quête de sens loin de tout intellectualisme, pour une formule qui se permet le plus grand des luxes : celui de prendre le temps…
HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 30 octobre 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Un double album pour premier disque. ECM comme maison d’accueil. Et Anton Corbijn pour vous tirer le portrait sur la pochette. Pas de doute, Mette Henriette fait une entrée remarquée sur la scène jazz internationale. La jeune saxophoniste norvégienne corse même un peu plus la situation en scindant en deux son disque : une première partie en trio avec la violoncelliste Katrine Schiøtt et le pianiste Johan Lindvall et une seconde en compagnie d’un groupe de treize musiciens avec trompette, trombone, bandonéon, piano, contrebasse, batterie et les cordes du Cikada Quartet. La première sensation qui se dégage de ce superbe et dense double opus est un sentiment de sérénité chambriste qu’on ne pourra s’empêcher de relier à la terre d’origine de son auteur. Tout ici est murmure, lente respiration, regard bienveillant et avancé en apesanteur. Et Mette Henriette a surtout le mérite de mettre ici en exergue sa musique et non son instrument. La relation qu’elle entretient ici avec ses multiples complices est d’une rare intensité. L’espace et les silences donnent même à ce disque une ampleur folle. Une nouvelle merveille made in ECM. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Quand le pianiste Abdullah Ibrahim enregistre cet album pour le label ECM en 1969, il est encore connu sous son nom d’artiste Dollar Brand. Ce qui explique que les anciennes éditions portent le nom de Dollar Brand. Depuis, afin de ne pas heurter le choix du pianiste, la pochette est sous son nom actuel. Le disque, relativement court (39 minutes), est la retransmission d’une performance qui explore huit des compositions du pianiste sud africain. A l’époque, le musicien se cherche encore. Et ses improvisations sont captivantes n’hésitant pas à utiliser cadences, boucles et répétitions chères aux codes du jazz en pleine libération alors. © CM/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Aussi discret que talentueux, Michel Benita n’est pas le jazzman le plus médiatisé de la terre. Et c’est bien dommage tant l’approche musicale du contrebassiste s’avère toujours fascinante. Notamment lorsqu’elle s’aventure sur des sentiers pas exclusivement jazz. Après deux albums remarquables chez ECM en compagnie du saxophoniste Andy Sheppard (Trio Libero en 2012 et Surrounded By Sea en 2015), il signe ici avec son groupe Ethics, pour ce même label munichois, un disque assez ensorceleur qui lorgne vers la world et même l’électro. Une électro organique, comme la qualifie lui-même Benita et qui enveloppe délicatement sa musique. Une musique sans frontière, à l’image du casting d’Ethics au sein duquel on croise un cornettiste suisse (Matthieu Michel), un joueur de koto de Tokyo (Mieko Miyazaki), un guitariste norvégien (Eivind Aarset) et un percussionniste français qui vécut en Turquie et fut membre de l’Istanbul Symphony (Philippe Garcia). © CM/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 11 mars 2016 | Mack Avenue

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Pour son premier album sur le label Mack Avenue – son quatrième au total –, Julian Lage s’est entouré du bassiste Scott Colley et du batteur Kenny Wollesen. Un trio de choc pour un disque puissant. Le guitariste new-yorkais avance tête baissée dans une musique à l’os, qui se concentre sur les improvisations et la communication entre les trois musiciens. Le vrai choc du disque est évidemment d’entendre Julian Lage exclusivement à la guitare électrique, lui dont on connait avant tout la virtuosité à l’acoustique. L’ancien petit génie qui fut au centre d’un documentaire en 1997 (Jules At Eight) a parcouru un long chemin pour que cette étiquette de singe savant s’éclipse au profit de celle du vrai musicien, inspiré et talentueux. Ici, Telecaster en main, Lage s’attaque à un répertoire ancien, parfois oublié. Un jazz sépia allant de Willard Robison à Sidney Bechet en passant par Jack Teagarden, Bix Beiderbecke, Spike Hughes et quelques autres, et dans lequel il incorpore des thèmes de sa composition, pièces rendant hommage à l’une de ses autres obsessions : le quartet américain de Keith Jarrett. Un fascinant grand écart donc entre des sonorités d’une ère révolue et des pièces avant-gardistes au possible. Le trio réussit brillamment à lier tout ça et le guitariste semble aussi à l’aise dans l’un comme dans l’autre répertoire. © MD/Qobuz

Le genre

Jazz dans le magazine