Catégories :

Les albums

HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 28 novembre 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Cinq années séparent l’enregistrement de The Astounding Eyes Of Rita de ce Souvenance. Cinq années chamboulées par un événement majeur dans la vie d’Anouar Brahem et de sa Tunisie natale : la révolution de jasmin. S’il n’est pas directement la lecture par le maître du oud de ces événements, ce nouvel album en dégage les effluves, en hume l’essence… Un moyen sans doute pour Anouar Brahem de s’interroger sur le rôle du réel dans sa musique. De par sa longueur (un double album) et son instrumentarium atypique (un grand orchestre est de la partie et le oud est souvent en retrait comme rarement chez Brahem), Souvenance est un disque à part. Une ample et vaste tenture comme en apesanteur. Le musicien tunisien se fait ici metteur en son, compositeur d’une vraie-fausse musique de film dans laquelle on s’abandonne avec bonheur. Et comme à l’accoutumée avec Anouar Brahem, impossible d’étiqueter ce sublime ovni. Sublime, oui. © MD/Qobuz
HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 30 octobre 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Un double album pour premier disque. ECM comme maison d’accueil. Et Anton Corbijn pour vous tirer le portrait sur la pochette. Pas de doute, Mette Henriette fait une entrée remarquée sur la scène jazz internationale. La jeune saxophoniste norvégienne corse même un peu plus la situation en scindant en deux son disque : une première partie en trio avec la violoncelliste Katrine Schiøtt et le pianiste Johan Lindvall et une seconde en compagnie d’un groupe de treize musiciens avec trompette, trombone, bandonéon, piano, contrebasse, batterie et les cordes du Cikada Quartet. La première sensation qui se dégage de ce superbe et dense double opus est un sentiment de sérénité chambriste qu’on ne pourra s’empêcher de relier à la terre d’origine de son auteur. Tout ici est murmure, lente respiration, regard bienveillant et avancé en apesanteur. Et Mette Henriette a surtout le mérite de mettre ici en exergue sa musique et non son instrument. La relation qu’elle entretient ici avec ses multiples complices est d’une rare intensité. L’espace et les silences donnent même à ce disque une ampleur folle. Une nouvelle merveille made in ECM. © MD/Qobuz
HI-RES37,99 CHF
CD27,49 CHF

Jazz - Paru le 13 juillet 2012 | ECM

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Archive inédite, ce double album est un véritable document historique présentant le concert complet et jamais publié du quartet de Keith Jarrett, plus connu sous le nom de Quartet Européen ou Belonging, enregistré en concert en avril 1979 au Nakano Sun Plaza de Tokyo. Les thèmes présentés ce soir là : Personal Mountains, Innocence, So Tender, Oasis, Chant of the Soil, Prism et New Dance sont des compositions de Jarrett. Cet album à la beauté sauvage regorge de moments d’improvisation exceptionnels, de vagues soudaines d’énergie et de passages très lyriques. Les échanges entre Jan Garbarek et Keith Jarrett sont de haut vol et la rythmique composée par Palle Danielsson et Jon Christensen puissante et enchanteresse. Sleeper, nouvellement mixé à Oslo (24 bit/96 kHz), sort de son sommeil auréolé de toute sa gloire !
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Jazz - Paru le 28 septembre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Après quatre albums pleins de grâce ayant imposé son nom sur la scène jazz contemporaine, Shai Maestro franchit un cap en intégrant l’écurie ECM. Toujours en trio avec son complice contrebassiste Jorge Roeder et le batteur Ofri Nehemya (remplaçant l’habituel Ziv Ravitz), le pianiste israélien s’engage une fois de plus sur le sentier de sublimes narrations à tiroirs. Des mélodies aussi bien héritées du répertoire jazz que de la musique traditionnelle orientale voire de la musique classique occidentale. Qu’il soit introspectif au possible (My Second Childhood de l’Israélien Matti Caspi) ou ouvertement provocateur (étonnante relecture du standard These Foolish Things), celui qui débuta aux côtés du contrebassiste Avishai Cohen conserve ce même toucher souple et cette même langue épurée. Depuis 2012 et la parution de son premier disque en tant que leader, c’est cette esthétique totalement personnelle qui impressionne. Une grande force narrative qui ne l’empêche pas de garder les pieds ancrés dans son temps comme sur la composition finale, What Else Needs to Happen ?, au cœur de laquelle Shai Maestro immisce, avec beaucoup de subtilité, la voix de Barack Obama prononçant un discours sur le contrôle des armes à feu. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Jazz - Paru le 7 septembre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Attention chef-d’œuvre ! Déjà complices au sein du quartet du batteur Billy Hart (All Our Reasons en 2012 et One Is the Other en 2014), Mark Turner et Ethan Iverson s’échappent pour la première fois en duo un peu à la manière du tandem mythique Warne Marsh/Lennie Tristano. Sauf qu’ici, le saxophoniste et l’ex-pianiste de The Bad Plus font de leur rencontre un instant de jazz quasi chambriste. Leurs échanges tout au long de ces Temporary Kings vont au cœur de l’intimité. Sans doute l’un des meilleurs ténors de sa génération, Turner souffle de façon unique, loin des canons coltraniens, de petites phrases souvent inattendues. Iverson, dans un esprit évoquant Paul Bley, fait murmurer ses doigts, livrant notes et accords à l’économie. Ensemble, ils accostent parfois sur les rives du Third Stream, le courant de Gunther Schuller qui synthétisa, à la fin des années 50, musique classique européenne et jazz. Mais Mark Turner et Ethan Iverson conservent surtout un grand naturel dans leurs improvisations. Même lorsqu’elles peuvent paraître un brin cérébrales. Surtout, ils ne lâchent jamais le fil solide de leurs narrations plus belles les unes que les autres. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 13 juin 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS
Un album très attendu compte tenu de l'excellence du premier, Jasmine, qui réunissait Keith Jarrett et Charlie Haden qui n'avaient plus joué ensemble depuis les années 70. Le pianiste, heureux et fier de cet enregistrement, écrira les notes de pochettes : « Invitez votre femme ou votre mari ou votre amant tard dans la nuit, asseyez-vous et écoutez. Ce sont de splendides chansons d'amour, jouées par des musiciens qui essaient de communiquer leur pur message. J'espère que vous pourrez l'entendre comme nous l'avons entendu. » La séance d’enregistrement de Jasmine, (le disque est sorti en 2010 mais l'enregistrement - trois jours et trois nuits soit plus de dix heures de musique - date de 2007) dans le studio de Keith Jarrett, fût tellement riche et créative qu’un second album pouvait en découler : c'est ce Last Dance. Heureux sont ceux qui découvrent ce nouvel opus du génial improvisateur et de son vieux compagnon de route. © JMP/Qobuz
HI-RES44,99 CHF
CD38,99 CHF

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Il y a des albums d’une discothèque dite idéale qui font l’unanimité. Concert By The Sea d’Erroll Garner est l’un d’entre eux. Le by the sea en question – au bord de mer –se situe à Carmel, en Californie. Le 19 septembre 1955, le pianiste Erroll Garner et sa démentielle rythmique en béton armée – Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie – déroulent un jazz au swing magnifié. Offrir une telle palette de couleurs, à trois seulement, relève du miracle. On passe d’une intimité chambriste à un feu d’artifices virtuose, de subtilités d’épures à des uppercuts rythmiques. Garner en général et Garner à Carmel en particulier c’est évidemment un style, surtout, dont l’épicentre (ce très léger décalage entre main gauche et main droite) regorge de ce swing volubile et communicatif. Les doigts de cet autodidacte caressent à peine le clavier que son univers si personnel et reconnaissable en un claquement de doigts est déjà là. Et quelle virtuosité spontanée ! Cette impeccable réédition propose non seulement l’album d’origine remasterisé mais surtout l’intégralité du concert. Une embardée de plus de deux heures et demi d’un jazz sans âge, que tous les pianistes (pas seulement jazz) devraient écouter au moins une fois dans leur vie. Deux fois même. Dix ! Cent ! © MZ/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 20 mars 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Le corps à corps dans lequel Paolo Fresu embarque ici sa trompette se fait avec le bandonéon de Daniele di Bonaventura. Le duo formé par les deux musiciens italiens servait à l’origine à épauler le groupe de polyphonies corses A Filetta. Cette fois, Fresu et Bonaventura sont seuls, déroulant une étonnante musique qui mêle les effluves de la sémantique de feu Miles Davis, la chaleur mélancolique du bandonéon et un répertoire comprenant aussi bien des berceuses poignantes que des standards sud-américains et des airs d’opéra ! La force du duo est de rendre ce matériau totalement homogène en lui appliquant ce son qu’ils sculptent avec un goût et un raffinement hallucinant. Comme l’affaire se déroule chez ECM, on n’est guère surpris par l’atypique alliage à écouter en boucle. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 13 janvier 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Pour son troisième album sous pavillon ECM, Colin Vallon prouve qu’il a réellement trouvé sa place dans l’univers surpeuplé des trios piano/basse/batterie. En compagnie de Patrice Moret et de Julian Sartorius, le pianiste lausannois propose ici son disque le plus émouvant. On trouve évidemment tout au long des onze thèmes de cette Danse les fondamentaux auxquels le trio helvète a toujours habitué ses aficionados (entente parfaite, virtuosité en retenue, improvisations subtiles, économie intelligente des notes), mais il y a cette fois en prime une poésie de l’émotion et du sensible réellement neuve. Un disque plein de grâce pour cet héritier de Keith Jarrett qui sait avancer par-delà la pesante influence de son illustre aîné… © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 10 novembre 2017 | Blue Note (BLU)

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Batteur totalement unique en son genre, musicien d’un raffinement incommensurable et compositeur virtuose, Brian Blade ne sait plus où mettre les superlatifs. Et l’écouter comme le voir piloter sa batterie avec ses doigts de fée est une expérience unique. Guère surprenant que de Joshua Redman à Brad Mehldau en passant par Kenny Garrett, Norah Jones, Daniel Lanois, Joni Mitchell, Wayne Shorter, Bob Dylan, Steve Earle ou Emmylou Harris, on se soit offert ses services… Mais depuis la fin des années 90, Blade revient régulièrement à une source bien à lui : le Fellowship Band. Aux côtés du pianiste Jon Cowherd, du contrebassiste Chris Thomas et des cuivres de Myron Walden et Melvin Butler, il conçoit un jazz totalement autre. Une musique enracinée dans le gospel, le blues et le folk qui s’applique avant tout à raconter des histoires. Le cinquième album de Brian Blade & The Fellowship Band fait ainsi défiler des mélodies on ne peut plus évocatrices. En à peine plus d’une demie heure, Body & Shadow fait se croiser des corps et des ombres au son d’un jazz hautement poétique. Le guitariste Dave Devine est invité à colorier quelques séquences pendant que Blade et sa bande s’appliquent à flouter les frontières entre les genres. L’envoûtement est total. © MZ/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Quand le pianiste Abdullah Ibrahim enregistre cet album pour le label ECM en 1969, il est encore connu sous son nom d’artiste Dollar Brand. Ce qui explique que les anciennes éditions portent le nom de Dollar Brand. Depuis, afin de ne pas heurter le choix du pianiste, la pochette est sous son nom actuel. Le disque, relativement court (39 minutes), est la retransmission d’une performance qui explore huit des compositions du pianiste sud africain. A l’époque, le musicien se cherche encore. Et ses improvisations sont captivantes n’hésitant pas à utiliser cadences, boucles et répétitions chères aux codes du jazz en pleine libération alors. © CM/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Aussi discret que talentueux, Michel Benita n’est pas le jazzman le plus médiatisé de la terre. Et c’est bien dommage tant l’approche musicale du contrebassiste s’avère toujours fascinante. Notamment lorsqu’elle s’aventure sur des sentiers pas exclusivement jazz. Après deux albums remarquables chez ECM en compagnie du saxophoniste Andy Sheppard (Trio Libero en 2012 et Surrounded By Sea en 2015), il signe ici avec son groupe Ethics, pour ce même label munichois, un disque assez ensorceleur qui lorgne vers la world et même l’électro. Une électro organique, comme la qualifie lui-même Benita et qui enveloppe délicatement sa musique. Une musique sans frontière, à l’image du casting d’Ethics au sein duquel on croise un cornettiste suisse (Matthieu Michel), un joueur de koto de Tokyo (Mieko Miyazaki), un guitariste norvégien (Eivind Aarset) et un percussionniste français qui vécut en Turquie et fut membre de l’Istanbul Symphony (Philippe Garcia). © CM/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 11 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music - Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Deux générations, deux styles mais une volonté commune d’avancer sur le chemin d’une certaine avant-garde jazz. Le pianiste Vijay Iyer et le trompettiste Wadada Leo Smith avaient jusqu’ici travaillé ensemble à de nombreuses reprises mais A Cosmic Rhythm With Each Stroke qu’ils publient sur le label ECM est leur premier album en duo. L’envoutante suite éponyme de l’album qui en constitue la pièce centrale est dédiée à Nasreen Mohamedi, l’artiste indienne innovatrice dont l’imagerie à caractère improvisé évoque des rythmes distraits. Cette suite est entourée de la composition d’Iyer Passage et d’une pièce de Smith célébrant la grande contralto Marian Anderson qui fut la première Afro-Américaine à chanter au Met Opera de New York en 1955... Son, texture et espace, les deux musiciens américains interagissent ici avec une grande sensibilité créatrice. Un disque exigeant et magnifique. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 8 février 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 24 janvier 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Quand le pianiste Abdullah Ibrahim enregistre cet album pour le label ECM en 1969, il est encore connu sous son nom d’artiste Dollar Brand. Ce qui explique que les anciennes éditions portent le nom de Dollar Brand. Depuis, afin de ne pas heurter le choix du pianiste, la pochette est sous son nom actuel. Le disque, relativement court (39 minutes), est la retransmission d’une performance qui explore huit des compositions du pianiste sud africain. A l’époque, le musicien se cherche encore. Et ses improvisations sont captivantes n’hésitant pas à utiliser cadences, boucles et répétitions chères aux codes du jazz en pleine libération alors. © CM/Qobuz
HI-RES28,78 CHF
CD21,59 CHF

Jazz - Paru le 25 mai 2018 | Alobar

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
En 2008, Stefano Bollani criait son amour pour la musique brésilienne avec l’album Carioca. Dix ans plus tard, il insiste avec cette fois sous le bras ses propres compositions. Aux côtés du pianiste milanais, de grands représentants de la musique brésilienne comme Jorge Helder à la contrebasse, Jurim Moreira à la batterie, Armando Marçal et Thiago da Serrinha aux percussions. Enfin, côté invités de marque, Caetano Veloso, João Bosco, Jaques Morelenbaum et Hamilton de Holanda. Bref, un casting savoureux pour une musique qui l’est tout autant. Magique surtout car Bollani réussit le grand écart entre sa botte natale et la terre brésilienne. Tout au long de Que Bom, il crée avec ses complices une sémantique originale qui fait tout le charme d’une musique devant tant à l’héritage subtil de Veloso qu’à celui, empreint de nostalgie, d’un Nino Rota. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES21,49 CHF
CD18,49 CHF

Jazz - Paru le 10 juin 2016 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Avant de s’éclipser soudainement en novembre 2015, victime d’une crise cardiaque alors qu’il était en tournée en Espagne, Allen Toussaint avait terminé un nouvel album studio. L'enregistrement s’est déroulé lors de deux séries de sessions avec le producteur Joe Henry, Toussaint, au piano, étant épaulé par une section rythmique composée de Jay Bellerose et David Piltch. Cerise sur le gâteau, une poignée d’invités parmi lesquels Bill Frisell, Charles Lloyd, Greg Leisz, Rhiannon Giddens et Van Dyke Parks. Au menu des festivités dans ces habits sobres et élégants, de grands classiques signés Toussaint évidemment mais aussi Professor Longhair, Duke Ellington, Fats Waller, Bill Evans ou bien encore Paul Simon. Cette feuille de route donne un album posthume aussi élégant que l’était Allen Toussaint. Une célébration raffinée de toutes les musique de sa Nouvelle-Orléans natale et plus précisément du jazz éternel. Un magnifique adieu. © MD/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 4 mai 2018 | Blue Note

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Après un sublime Book of Intuition publié en 2016 avec le contrebassiste Kiyoshi Kitagawa et le batteur Johnathan Blake, Kenny Barron étoffe son trio avec le saxophoniste ténor Dayna Stephens et la trompettiste Mike Rodriguez. On connaît l’élégance, l’intelligence, le raffinement et le swing plus que parfait du pianiste originaire de Philadelphie basé à New York qui, pour son entrée sur le label Blue Note, trouve dans la fougue de ses complices souffleurs une inspiration supplémentaire. Pour ces Concentric Circles, Barron a opté pour un répertoire principalement axé sur ses propres compositions auquel il a ajouté Aquele Frevo Axe de Caetano Veloso, L's Bop du batteur Lenny White et Reflections de Thelonious Monk. Son quintet croque à pleines dents dans un hard-bop parfois ponctué de rythmes latinos. Mais c’est surtout la spontanéité des interventions comme la fluidité des échanges entre les cinq hommes qui rend le disque assez jouissif. Personne n’est venu pour réinventer la roue mais plutôt pour faire du jazz de haute voltige, sans esbrouffe, ni superflu. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 15 septembre 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz

Le genre

Jazz dans le magazine