Catégories :

Les albums

CD3,25 CHF

Be Bop - Paru le 14 mars 2011 | Original Jazz Sound

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES10,07 CHF14,39 CHF(30%)
CD6,71 CHF9,59 CHF(30%)

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 4 mai 2018 | Brownswood Recordings

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Sorte de jeune savant fou des claviers qui connaît son Herbie Hancock sur le bout des doigts, Joe Armon-Jones est une énième preuve de la bonne santé de la jeune scène jazz britannique. Repéré notamment sur la compilation We Out Here (un disque Qobuzissime !) publiée en février 2018 par le label de Gilles Peterson, Brownswood Recordings, ce cofondateur d'Ezra Collective signe ici son premier album en tant que leader. Comme chez tous ses congénères issus de cette même scène, Armon-Jones a été biberonné à mille sons. Jazz donc mais aussi fusion, musique de club, afrobeat, hip-hop, neo-soul, acid jazz, dub et funk, tout traverse son Starting Today sur lequel il a notamment convié Nubya Garcia, Moses Boyd, Ras Asheber, Oscar Jerome, Big Sharer, Kwake Bass… Jamais viscéralement jazz au sens classique du terme, son disque fait écho à la fin des seventies et le début des eighties, lorsque la soul et le funk infiltraient le genre, pour le meilleur comme pour le pire. Les anciens penseront ainsi en vrac à Roy Ayers, Bernard Wright, Ramsey Lewis, Ronnie Laws, Ronnie Foster, les Blackbirds, les Headhunters, Alphonse Mouzon et quelques autres. Mais Joe Armon-Jones n’oublie jamais de rappeler çà et là qu’il vit bien en 2018 et pas en 1978, histoire que son premier album ne sente jamais la naphtaline et soit aussi festif qu’un grand zapping furieux et groovy. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES17,26 CHF
CD12,95 CHF

Jazz - Paru le 25 août 2017 | MPS

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
CD7,99 CHF

Jazz - Paru le 16 octobre 2015 | Cristal records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
« La musique ? Depuis toujours je la cherche... Fuyant joyeusement ceux qui disent l'avoir trouvée... J'improvise donc je bifurque. Où vais-je ? Je n'en sais rien. Ci-joint quelques traces de chemin. » C’est en ces mots que Bernard Lubat présente ses Improvisions. Lubat l’extra-terrestre. L’empêcheur de tourner en rond. Doté d'une formidable énergie créatrice, improvisateur-né, provocateur et amoureux des mots, le bonhomme occupe une place singulière et essentielle dans le jazz hexagonal. Il lui a donné le sens des racines, du verbe et de la fête. Ce poly-instrumentiste (batterie, vibraphone, piano, synthétiseur, accordéon...) et chanteur de jazz est un activiste de la musique depuis son fief d’Uzeste. Après Conversatoire sorti en 1999, Bernard Lubat propose un deuxième album de piano solo, fidèle à ses convictions pour aller droit à l’essentiel… © CM/Qobuz
CD7,99 CHF

Jazz - Paru le 16 octobre 2015 | Cristal records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES13,43 CHF19,19 CHF(30%)
CD8,95 CHF12,79 CHF(30%)

Jazz - Paru le 9 novembre 2018 | Brownswood Recordings

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Avec Maisha, pas besoin de se déplacer pour voyager. Entre jazz-fusion et afrobeat, ce projet ambitieux où foisonnent les mystères est subtilement mené par les baguettes de Jake Long. Découverte de mondes atypiques, d’ambiances oniriques et exotiques, There Is a Place réunit pas moins de six personnalités qui jouent les guides touristiques : Amané Suganami (claviers), Twm Dylan (contrebasse), Tim Doyle et Yahael Camara-Onono (percussions), Shirley Tetteh (guitare) et Nubya Garcia (flûte et saxophone). Remarqué en ouverture de We Out Here, la compilation parue en février 2018 zoomant sur la bouillonnante jeune scène jazz londonienne (un disque Qobuzissime !), Maisha confirme ici la richesse de son univers. Et lorsque ces Londoniens n’ont plus de destinations à proposer, ils se contentent de les inventer, laissant place à un jazz spirituel.Maisha transporte un héritage culturel intense. Principalement inspiré des figures de Sun Ra, Pharoah Sanders et du couple Coltrane (John et Alice), ce disque se transforme en un hommage passionné oscillant entre mélodies aériennes et rythmes bien pimpés. Un goût de surf et de reggae, des guitares jazz qui trempent dans des sonorités orientales, ce septet propose une immersion intimiste au sein de leur jardin secret. Pas étonnant, car le nom de l’album est une référence directe à un petit parc où Jake Long a pour habitude de se retirer. Cinq pistes qui atteignent parfois les onze minutes, pour peindre cinq paysages différents. Transe évolutive sur Osiris et tam-tam tribaux, flûte pour une zen attitude dans un jardin japonais avec Azure ou jazz d’investigation pour une BO de film policier via Kaa, les panoramas défilent sans cesse. Un premier album prometteur et générateur de nouvelles images à chaque écoute. © Clara Bismuth/Qobuz
HI-RES16,79 CHF
CD11,19 CHF

Jazz - Paru le 21 septembre 2017 | Continuo Jazz

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Jazz vocal - Paru le 29 septembre 2017 | Mack Avenue Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Album après album, Cécile McLorin Salvant rappelle qu’elle est tout sauf le cliché de la « chanteuse jazz ». Révélée au grand public en 2013 avec le somptueux WomanChild, elle avait haussé le ton, deux ans plus tard, avec For One To Love, un disque encore plus maîtrisé, plus complet et sur lequel sa voix faisait davantage de miracles. Celle qui vit le jour le 28 août 1989 à Miami en Floride et étudia le droit français, le baroque et le jazz vocal à Aix-en-Provence avant de remporter le Concours International Thelonious Monk en 2010 (à seulement 20 ans devant un jury composé d’Al Jarreau, Dee Dee Bridgewater, Patti Austin, Dianne Reeves et Kurt Elling !) était également une impressionnante compositrice comme le montraient les cinq chansons originales de cette cuvée 2015… Avec Dreams And Dagger, la Franco-américaine installée à Harlem signe un troisième album enregistré en concert dans la Mecque new-yorkaise du Village Vanguard et au DiMenna Center avec son fidèle trio (le pianiste Aaron Diehl, le contrebassiste Paul Sikivie et le batteur Lawrence Leathers) et, en invités sur certains titres, le Quatuor Catalyst et le pianiste Sullivan Fortner. Un vrai choix pour celle qui rêve de n’enregistrer que des albums live, là où le son de son groupe lui paraît le plus authentiquement représenté. Plus classique dans sa forme que ses deux précédents enregistrements, Dreams And Dagger est surtout la preuve de son aisance quel que soit le répertoire. Dans un standard comme My Man’s Gone Now où on ne compte même plus les milliers de versions existantes, elle embarque la mélodie et sa voix sur des sentiers inédits et l’effet est assez stupéfiant. Et puis Cécile McLorin Salvant fait aussi corps avec son trio qui n’est jamais un simple faire-valoir de son organe de feu mais un élément essentiel de son univers musical. Bref, elle trace, une fois de plus, un peu plus profondément son sillon loin de la sainte-trinité Billie/Sarah/Ella car comme l’a dit Wynton Marsalis, « des chanteuses comme ça, vous en avez une par génération ou toutes les deux générations… » © MD/Qobuz
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 11 mars 2016 | Mack Avenue

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Pour son premier album sur le label Mack Avenue – son quatrième au total –, Julian Lage s’est entouré du bassiste Scott Colley et du batteur Kenny Wollesen. Un trio de choc pour un disque puissant. Le guitariste new-yorkais avance tête baissée dans une musique à l’os, qui se concentre sur les improvisations et la communication entre les trois musiciens. Le vrai choc du disque est évidemment d’entendre Julian Lage exclusivement à la guitare électrique, lui dont on connait avant tout la virtuosité à l’acoustique. L’ancien petit génie qui fut au centre d’un documentaire en 1997 (Jules At Eight) a parcouru un long chemin pour que cette étiquette de singe savant s’éclipse au profit de celle du vrai musicien, inspiré et talentueux. Ici, Telecaster en main, Lage s’attaque à un répertoire ancien, parfois oublié. Un jazz sépia allant de Willard Robison à Sidney Bechet en passant par Jack Teagarden, Bix Beiderbecke, Spike Hughes et quelques autres, et dans lequel il incorpore des thèmes de sa composition, pièces rendant hommage à l’une de ses autres obsessions : le quartet américain de Keith Jarrett. Un fascinant grand écart donc entre des sonorités d’une ère révolue et des pièces avant-gardistes au possible. Le trio réussit brillamment à lier tout ça et le guitariste semble aussi à l’aise dans l’un comme dans l’autre répertoire. © MD/Qobuz
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Mack Avenue

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
La section rythmique de Wayne Shorter mais sans Wayne Shorter : c’est ce qui se cache derrière ce trio baptisé Children of the Light. Evidemment, le pianiste Danilo Pérez, le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade sont individuellement des maîtres, chacun dans leur genre. Et leur union sur ce disque est à la hauteur de ce que leurs noms peuvent susciter chez les fans de jazz. Ici, l’intense cohérence et le niveau de communication impressionnent. Ces trois-là se connaissent à la perfection (plus d’une décennie ensemble derrière Shorter !) et cela s’entend tout au long d’un disque dans lequel la narration reste la préoccupation première. Pérez a rarement aussi bien joué et la paire Patitucci/Blade ose d’étonnantes combinaisons. Et si les trois musiciens peuvent comproviser (composer/improviser) sur des formes harmoniques et mélodiques très denses, ils peuvent également explorer la beauté d’une simple harmonie. Bref, un vrai régal. © CM/Qobuz
CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 23 octobre 2012 | Mack Avenue Records

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
CD9,59 CHF

Jazz - Paru le 4 novembre 2016 | Cristal records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
CD9,59 CHF

Jazz - Paru le 13 mai 2016 | Cristal records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
HI-RES15,11 CHF21,59 CHF(30%)
CD10,07 CHF14,39 CHF(30%)

Jazz - Paru le 9 février 2018 | Brownswood Recordings

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Qobuzissime
Et c’est reparti : London Calling ! Mais cette fois l’appel ne vient pas des entrailles affamées du rock’n’roll mais plutôt de celles du jazz. Un jazz aux basques duquel on ne peut que coller un S tant la jeune scène londonienne compilée sur ce We Out Here s’est construite sur des influences bigarrées, aussi bien soul qu’afrobeat, fusion ou électro. Pour zoomer sur cette nouvelle génération, Brownswood Recordings, le label de Gilles Peterson, a confié la direction artistique de l’album au plus médiatisé d’entre eux : le saxophoniste Shabaka Hutchings. Enregistrés sur trois jours, les musiciens et les groupes sélectionnés offrent un esprit jazz plus qu’une forme jazz. Ainsi, le batteur Jake Long et sa formation Maisha jouent aux maîtres vaudou à la manière d’un Pharoah Sanders. L’afrobeat de Fela sert de terreau à l’Ezra Collective du batteur Femi Koleoso mais aussi au collectif Kokoroko. Tandis qu’un autre as des baguettes, le charismatique Moses Boyd, emmitoufle sa rythmique dans une boucle électro savamment hypnotique avant de revenir sur les sentiers d’un jazz libertaire vivifiant. Ce Qobuzissime coloré comme jamais, c’est aussi Theon Cross, impressionnant marathonien du tuba (et par ailleurs complice de Shabaka Hutchings au sein des Sons Of Kemet), Nubya Garcia, une saxophoniste habitée par le lyrisme de Charles Lloyd, ou bien encore Joe Armon-Jones, un savant fou des claviers qui connaît son Herbie Hancock sur le bout des doigts… Avec We Out Here, la nouvelle scène jazz londonienne signe un manifeste aussi dynamique qu’éclectique. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,59 CHF
CD14,39 CHF

Jazz - Paru le 13 mai 2016 | naïve Jazz

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Qobuzissime
L’idée de monter un quartet de ce genre n’est pas nouvelle pour la talentueuse Airelle Besson. En effet, elle avoue en 2014 (année des premières répétitions avec le groupe) qu’elle avait passé les cinq années précédentes à potasser le sujet. Très rapidement l’alchimie entre les membres du groupe prend place et Airelle Besson affirme son choix de collaboration avec Benjamin Moussay (piano, synthé) et Fabrice Moreau (batterie). La découverte de la perle rare se fera plus tard en la personne d’Isabel Sörling.  La Scandinave à la voix d’agent utilise parfois son organe vocal comme un instrument, rendant le jazz mélodieux d’Airelle Besson encore plus aérien. Organique et minimaliste de bout en bout, l’ensemble musical de Radio One est gracieux et délicat. En plaçant l’émotion au cœur du projet, le quartet transforme son jazz en nuage où les auditeurs prendront plaisir à se poser. Formation atypique pour la nouvelle étoile de la trompette française, cette formation offre un véritable bol d’air créatif à la musicienne récemment récompensée. © AR/Qobuz
CD6,99 CHF9,99 CHF(30%)

Jazz contemporain - Paru le 29 janvier 2016 | Whirlwind Recordings

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
CD14,39 CHF

Jazz - Paru le 3 novembre 2017 | Far Out Recordings

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Miles Davis, à qui l’on demandait comment il aimerait être réincarné, répondit : « En un musicien comme ce dingue d’albinos. Il évoquait Hermeto Pascoal, ce multi instrumentiste virtuose et bricoleur imprévisible, capable de faire sonner une théière comme de faire chanter juste un cochon. 100% brésilien et plutôt porté sur le jazz, cet irrépressible improvisateur, aujourd’hui octogénaire, a derrière lui une carrière remplie comme un œuf. Mais ses archives recèlent encore des gemmes inexplorées. En 1976, à Sao Paulo, peu après un concert durant lequel les interactions entre musiciens furent exceptionnelles, Hermeto Pascoal les réunit au studio Vice Versa, de Rogério Duprat, arrangeur historique du mouvement tropicaliste. Autour de Pascoal, le clavier Lelo Nazario, le guitariste Toninho, les saxophonistes Mauro Senise, Raul Mascarenhas et Nivalfo Ornelas, la chanteuse Aleuda Chaves Horta, le bassiste Zeca Assumpção et le percussionniste Zé Eduardo Nazario retrouvent l’esprit magique qui les avait animés quelques jours plus tôt. Ils improvisent quatre morceaux (dont l’un atteint les 26 minutes !) qui réjouissent celui que l’on surnomme le Sorcier (O Bruxo). Mais les bandes furent oubliées et perdues, jusqu’au jour récent, où Lelo Nazario a retrouvé sa copie du mix. Document exceptionnel, Viajando com o Som (Voyager avec le son) est un étonnant voyage dans le temps et dans l’un des imaginaires les plus fertiles de la planète son. © BM/Qobuz
HI-RES14,49 CHF
CD10,49 CHF

Jazz - Paru le 26 octobre 2018 | Impulse!

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le label Impulse ! sort de ses archives ce concert inédit de novembre 2007 entre deux géants : Charlie Haden et Brad Mehldau. Le contrebassiste disparu en 2014 rencontra le pianiste pour la première fois au début des années 90. L’étincelle fut immédiate et, par la suite, les deux virtuoses croiseront régulièrement le fer, à la scène comme au disque. Mais jamais en duo. Ce live de 2007 fut donc une première. A l’invitation de l’Enjoy Jazz Festival d’Heidelberg en Allemagne, Haden et Mehldau acceptent de se produire ensemble dans le cadre magique d’une église, la Christuskirche de Mannheim. Le résultat a beau être renversant, les bandes resteront à la cave durant plus d’une décennie… « C’était passionnant de jouer avec quelqu'un qui improvise comme ça, se souvient le pianiste américain. Après tout, c'est le mec qui l'a fait en premier sur son instrument. Les premiers disques du quartet d’Ornette Coleman, comme This Is Our Music ou Change of the Century, n’étaient pas free en ce sens qu’ils abandonnaient les principes de l’harmonie. Ils étaient souvent free d'un schéma harmonique fixe, et Charlie improvisait l'harmonie à partir de rien ! »C’est surtout la profondeur de leur complicité qui éclate sur cet enregistrement. L’aisance avec laquelle Charlie Haden et Brad Mehldau intègrent espace et silence dans leurs échanges touche au sublime. Côté répertoire, ils ont opté pour du standard et du classique (Charlie Parker, Irving Berlin, Johnny Mercer, Gershwin, Kern…) qu’ils caressent du bout de leurs doigts. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,79 CHF
CD11,19 CHF

Jazz - Paru le 14 mars 2017 | Mélisse

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
HI-RES16,79 CHF
CD11,19 CHF

Jazz - Paru le 27 octobre 2017 | RareNoiseRecords

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS

Le genre

Jazz dans le magazine