Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

CD21,49 CHF

Afrobeat - Paru le 10 novembre 2017 | BMG Rights Mgmt France SARL

Leeroy, l’ex-Saïan Supa Crew, fait son coming-out et annonce haut et fort sa passion pour l’afrobeat et l’œuvre de son fondateur l’immense Fela Kuti. L’idée du beat boxer était de passer derrière la console et les claviers, casquette de réalisateur artistique vissée sur la tête, pour rendre un hommage sincère et respectueux. Leeroy est donc parti à Lagos sur les terres nigérianes du Black President, à la rencontre de ses anciens musiciens Duro et Showboy, de ses deux fils Femi et Seun et quelques instrumentistes locaux jeunes et performants. Sa vision vitaminée et inventive de la musique de Fela a convaincu ces héritiers de s’associer à cette relecture moderniste. Pour revisiter cette poignée de morceaux emblématiques, Leeroy a aussi convié, derrière les micros, quelques fiers représentants de la black music actuelle. Son vieux complice Féfé, à qui Leeroy doit son initiation à l’afrobeat, prend le lead sur ITT (International Thief Thief), la soul sister d’origine tchadienne Noraa dévoile son chant sensible dans la version beatboxée de Zombie, la Germano-nigériane Nneka habite avec aplomb Look And Laugh et le Sud-Africain Nakhane offre une interprétation veloutée d’Authority Stealing. L’album se présente avec une pochette originale de Lemi Ghariokwu, responsable de la majorité de celle du Black President. Mission accomplie pour Leeroy qui a su conserver l’esprit et rajeunir le son des œuvres de Fela Anikulapo Kuti et prouver leur pertinence aujourd’hui comme demain. © BM/Qobuz
CD6,39 CHF

Afrobeat - Paru le 10 janvier 2014 | La Cile

Le fils aîné de Fela Anikulapo Kuti, empereur de l’afro-beat, et « Black President » auto-proclamé d’un Nigéria gangrené par les luttes intestines et la corruption, n’a jamais souhaité offrir une copie fidèle des œuvres de son père, et ce bien qu’il se soit rodé en concert aux côtés de son géniteur. Le cinquième album de Femi Kuti, né à Londres mais élevé à Lagos, en est une nouvelle preuve éclatante. Disque politique, car dénonciateur des travers d’un pays, et d’un continent, livrés aux mains des affairistes, Day by Day est également un disque de joie, car de danse, offert par un musicien désormais sûr de son art et reconnaissant à des étoiles de la soul music tels Curtis Mayfield, d’avoir ouvert la voie d’une inspiration afro-américaine. Le groupe Positive Force, naturellement plus à l’aise dans la fièvre des concerts que dans l’apparente froideur des studios, parvient néanmoins à injecter ici cette pulsion si caractéristique de la danse hypnotique, crue et énergique, propre au genre. Femi a mis à profit quelques sessions parisiennes pour convier la chanteuse Camille à participer aux chœurs de la chanson-titre. Quant à Keziah Jones, il branche sa guitare flamboyante sur deux pièces. Et Sébastien Martel, guitariste explorateur, a décidé pour sa part de collaborer à l’ensemble de l’enregistrement. Le tout donne une coloration tout à fait roborative de fête militante, et concernée, aux mélodies et rythmes produits par Sodi, homme aux manettes derrière l'artiste depuis maintenant plus de quinze années. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
CD2,09 CHF

Afrobeat - Paru le 22 février 2014 | Labelmaison

Le genre

Afrobeat dans le magazine