Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD14,39 CHF

Afrobeat - Paru le 12 avril 2011 | Strut

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au début du XXe siècle, s’inspirant du jazz, les musiciens de Côte-de-l'Or (l’ancien nom du Ghana) ont largement dominé la musique urbaine africaine avec un cocktail détonant nommé highlife. Mais leur suprématie s’est peu à peu estompée avec l’invention de l’afrobeat dans les années 70 par le Nigérian Fela Kuti, qui démarra sa carrière au son du highlife. Dès lors, ce rythme fougueusement funky et afrocentré a peu à peu envahi l’ambiance de toute l’Afrique de l’Ouest. Le chanteur-guitariste ghanéen Ebo Taylor, ami du « Black President », a consacré sa carrière au style d’origine nigériane.Tardivement découvert en Europe via l’album Love and Death sorti en 2009, Ebo Taylor a connu dès lors une reconnaissance internationale qui est naturellement passée par une remise à jour des œuvres de son glorieux mais continental passé. En 2011, le label anglais Strut Records remet la pendule Ebo Taylor à l’heure avec cette flamboyante compilation qui rassemble les joyaux que le Ghanéen a disséminés sur son chemin entre 1973 et 1980. Rythmiques implacables, cuivres rutilants, solos de guitare vifs et colorés et chants engageants étaient présents dans sa musique dès ses débuts. L’écoute de ses morceaux prouve qu’au sein de ses diverses formations (Uhuru-Yenzu, Asaase Ase, The Apagya Showband ou Super Sounds Namba, aux côtés des ses compatriotes chanteurs Pat Thomas ou C. K. Mann), comme en œuvrant pour son propre compte, Ebo Taylor a toujours su faire naître la magie. © Benjamin MiNiMuM/ Qobuz
A partir de :
CD14,39 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 1979 | Comet

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD15,99 CHF

Afrobeat - Paru le 9 avril 2001 | Ninja Tune

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès son premier album qui parait en 2001, le collectif de Brooklyn ne passe pas par quatre chemins et se concentre sur sa raison d’être : l’afrobeat ! Mais plus qu’une tentative de relecture vaine des Saintes Écritures de feu Fela, Antibalas apporte une touche contemporaine et très personnelle avec des effluves funky héritées de James Brown ou des saveurs cubaines. Du groove en transe à goûter jusqu’au bout de la nuit. © CM/Qobuz

Le genre

Afrobeat dans le magazine