Catégories :

Les albums

CD8,99 CHF

Afrobeat - Paru le 20 avril 2020 | Knitting Factory Records

CD12,49 CHF

Afrobeat - Paru le 1 novembre 2019 | Knitting Factory Records

CD8,99 CHF

Afrobeat - Paru le 29 octobre 2019 | Knitting Factory Records

CD8,99 CHF

Afrobeat - Paru le 15 octobre 2019 | Knitting Factory Records

CD8,39 CHF

Afrobeat - Paru le 11 octobre 2019 | Drift Recordings

CD11,49 CHF

Afrobeat - Paru le 1 septembre 2014 | Knitting Factory Records

CD11,49 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Afrodisiac est, et cela peut sembler facile, mais c'est pourtant l'inéluctable vérité, l'album idéal pour faire l'amour. L'instrumentation est un modèle de tension et de fébrilité, toujours haletante et sur le point d'exploser en un épanchement d'extases, assaillie par le saxophone baryton de Lekan Animashaun et les trompettes d'Eddie Faychum, et de Tunde Williams. Mais les percussions, la voix et les accords électriques de Féla Kuti gardent les sens sous contrôle, retardant pour le plus grand plaisir de l'auditeur l'échéance dionysiaque. L'album idéal pour faire l'amour certes, mais l'album idéal pour aimer tout simplement, d'un amour incandescent, excessif et flamboyant ; d'un amour byzantin. Amour fourmillant d'ivresses, que l'empereur de l'afrobeat dévore ici avec une lascivité incomparable.© René Obe/Qobuz
CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un bon cru pour Fela, composé comme toujours de peu de chansons (quatre), la longueur de chacune (vingt-cinq minutes pour « Confusion », quatorze pour « Gentleman ») faisant tout de même de cet album un plat assez copieux. Avatar de Funk à la limite du psychédélisme, le style Afrobeat est ici à son apogée, grâce notamment à un remarquable travail des guitares et des percussions (l’inévitable Tony Allen, compère habituel de Fela). Eclatant de vie et plutôt accessible, ce disque peut constituer pour les novices une bonne introduction à l’Afrobeat. © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2016
CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec l’album Shakara, Fela Kuti est à un point crucial de sa carrière. Nous sommes en 1972 : il vient de connaître son premier succès continental avec Chop ’n’ Quench, de transformer le nom de son groupe Nigeria 70 en Africa 70, d’apprendre, en 24 heures selon la légende, à jouer du saxophone, d’adopter pour langue d’écriture le créole anglophone pidgin, touchant ainsi un plus large public. Il vient aussi de prendre possession du club de l’hôtel Empire à Lagos, rebaptisé African Shrine, le temple africain où il délivre chaque soir des concerts légendaires avec son groupe et sa myriade de danseuses. Tous les éléments du succès et de la légende sont réunis et ce Shakara, qui contient le morceau-titre et le fameux Lady, signe avec fierté le début de cette ère glorieuse pour le plus sulfureux et respecté des musiciens africains.Les deux titres épiques s’étirent chacun sur 13 minutes et des poussières. Fela, de son orgue Rhodes, dont le jeu n’est pas sans évoquer celui de Ray Manzarek des Doors, impulse la dramaturgie, Tony Allen imprime le rythme si spécifique de l’afrobeat et dirige les musiciens. Les guitares maintiennent la pression, les cuivres montent à l’assaut tels des guerriers, marquent les reliefs et les volutes de ces sensuelles épopées. Le chant impérial de Fela, auquel répondent les chœurs féminins, provoque aujourd’hui encore des frissons irrépressibles.Lady comme Shakara s’adressent aux femmes, d’une façon ambiguë qui a pu déclencher l’ire des féministes. Dans Lady, Fela distingue la simple femme africaine, docile, obéissante et serviable à son mari, de la lady éduquée et influencée par les mœurs occidentales qui se veut l’égal de l’homme. On sent chez Fela une préférence pour la première et une certaine crainte de la seconde, mais s’il est connu pour avoir épousé 27 Nigérianes le même jour, il a aussi été éperdument épris d’une lady métisse anglaise, Remilekun Taylor, qui lui a donné son fils Femi. Dans Shakara (fanfaron), il démonte les mécanismes des mâles dominateurs qui menacent les femmes de violence, mais dont le baratin n’est que vacuité. Quoi qu’on en pense, le discours musical est, lui, imparable et constitue l’essence d’un genre historique toujours en action. Aussi bons que soient ses descendants et multiples héritiers, l’afrobeat ne sera jamais aussi clairement pénétrant qu’à travers la voix du maître initiateur : Fela Anikulapo Kuti. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD1,49 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

CD7,99 CHF

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Le genre

Afrobeat dans le magazine